Eduard von Keyserling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eduard von Keyserling

Message par Arabella le Mer 8 Fév - 19:28

Eduard von Keyserling (1855 - 1918)






Source : Wikipédia

Eduard Graf von Keyserling, né le 15 mai 1855 au château de Paddern à Hansepoth dans l'Empire russe, l'actuelle Kalvene dans la commune lettone d'Aizpute, et mort le 29 septembre 1918 (à 63 ans) à Munich en Allemagne, est un écrivain germano-balte de langue allemande, oncle du philosophe Hermann von Keyserling.

Le comte Eduard von Keyserling naît dans une famille de la noblesse allemande de la Baltique originaire de Westphalie et installée aux confins de la Prusse orientale et de la Russie, dans le gouvernement de Courlande administré par la Russie impériale. Il fait ses études au lycée de Goldingen (Kuldīga) et étudie le droit, la philosophie et l'histoire de l'art à Dorpat (Tartu).

À cette époque, il s'éloigne de son milieu social et part pour l'Autriche continuer ses études. En 1875, il vit à Munich où il entre dans les cercles artistiques et littéraires. Il est lié à Lovis Corinth, Max Halbe, Frank Wedekind. Ce dernier monte sa pièce de théâtre Die schwarze Flasche dans le cadre de son cabaret Die elf Scharfrichter et interprète le rôle principal. En 1907, il perd l'usage de la vue. Il meurt à Munich en 1918.

Keyserling a écrit des pièces de théâtre largement oubliées et surtout des romans et nouvelles. Ses premières œuvres sont marquées par le naturalisme. Die dritte Stiege de 1892 dépeint le rapport d'un aristocrate de Prusse-Orientale à la sociale-démocratie autrichienne. Les romans et nouvelles suivantes s'inscrivent dans le cadre de l'impressionnisme et en font un des représentants les plus importants en Allemagne. Son œuvre ne se confronte pas aux problèmes sociaux et politiques de son temps car Keyserling reste prisonnier de ses origines. Thomas Mann a dit de lui que « bien qu'il fût un artiste, il ne cessait jamais d'être un gentilhomme ».

Ses romans ont pour cadre la Courlande et ses forêts et pour milieu l'aristocratie de langue allemande aux mœurs prussiennes qui gouverna ces régions jusqu'au début du xxe siècle. Il se sert de la lumière et des subtiles variations de la nature pour peindre les derniers beaux jours de l'aristocratie balte, ses châteaux, ses chasses, ses rituels, tout un art de vivre raffiné qui illustre l'impossibilité de l'amour et l'impuissance à contenir les passions exacerbées d'une société encore somptueuse mais déjà consciente d'un déclin irréversible.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par Arabella le Mer 8 Fév - 19:43

Beate et Mareile

Un château en Courlande. Le comte Günther rentre au bercail, il vient d'épouser Beate, la fille de la famille de la propriété à côté de la sienne, qu'il connait depuis l'enfance. Mais le comte s'ennuie vite, et il a besoin de plaire. Il a donc des aventures, dont une avec Mareile, la fille du régisseur, devenue diva, qu'il connaît aussi depuis toujours.

Il ne se passe pas grand chose, ou tout au moins rien de ce qui se passe n'a l'air d'avoir beaucoup d'importance, même un duel à mort. Les personnages ont un côté fin de race, fin d'un monde. Les ambiances, les sons, les couleurs, les lumières sont plus tangibles, plus réelles que les personnages. Qui restent jusqu'à la fin corsetés dans leurs préjugés de classe, leurs habitudes, leurs contraintes et limitations. Ce sont plus des archétypes, des représentants, que des individus au final, et ils jouent leur partition telle qu'elle doit être jugée sans déroger. Même si cela les vide de leur substance, de leur consistance, les transforme progressivement en fantômes. Qui vont finir par disparaître et laisser la place à un autre monde.

Mais tant qu'il dure, une soirée d'été dans le jardin, un hiver enneigé où l'on somnole devant une cheminée avec un livre, une promenade paresseuse en barque, ont des charmes auxquels il serait dommage de ne pas succomber l'espace d'un instant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par Arabella le Mer 8 Fév - 19:46

Eté brûlant

Un jeune qui échoue à son bac, doit en quelque sorte en pénitence passer l'été seul avec son père, homme rigide. Mais à côté, il y a une tante, et surtout des cousines, ce qui donne l'espoir que les vacances ne seront pas complètement gâchées.

Cela rappelle un peu Tourgeniev, l'écriture est belle et j'ai plongé avec délices dans ce récit. C'est nostalgique, doux amer, et très agréable à lire. Mais j'ai quelques petites réserves. Cela tient un peu à la façon dont l'auteur déroule le récit, je trouve qu'il nous en dit un peu trop, il n'y a pas d'ambiguïtés, on sait parfaitement ce qui arrive, alors qu'un peu d'incertitude et de doute, aurait été plus riche, pour pouvoir se poser des questions après la lecture. Là, on renferme le livre avec des certitudes, et donc une fois la lecture finie, on n'y pense plus, aucun questionnement qui nous ferait y repenser, imaginer, et qui ferait que le livre mettrait d'avantage de temps à nous quitter.

Pour résumer ma sensation, je trouve que cela manque un peu de subtilité, mais la belle écriture et l'univers auquel l'auteur arrive très bien à donner naissance, font que j'ai pris plaisir à cette lecture, et que je vais sans doute essayer autre chose de lui.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par kenavo le Mer 8 Fév - 20:17

depuis ma première rencontre avec cet auteur, j'ai lu plusieurs de ses livres et j'ai toujours bien aimé...

il sait créer une certaine ambiance qui me plait et puisqu’il a écrit pas mal, je m’en garde toujours un pour des moments quand j’ai envie d’une certaine ‘douceur’

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6414
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par Arabella le Mer 8 Fév - 20:30

Même si cette douceur a quelque chose d'un peu délétère...

J'ai acheté un gros volume, où il y a une bonne dizaine de ses oeuvres, qui sont courtes. Je vais en lire un de temps en temps, je crois qu'il ne faut pas trop en abuser en revanche.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par kenavo le Mer 8 Fév - 20:36

Arabella a écrit:J'ai acheté un gros volume, où il y a une bonne dizaine de ses oeuvres, qui sont courtes. Je vais en lire un de temps en temps, je crois qu'il ne faut pas trop en abuser en revanche.
tout à fait...
genre de lecture que je ne pourrais pas faire l'une après l'autre... mais de temps en temps cela ne fait pas de mal Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6414
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par Arabella le Mer 8 Fév - 20:38

Exactement. Entre deux lectures plus denses.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2123
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par silou le Jeu 9 Fév - 9:31

J'ai lu Eté brûlant et comme vous j'ai pris plaisir à cette lecture, mais sans plus. J'ai été touchée par l'écriture, par le climat dans lequel l'auteur nous plonge, mais je suis tout de même restée un peu loin de l'histoire, sans doute je le réalise maintenant à la lecture du com' d'Arabella parce que "il nous en dit un peu trop" et que finalement je n'ai pas pu vraiment prendre part au récit comme si cette histoire ne me concernait pas vraiment.
J'attendrai vos conseils pour le choix d'un deuxième texte.
avatar
silou

Messages : 96
Date d'inscription : 22/12/2016
Localisation : centre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par domreader le Jeu 9 Fév - 9:38

J'essaierai sans doute, le nom est noté. Une lecture à atmosphère, pas trop dense, cela fait du bien parfois.

_________________
'Be curious, not judgmental.' Walt Whitman
avatar
domreader

Messages : 683
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par kenavo le Jeu 9 Fév - 10:06

/
Wellen / Le murmure des vagues
Quatrième de couverture
La belle Doralice a quitté son vieux mari, le comte Köhne-Jasky, pour vivre avec Hans, le peintre. Mais au bord de mer, non loin de la maisonnette où les amants se sont réfugiés, la générale von Palikow a loué toute une pension pour y accueillir, le temps de l'été, son abondante famille. Et Hilmar, lieutenant des hussards, futur gendre de la générale, a tôt fait de repérer Doralice...
Eduard von Keyserling met en scène, cette fois encore, des personnages d'une aristocratie déjà menacée par les bouleversements de l'histoire. Ses héros, affrontés dans des dialogues subtils où domine l'implicite, font partie d'un paysage traité de manière impressionniste. Et la magie de l'écriture, qui a tant séduit Thomas Mann, joue dès les premières lignes. On se rend compte ainsi qu'on n'a pas fini de découvrir ce Keyserling-là.
On se retrouve dans un monde où bon nombre de femmes n’ont pas mieux à faire que d’avoir des migraines pour occuper leurs journées.. et où les hommes se retrouvent souvent avec des femmes qui leur ont été 'désignées'

Ecrit en 1911, le roman se déroule lors d’un été à la mer baltique.

Keyserling aime parler d’artistes, ici il y a le peintre mélancolique. Souvent il y a des femmes aristocrates qui tombent amoureuses de ces artistes, ici il s’agit de Doralice.

On boit beaucoup de thé, ils font de longues promenades, de préférence au long de la mer, ils gardent souvent un silence et aiment regarder la mer ou le paysage.

Mais Keyserling est un bon narrateur. Le lecteur ne s’ennuie pas. Sans trop d’action il y a un flot dans l’histoire qui donne envie de suivre ce chemin.. et retrouver du calme qui fait du bien.

Très bon moment de lecture.


Je ne saurais pas dire si on l'a synchronisé, mais ce livre a été adapté en allemand, je l'ai vu et bien qu'il y ait quelques changements (entre autre concernant l'époque, on se retrouve dans les années 30), c'est une bonne adaptation

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 6414
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum