Laura Kasischke

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Laura Kasischke Empty Laura Kasischke

Message par Aeriale le Mar 7 Fév - 17:55

Laura Kasischke 610o2SYxDeL._UX250_

Laura Kasischke, née en 1961, est romancière, poétesse, et enseigne l'écriture à l'Université du Michigan (Ann Arbour, Michigan).

@eXPie a écrit:obtenu de nombreux prix, notamment et surtout en poésie (elle est plus reconnue en tant que poétesse que comme romancière).
Elle est parfois comparée à Joyce Carol Oates pour sa propension à imaginer des histoires pleines de violence et de menace ("mais où va-t-elle chercher tout ça ?"), mais son style est très différent de celui (ou plus exactement de ceux) de Joyce Carol Oates : il est d'apparence froide et rigoureuse dans la menace cachée.

Il y a une grande cohérence dans l'oeuvre romanesque de Laura Kasischke : comment prendre conscience, concrètement, d'être en vie, alors que la vie elle-même est une succession de banalités se déroulant dans la blancheur aseptisée de la banlieue américaine ? Mais malgré au quotidien atone, à l'atrophie des sensations, des forces menaçantes grondent pour qui sait les entendre. Et les écouter, justement, est peut-être un moyen de se convaincre que l'on est vivant...

Un événement aura eu une grande importance sur son oeuvre : elle était amoureuse de son profeseur de création littéraire. Or, ce professeur avait eu une aventure avec sa mère, ce qu'elle lui a révélé, juste avant le dîner. Laura Kasischke se souvient qu'elle était debout à côté du réfrigérateur lorsque sa mère le lui a dit, et alors tout ce qu'elle savait de manière inconsciente, les couches de secrets, les vies secrètes des gens, la signification de petits gestes, de vérités à moitié énoncées, tout cela fusionna avec l'acte d'écrire. "Ça ne m'a jamais quitté. Quand j'écris maintenant, je suis en quelque sorte debout devant le réfrigérateur, réalisant soudain combien tout est complexe si vous pouvez seulement discerner la totalité de l'histoire"

Dans l'oeuvre de Laura Kasischke, on retrouve ainsi souvent ce sentiment de révélation, de brusque lumière sur ce que l'on savait, mais qu'on ne voulait pas s'avouer, pas regarder.

Bibliographie

1997 À Suspicious River
1999 Un oiseau blanc dans le blizzard
2002 La Vie devant ses yeux
2007 Rêves de garçons
2007 À moi pour toujours
2008 La Couronne verte
2009 En un monde parfait
2011 Les revenants
2013 Esprit d'hiver
Aeriale
Aeriale

Messages : 5030
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Aeriale le Mar 7 Fév - 18:03

-En un monde parfait-

Laura Kasischke Kasisc11

A entendre la friture sur la ligne, elle comprit qu'un océan les séparait. Elle en entendait les vagues. Elle se dit qu'il y avait sur cet océan des navires, qui écoutaient le silence. Des navires porteurs de bonnes et de mauvaises nouvelles. De faux documents. Des passagers clandestins. Des fleurs articielles. Des perroquets dans des cages. Des diamants dans des sacs de feutre. Mais avant que les grésillements parasites de cet océan ne fissent place au silence parfait d'une liaison coupée Mark déclara:
Jiselle, j'ignore quand je vais rentrer. On est retenus ici...

Mon premier d'elle. Quelqu'un qui sait rendre compte d'une atmosphère, de celle de ces banlieues chics où tout est trop parfait, lisse et convenu, et où l'on pressent déjà la cassure.


Un  roman à l'écriture aisée, où l'histoire glisse toute seule, mais qui l'air de rien nous amène vers quelque chose de plus réfléchi, l'acceptation de l'autre et des vérités sous les apparences trompeuses, avec en toile de fond cette description glaçante d'un paysage apocalyptique, assez réaliste cependant pour nous laisser quelques images fortes.

Pour moi une belle découverte par ce qu'elle a de détaché à priori, et de plus retors en profondeur. J'ai aimé cette tension qui s'insinue au travers des pages avalées sans peine, et qui finit par nous rattraper alors qu'on les avait plutôt commencées de façon alerte. C'est exactement ce que j'apprécie, la légèreté qui masque les fissures, le drame qu'on n'attend pas, et ces irrésistibles clins d'oeil à l'actualité, incongrus et réjouissants, qui nous laissent entre le rire et la réflexion. Très réussi à mon goût.

Aeriale
Aeriale

Messages : 5030
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Aeriale le Mar 7 Fév - 18:09

-Un oiseau blanc dans le blizzard-


Laura Kasischke Un-ois10




Leur mariage_-je le savais maintenant, même si je l'avais sûrement toujours su- leur mariage était comme un grand verre d'eau, si glacée qu'elle transforme vos dents en diamants dans votre bouche. Un verre d'eau venant d'une fontaine glacée, que l'on boit pendant vingt ans.

Kat -parce que sa mère préférait un chat!- est une ado ordinaire vivant dans une de ces banlieues tristes et monotones de la middle class et qui tente de se construire entre un père transparent écrasé par l'aura de sa femme et une mère qui ne vit que pour elle, une femme froide, amère et avilissante envers les siens. Un jour celle ci disparait sans laisser de traces. Pourquoi et qui est-elle vraiment, en fait? Katrina est déroutée


Il se dégage d'emblée un mal être, un malaise sournois et persistant qui semble rôder sous les apparences trompeuses de propreté. Laura Kasischke a l'art de la suggestion, ses formules métaphoriques illustrent superbement les tensions qui taraudent sans répit les consciences alentour. Sous la glace et la blancheur hivernale, bien sûr c'est le feu. Des secrets inavouables, des frustrations, des rêves déchus vont peu à peu remonter à la surface et briser la lissitude des choses. Sous forme de cauchemars récurrents, Katrina va revivre son passé, reformer le puzzle, et entraîner le lecteur dans sa spirale infernale

Un roman très troublant qui m'a fascinée par sa construction et son atmosphère réellement oppressante. Tout nous est distillé au travers de ces images et de ces symboles dont l'auteure abuse parfois mais qui donnent au récit une tonalité foncièrement envoûtante et mystérieuse, jusqu'au final qui, s'il est prévisible, m'a tout de même laissée sur le carreau comme l'aurait fait le dernier Coen. C'est mon deuxième d'elle et je suis conquise: Cinglant, incisif et poétique à la fois, cette fille a vraiment du style

Les banlieues sont pleines de maisons de ce genre, décorées par des femmes comme celle-là. Ma mère avait la nausée quand elle regardait au fond de ces tasses à thé mélancoliques, quand elle sentait les tristes feuilles gorgées d'eau qui sombraient dans les théières peintes à la main. Rechercher une beauté exotique dans une telle vie de banlieue, c'était un peu comme avoir une boule de papier aluminium dans l'estomac, une boule de métal aéré qui vous emplit de faim et de désir.
Aeriale
Aeriale

Messages : 5030
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Aeriale le Mar 7 Fév - 18:12

-Les Revenants-


Laura Kasischke 2Q==



Ca va être dur d'en parler sans trop révéler mais je n'en ferai rien, rassurez vous. Je préciserais juste, pour les accros de son style, que tout est là: Le malaise sous les apparences, l'art de la suggestion, l'atmosphère oppressante, l'envoûtement que cela suscite. Ici encore on est face à un microcosme, à priori ludique et insouciant, celui d'un campus universitaire, d'où le drame va surgir. Un accident a lieu, un jeune couple fait une embardée en voiture et la fille est éjectée. Une femme arrive sur les lieux à cet instant. Elle les voit tous deux étendus, enlacés, comme dans un rêve. Est-elle consciente, seulement blessée ou déjà morte? A partir de là, Laura Kasischke va nous plonger au coeur de cette vie étudiante, où les images de conformité camouflent plus qu'ailleurs les besoins de repères, où l'identification à des codes pousse à nier la réalité, et éliminer ce qui gène. Une période de la vie où les croyances se révèlent tenaces et la fascination pour le morbide n'a d'égale que la répulsion qu'il engendre.

Un monde flottant donc, et propice au faux semblant. Qui sont-ils vraiment? Quelle jeune blonde peut se différencier de sa voisine, et au travers des attitudes qui peut réellement savoir qui est l'autre? Affabulateurs, menteurs, ou est-ce celui qui s'interroge le moins fiable? Au travers de ces personnages, la plupart déstabilisés et vacillants, le lecteur cherche des pistes qui souvent se croisent et se perdent, et on vient presque à douter vers la fin de ce qu'on croyait être la chute. Pour moi c'est du grand art là encore. Kasischke vise plusieurs cibles à la fois et nous laisse le choix d'y voir ce que l'on veut, frôle l'irréel sans y tomber vraiment, tend même vers le mystique et joue avec ses reflets. On est du début à la fin en suspens entre deux univers, et sa construction en ellipses en devient diaboliquement perverse. Si vous aimez vous perdre comme dans les films de Lynch, courez vous y jeter, ce livre est pour vous!
Aeriale
Aeriale

Messages : 5030
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Aeriale le Mar 7 Fév - 18:23

-La couronne verte-


Laura Kasischke 2Q==



J'ai bien aimé suivre cette progression vers le drame, lente et sournoise, qui nous cueille au détour alors qu'on était parti pour une balade de santé. Bien sûr le lecteur est prévenu d'emblée, un évènement marquant va transformer à jamais ce qui devait ressembler à une simple escapade entre amies, importante parce que la première en pays inconnu, mais ne nous en dit pas plus. En de courtes phrases, et par une construction très habile, elle nous plonge dans leur pensées, revient sur les faits et nous embarque avec elles dans cette virée initiatique qui prend subitement tous les aspects du cauchemar.

Mais la chute n'est pas toujours là où on l'attend. Encore une fois l'auteure s'amuse à déjouer les codes, flirter avec la bleuette pour mieux nous piéger dans le glauque. L'atmosphère trouble, alimentée par les croyances mythiques, la fascination pour l'inconnu, et la naïveté de ces jeunes pucelles, nous mettent en condition totale pour déceler le drame latent. La question est quand et où va t'il advenir? Mais sont -elles les bonnes questions? Il faut aussi se méfier des évidences!

J'aime bien le côté retors de ses récits, le prévisible se muant en insolite. L'auteure situe souvent ses personnages dans ce passage à l'age adulte, lorsque les croyances et les rêves de l'adolescence laissent place au choc du vécu. Elle n'est jamais autant à l'aise qu' en suspens entre ces deux mondes, l'imaginaire et le réel, les apparences et le tangible. Elle en abuse parfois c'est vrai, mais il faut reconnaître qu'elle maîtrise le tout avec panache. Moi je dis encore bravo, son roman fonctionne plutôt bien et surtout il m'en reste des images assez fortes pour bien me rappeler de guetter son prochain.
Aeriale
Aeriale

Messages : 5030
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Aeriale le Mar 7 Fév - 18:26

-Esprit d'hiver-


Laura Kasischke Esprit10



Un matin de Noël dans une famille américaine. Tout est réuni pour que la fête soit aussi réussie que possible et pourtant tout tourne de travers. Holly la maîtresse de maison s'est réveillée trop tard, Eric son mari a dû sortir précipitamment chercher ses parents à l'aéroport, et Tatiana, leur fille  adoptive, peine à sortir du lit pour se rendre utile. Elle se montre même franchement désagréable, balançant effrontément des reproches ou esquivant les questions par des silences dédaigneux. Désemparée, sa mère retourne s'agiter dans sa cuisine qui va devenir le théâtre d'une confrontation violente entre les deux, et surtout prétexte d'une profonde remise en question pour Holly.

A partir d'une situation banale et à priori festive, Laura Kasischke distille à sa manière diaboliquement insidieuse, un climat de plus en plus inquiétant. Des coups de téléphone sans réponse, un blizzard qui s'installe et un noël qui vire au cauchemar, les autres convives se déclarant forfaits: Les ingrédients sont là pour que l'auteure nous entraîne, entre réalisme et fantastique, dans un suspense devenant au fil des pages des plus oppressants.

Dans un style et un univers qui m'ont rappelé Un oiseau dans le blizzard, Kasischke use superbement de répétions et de détails apparemment anodins prenant sens à mesure que l'intrigue avance et que le passé resurgit. Ici aussi tout a une signification, le blocage de l'héroïne face à l'écriture, cette phrase qui l'obsède depuis le réveil, et jusqu'au physique de Tatiana prenant des allures de déesse expiatrice. Même le rosbif parait suspect, c'est dire!

Autant prévenir de suite, le doute est partout et l'angoisse délicieusement perturbante. Je suis restée scotchée dès le début, fascinée par cette intrigue aux allures de conte dont on ne sait plus très bien où situer la frontière. Et cette fin là me restera dans les annales. Génial. je le placerais même dans mes préférés (mais je pense ça presque à chaque fois;-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 5030
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Epi le Mar 7 Fév - 19:29

C'est bizarre, je n'ai jamais vraiment accroché à Kasischke. J'ai dû en lire deux ou trois je crois, il faut que j'en essaie encore un autre parce que souvent je me suis dit qu'il ne manquait pas grand chose pour que ça me plaise.

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Aeriale le Mer 8 Fév - 11:00

Oui, je me souviens que tu regrettais le manque de consistance des personnages. Tu trouvais en général son style trop froid et fabriqué. Et que tu n'aimais pas ses fins!

Mais en recherchant mes com, j'ai aussi remarqué que tu avais fait trois tentatives...Tu ne renonces pas Razz
Aeriale
Aeriale

Messages : 5030
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Ruth May le Mer 8 Fév - 13:26

C'est toi,@Aeriale , qui m'as fait découvrir cet écrivain et je suis loin d'avoir tout lu !  Merci pour la découverte car j'ai toujours aimé ce que je lisais d'elle...contrairement à une collègue de travail que j'avais convaincue de lire "Esprit d'hiver" et qui m'avait demandé comment on pouvait aimer ce style de roman silent  : je crois qu'elle ne l'avait pas fini d'ailleurs !! 

Comme quoi, les lecteurs sont tous différents !

Je vais en sortir un non-lu des étagères, aussi, tiens !! Tu me redonnes envie....  Twisted Evil
Ruth May
Ruth May

Messages : 716
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Aeriale le Mer 8 Fév - 19:01

@Ruth May a écrit:C'est toi,@Aeriale , qui m'as fait découvrir cet écrivain et je suis loin d'avoir tout lu !  Merci pour la découverte car j'ai toujours aimé ce que je lisais d'elle...contrairement à une collègue de travail que j'avais convaincue de lire "Esprit d'hiver" et qui m'avait demandé comment on pouvait aimer ce style de roman silent  : je crois qu'elle ne l'avait pas fini d'ailleurs !! 

Comme quoi, les lecteurs sont tous différents !

Je vais en sortir un non-lu des étagères, aussi, tiens !! Tu me redonnes envie....  Twisted Evil
Contente si je t'ai donné l'envie avec cette auteure, @Ruth May! Je crois que le premier qui en parlait c'était @eXPie, et @Darkanny ou @Domreader en ont fait aussi de très bons commentaires!

Je ne sais pas lesquels tu as lus, mais La vie devant ses yeux (que je ne connais pas) revient souvent sur ses fils. Pour ma part En un monde parfait, Esprit d'hiver (@Queenie était emballée) ou Un oiseau blanc dans le blizzard sont parmi mes favoris.

Si Laura Kasischke ne faut pas l'unanimité, elle a aussi ses défenseurs :-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 5030
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Epi le Mer 8 Fév - 19:04

@Aeriale a écrit:Oui, je me souviens que tu regrettais le manque de consistance des personnages. Tu trouvais en général son style trop froid et fabriqué. Et que tu n'aimais pas ses fins!

Mais en recherchant mes com, j'ai aussi remarqué que tu avais fait trois tentatives...Tu ne renonces pas Razz
C'est tout à fait ça. Je suis allée relire mes com et décidément j'ai eu du mal. Je crois que je vais abandonner du coup Wink

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par domreader le Jeu 9 Fév - 11:16

Moi aussi j'ai découvert cette auteure par Aeriale  et Expie et la plupart des romans que l'ai lus m'ont vraiment plus - sauf Les Revenants, si je me souviens bien. je vais essayer de retrouver les commentaires que j'avais faits.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1369
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par domreader le Jeu 9 Fév - 11:20

En Un Monde Parfait
In A Perfect World
Laura Kasischke


J'ai vraiment lu ce livre avec plaisir. Ce n'est pas une grande oeuvre littéraire, mais Laura Kasischke a du talent, elle sait trousser une histoire, mettre une ambiance en scène. J'aime son apparente légèreté quand elle décrit un quotidien difficile voire impossible et que l'on sent sourdre une gravité incroyable derrière. Et les thèmes qu'elle aborde ici ne sont pas aussi légers qu'elle aime à les faire paraître : un mariage par intérêt assumé, la tâche difficile de devenir belle-mère, la capacité de survie physique et psychologique dans un monde qui s'émiette et où les valeurs changent radicalement.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1369
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par domreader le Jeu 9 Fév - 11:29

Un Oiseau Blanc Dans Le Blizzard
White Bird In A Blizzard
Laura Kasischke


Ambiance glacée dans ce roman de Laura Kasischke. D’habitude Laura Kasischke nous installe d’abord dans une ambiance de normalité avant de nous faire basculer petit à petit dans un monde où rien ne va plus. Ici, dès le départ, le décor est planté dans une famille dysfonctionnelle où la mère disparait par un après-midi très froid du mois de janvier.

J’ai du mal à résister à cette belle phrase d’introduction que je vous livre ‘in English’ car LK a du style, un très joli style :

“I am sixteen when my mother steps out of her skin one frozen January afternoon - pure self, atoms twinkling like microscopic diamond chips around her, perhaps the chiming of a clock, or a few bright flute notes in the distance - and disappears.
No one sees her leave, but she is gone.”

C’est à partir de cette phrase glaçante que Laura Kasischke nous fait découvrir l’univers familial de cette adolescente qui se sent mal aimée par cette mère disparue qui n’avait de cesse de lui faire des remarques humiliantes. C’est une femme froide et sans amour que cette mère, qui tient une maison aseptisée et entretient des rapports aseptisés ou teintés de dégoût avec son mari. Kat, la fille un peu déboussolée, s’efforcera sans relâche de comprendre le pourquoi de cette disparition si soudaine et sans explication, tout en pansant ses blessures affectives.

Un Oiseau Blanc Dans Le Blizzard fait partie des ‘bons’ romans de Laura Kasischke qui nous livre parfois des œuvres inégales. Ici LK tisse un univers glacial, ou tout semble transi sous une fine couche de givre, que ce soient les personnages, leurs sentiments, la maison ou ce qui les entoure à l’extérieur. L’évocation d’atmosphères très particulières constitue le point fort de Laura Kasischke, c’est là qu’elle excelle, et c’est à partir là qu’elle arrive à nous séduire et à nous entraîner jusqu’au bout du blizzard.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1369
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par domreader le Jeu 9 Fév - 11:33

Je m'aperçois que le commentaire que j'avais fait sur A Suspicious River n'était pas si positif que ça, c'est bizarre parce qu'avec le recul, j'en avais un plutôt bon souvenir. Je pense que la première moitié du roman m'avais impressionnée favorablement. Je mettrais les commentaires mais plus tard.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1369
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Laura Kasischke Empty Re: Laura Kasischke

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum