Emilia Pardo Bazan

Aller en bas

Emilia Pardo Bazan

Message par darkanny le Dim 5 Fév - 17:55



Plus précisément Comtesse de Bazan Brun, elle est née à La Corogne en 1851 et meurt en 1921.
Elle est célèbre pour ses romans naturalistes, et se distingue des conventions en vigueur par la forme de littérature choisie, de part son sexe et son rang, car elle appartient à une des plus riches familles d'Espagne, établie en Galicie.
Très tôt elle se passionne pour la lecture et refuse tout autre occupation plus convenable, leçon de piano ou autre.
Elle lit très jeune Don Quichotte, La Bible et l'Iliade.
Elle voyage en Europe avec se parents et se marie à l'âge de 17 ans. A la naissance de sa première fille, elle publie son premier roman: Pascual Lopez, autobiographie d'un étudiant en médecine.
Dès 1882 elle publie une série d'articles sur Zola et le roman expérimental, c'est ainsi qu'elle devient l'un des promoteurs du naturalisme en Espagne, ce qui sera difficilement admis dans son entourage, notamment son époux qui la somme de cesser d'écrire.

Peu importe, elle publie de nombreux essais, La révolution et le Roman en Russie (1887), Polémiques et études littéraires (1892), La littérature française moderne (1910).

Los Pazos de Ulloa (Le château d'Ulloa) est son chef- d'oeuvre, peinture pathétique de la décadence du monde rural galicien et de l'aristocratie.

Source :Wikipedia
avatar
darkanny

Messages : 818
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par darkanny le Dim 5 Fév - 18:23



Un roman que l'on peut qualifier de classique, dans une veine naturaliste très marquée, l'histoire se déroule en Espagne, Galicie au milieu du 19ème siècle, période tourmentée pour l'Espagne où se confrontent les partisans des privilèges et les adeptes d'un esprit plus libéral et révolutionnaire et où le milieu rural se prépare à vivre une transformation qui conduira à un affaiblissement de la noblesse local à sa décadence progressive.
Julian, jeune chapelain, est envoyé dans la demeure du Marquis d'Ulloa pour y mettre un peu d'ordre et de bienséance, à la demande de l'oncle du Marquis.

Grossièreté, dépravation, chapardage sont la coutume dans cette demeure qui a perdu de sa superbe.
Julian se heurte à tout, c'est un jeune homme inexpérimenté, sensible, doux, que les manières rustres du Marquis d'Ulloa choquent profondément, celui-ci passant son temps à chasser la perdrix avec son redoutable régisseur Primitivo (comme il porte bien son nom), tout en entretenant son bâtard de fils Cherubo(fruit de sa liaison avec la gouvernante Sabel) à coups de godets de vin.

La tâche est immense, Julian parviendra à convaincre Don Pedro le Marquis, à se marier, ce qu'il va réussir.
Il épousera sa cousine Nucha dont il aura une fille, à son grand désespoir, et le peu de civilisation acquise se transformera  pour rester ce qu'elle était antérieurement, débauche, chasse, brutalités....

Une grande attention est portée aux êtres, tous admirablement décrits et analysés, l'auteur est une très fine observatrice et son écriture est brillante.
Les événements politiques côtoient les intrigues familiales, les tourments de Nucha et de Julian rythment les chapitres, ces deux êtres innocents sont démunis face à cette barbarie du quotidien.

Cherubo est un être terriblement attachant, malgré sa diablerie, conséquence de cette incurie ambiante.

C'est un très beau roman, attachant et très tendre par moments, et intéressant par sa plongée dans l'Espagne du 19ème siècle. Il décrit admirablement cette aristocratie en perte de vitesse, ne comprenant pas ce qui lui arrive, soucieuse de la préservation des ses biens, mais en même temps d'une grande incompétence pour les gérer.

Vraiment ravie d'avoir fait connaissance avec cet auteur.
avatar
darkanny

Messages : 818
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par kenavo le Lun 6 Fév - 5:19

tout cela donne encore plus envie, merci pour cette belle présentation

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10082
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par darkanny le Lun 6 Fév - 9:29

Merci, c'est bien de partager quelque chose de relativement peu connu.
avatar
darkanny

Messages : 818
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par kenavo le Lun 6 Fév - 10:27

à 100% d'accord avec toi...

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10082
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par Moune le Lun 6 Fév - 11:00

@darkanny a écrit:Merci, c'est bien de partager quelque chose de relativement peu connu.
En effet ! et apparemment, auteur et livres mériteraient d'être davantage connus. Finalement, un peu partout en Europe à peu près à la même époque, on retrouve cette "décadence progressive" de l'aristocratie avant la chute. Et ça fait plaisir de lire qu'au 19e siècle, les femmes à forte personnalité parvenaient à faire à peu près ce qu'elles voulaient, malgré l'opposition des parents et maris : on devrait en parler plus souvent au lieu de dire qu'il n'y avait que des femmes soumises et qui ne savaient rien.
avatar
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par darkanny le Lun 6 Fév - 11:33

Oui cette femme avait une forte personnalité certes, mais son éducation dans une famille aisée lui a permis un grand accès à la culture, ses parents lui ont fait découvrir l'Europe, elle a eu accès à la bibliothèque familiale bien remplie.
Mais il n'empêche qu'il faut un sacré caractère pour s'opposer aux canons en vigueur et être une femme de lettres à cette époque, c'est assez rare pour qu'on en parle, je suis bien d'accord.
avatar
darkanny

Messages : 818
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par Moune le Lun 6 Fév - 11:43

J'ai bien aimé ce passage de sa bio : "notamment son époux qui la somme de cesser d'écrire." Et elle a continué apparemment comme si de rien n'était. Que s'est-il passé concrètement ? j'aimerais bien savoir ! Very Happy
Chez nous, on a quelques idées avec George Sand et Marie d'Agoult
avatar
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par domreader le Sam 26 Mai - 16:42

Le Château d’Ulloa
Emilia Pardo Bazan
 

Un bon roman espagnol classique du 19ème siècle dans la grande tradition naturaliste pour cette auteure qui s’était nourrie de Zola. Il a aussi été qualifié de gothique mais, à mon avis, un soupçon alors, lorsqu’on connait les gothiques outranciers d’Horace Walpole et d’Ann Radcliffe. 

Un jeune chapelain, Julian, récemment sorti du séminaire est appelé au service du marquis d’Ulloa dans une province retirée de la Galice. C’est l’oncle du jeune marquis qui a fait appel à lui pour en être le conseiller spirituel mais aussi pour remettre de l’ordre dans la gestion de l’immense domaine qui semble être administré à la va-comme-je-te-pousse. 

Julian se montre d’abord effrayé par l’isolement et la rudesse des lieux et de son environnement, puis il se laisse charmer par cette nature si sauvage, si reculée. Très vite sa naïveté et sa candeur se heurtent au grand désordre dans lequel se trouvent le château et sa gestion. Un chaos savamment entretenu par Primitivo, le régisseur, qui s’en enrichit. Puis Julian découvre aussi le désordre moral qui y règne, car Sabel la fille du régisseur et la cuisinière vit en concubinage avec le marquis et qu’un fils, Perucho, est né ce cette union illicite. 

Julian s’acharnera à lutter contre cette corruption matérielle et morale avec ses faibles armes pour soustraire le jeune marquis à l’influence du très inquiétant Primitivo qui sait bien entretenir le jeune homme dans ses vices et son insouciance pendant qu’il le dépouille. 

Un bon roman du 19ème avec des personnages intéressants et très finement décrits comme le faisait remarquer @darkanny. L’esprit du mal, incarné par Primitivo, pervertit insidieusement tout le récit parce qu’il n’est jamais évoqué dans le détail, il n’apparait que par touches discrètes mais semble omniprésent et omniscient de tout ce qui se passe dans le domaine. C’est là un vrai talent littéraire, un beau récit qui donne vie à une époque et à une Galice rurale, archaïque et sauvage où s’affrontent candeur morale et perversité sourde. Je l’ai lu avec beaucoup de plaisir. Merci @darkanny pour la découverte.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
avatar
domreader

Messages : 1126
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emilia Pardo Bazan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum