Karel Čapek

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Ruth May le Jeu 6 Juil - 13:34

Oui, je vais guetter pour le trouver....Merci ! Wink

Du coup, en cherchant, j'ai vu que la couverture de L'année du jardinier avait changé pour une nouvelle édition : 

avatar
Ruth May

Messages : 573
Date d'inscription : 07/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Arabella le Jeu 6 Juil - 19:26

Elle est plus juste, cette couverture.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2627
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Arabella le Mer 12 Juil - 21:10

Cinq contes pas comme les autres


Comme son titre l'indique il s'agit de cinq contes, destinés à priori pour un jeune public, et joliment illustrées par des dessins de Josef, le frère de l'auteur. Nous retrouvons le ton habituel de Karel Čapek fait d'un mélange d'humour, de second degré, mais en même de profonde bienveillance et humanité.

Les contes se placent résolument à l'époque à laquelle ils ont été écrits : la science a fait des progrès et prétend expliquer le monde. Pour se déplacer plus de tapis volants, mais des automobiles. Mais survivent quelques représentants des anciennes espèces : ondins, rusalka, lutins, magiciens...Qui s'adaptent comme ils le peuvent au monde moderne, qui ne croit plus qu'à moitié en leur existence. Alors pour subsister, ils doivent s'adapter, faire de la politique, ou devenir starlette à Hollywood.

De jolis textes, poétiques et drôles, qui ont gardé les structures en cascade des contes, un certain nombre de détails aussi. Ils dégagent une nostalgie d'un monde où la magie était possible, ou tout au moins d'un monde dans lequel on pouvait encore y croire. Avant que la raison ne se mette à vouloir tout expliquer, et réfuter beaucoup de choses qui donnaient du charme à l'existence. Parce que l'imagination, qui habille le monde avec des couleurs chatoyantes est peut être aussi indispensable que les objets ayant une utilité bien définie.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2627
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par kenavo le Jeu 13 Juil - 5:51

contente de lire ton commentaire... tout comme celui pour le jardinier, qui se trouve encore dans ma PAL Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 8512
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par domreader le Mer 20 Sep - 15:48

La Guerre des Salamandres
Karel Capek 

Je ne ferai pas un autre résumé de ce livre dont Arabella a déjà parlé plus haut. C’est un livre surprenant, vraiment intéressant qui commence comme un récit fantastique, mais qui très vite se transforme en une parabole du monde passé et actuel. On est d’ailleurs surpris par la justesse et la profondeur des réflexions politico-économiques de Karel Capek et de sa connaissance des mécanismes qui les composent. Un roman visionnaire par bien des côtés quand on pense qu’il a été écrit en 1936 ! Où comment une logique d’exploitation maximum des ressources, et des espèces conduit un monde à sa perte. Très intéressant aussi de voir avec quelle ironie et quelle justesse Capek nous décrit les rapports des nations entre elles et comment chacune d’entre elle réagit face aux problèmes. C’est un peu caricatural mais on ne peut manquer d’y reconnaitre les fanfaronnades, les replis, les feintes, les coups bas qui font la une de l’actualité internationale en ce moment. Un livre riche et intelligent qui a une résonance étonnante à notre époque.


Dernière édition par domreader le Jeu 21 Sep - 14:27, édité 1 fois

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
avatar
domreader

Messages : 918
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Arabella le Mer 20 Sep - 22:05

Comme tu le dis Dom, un livre intelligent et surprenant. Et très plaisant à lire.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2627
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Arabella le Ven 3 Nov - 12:29

RUR



Karel Čapek est un important écrivain tchèque de la première moitié du 20em siècle. Il a pratiqué différents genres littéraires : roman, conte, récit de voyage, journalisme même, et il a connu ses succès parmi les plus importants au théâtre. Sa pièce, voire son oeuvre la plus connue, en particulier en dehors de son pays, est sans conteste R.U.R (Rossum's Universal Robots).

La pièce est jouée à Prague en 1920, et traduite dans une vingtaine de langues. Elle est par exemple jouée à Paris en 1924 au théâtre Hébertot, avec un accueil très favorable. Un mot inventé par l'auteur pour les besoins de sa pièce va lui assurer la survie : le mot robot, provenant d'un mot signifiant travail de force en thèque va entrer dans le vocabulaire mondial et ne plus le quitter. Il n'a d'une certaine façon jamais été aussi d'actualité que de nos jours.

Nous sommes à une époque non clairement définie, dans une île, dans l'entreprise R.U.R qui fabrique et commercialise des robots. Dans le prologue, une jeune femme, Hélène, arrive dans l'île avec l'envie de visiter les usines, et surtout pousser les robots à demander un meilleur traitement. Domin, le directeur général la reçoit (elle est la fille d'un célèbre politicien) et tombe amoureux d'elle. Il lui raconte l'histoire de son entreprise.

Le grand précurseur, Rossum, vise à recréer la vie, récréer l'homme pour montrer que ce dernier peut se passer de Dieu. Il n'y arrive pas vraiment, mais un de ses neveux, le jeune Rossum, reprend ses travaux et crée le robot, une machine, capable de faire n'importe quel travail, mais qui ne ressent pas, ne pense pas par elle-même. Elle est programmée pour fonctionner environ vingt ans avant de s'arrêter.

La ressemblance du robot avec l'être humain, pousse certains à y voir un être à part entière. Hélène fait partie de ces personnes. Elle épouse Domin, et incite le Dr Gall, à introduire des modifications amenant les robots à penser par eux-mêmes. Ils sont de plus en plus répandus et utilisés par les hommes, qui en viennent à ne plus travailler. Ils sont aussi utilisés pour la guerre. Et un jour ils se révoltent contre les hommes, poussés par les nouveaux modèles modifiés par le Dr Gall. Ils éliminent les hommes et encerclent la maison dans l'île où sont réfugiés les membres de l'équipe du R.U.R. Domin pense négocier avec eux, avec les documents Rossum, qui donnent les formules de la fabrication des robots. Mais Hélène les a brûlés.

Karel Čapek a écrit plusieurs oeuvres que l'on pourrait qualifier d'anticipation ou de science fiction. Mais il s'agit toujours pour lui d'y introduire des interrogations philosophiques, sur la nature de l'homme, sur ses choix politiques et sociétaux qui entraînent des conséquences qui peuvent être désastreuses pour lui. L'ironie, presque voltairienne, est toujours plus au moins présente dans ses oeuvres, même si Karel Čapek demeure un optimiste et un humaniste, et l'espoir est toujours au final présent, même dans les récits les plus sombres.

R.U.R. n'est pas à mon sens son oeuvre la plus aboutie et intéressante, même si elle reste agréable à lire et présente des questionnements toujours d'actualité.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2627
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Aeriale le Lun 12 Fév - 11:29

-La vie et l'oeuvre du compositeur Foltyn-




Un régal de lecture. Le portrait, au travers de son entourage, différentes personnes l'ayant côtoyé au cours de sa vie, du faux célèbre Foltyn, piètre étudiant d'origine modeste, adulte égo centré doté d' un "orgueil hystérique et désespéré", qui très jeune se sentit habité par la passion de la musique et investi d'une mission quasi divine: Perpétuer son art et enrichir le monde de ses compositions. Hélas pour notre pauvre bouffon ( mais pour le plus grand plaisir du lecteur) il ne suffit pas de se sentir une âme torturée pour devenir nécessairement artiste de génie. Sa partition ne sera que piètres plagiats, mauvais copiages et ratés abyssales qu'il persistera à ne pas voir et il finira par se perdre en Don Quichotte à l'assaut d'une gloire fantasmée.

C'est extrêmement drôle, pathétiquement cynique, mais très juste et révélateur de ce que certains ont parfois de primordial en eux: Laisser une trace, marquer de leur empreinte un univers quel qu'il soit, ici la musique, pour exister coûte que coûte quitte à perdre contact avec la réalité en s'illusionnant eux mêmes et fourvoyant les autres. Un de ces mégalos bon teint que Capek croque ici avec une verve et une fantaisie irrésistibles.

Jamais je ne l'avais vu aussi superbement sûr de lui. Il vociférait, parlait de lui, de son âme d'artiste comme si tout le monde voulait l'opprimer. Mais Il n'avait que mépris pour ce milieu médiocre et bourgeois. C'aurait été quelqu'un, Béda Folten, dans un autre monde! Mais maintenant, il allait accomplir son oeuvre, aveuglément... Il se sentait travaillé par une force créatrice terrible et barbare.
Il y avait dans tout cela quelque chose de contraint et de pas naturel. Folten, avec sa veste de velours, allait et venait d'un air jovial, donnait à l'un une tape sur l'épaule, conduisait l'autre au buffet, adressait un compliment à une jeune musicienne, c'était un curieux mélange de bienveillance, de confraternité, d'ostentation, de sans façon familier ou de pas de chichi exagérément bohème.

Karel Capek nous livre aussi dans les dernières pages, sa propre conception de la création artistique, faite de respect et de dévouement total, absolument superbe ( voir extrait) et des observations fines sur l'âme humaine qui font de ce court texte un pur délice à lire à tout prix. D'autant plus important qu'il fut son dernier et qu'il paru à titre posthume. @Arabella, mais pas que. @Domreader, @Darkanny ou d'autres... vous allez adorer!

Il était visiblement de ces artistes pour qui l'art n'est qu'une forme d'auto-expression et d'auto-accomplissement, une manifestation effrénée du moi. Je n'ai jamais pu admettre cette conception et je ne puis cacher que tout élément individuel constitue plutôt, selon moi, une profanation de l'expression artistique. Ce qui est en moi -ma substance humaine, ma personnalité, moi-même-tout cela n'est qu'une matière, nullement une forme. Et si je suis un artiste, je ne suis pas là pour multiplier la matière, mais pour imposer à la matière une forme et un ordre.
Car le diable aussi se mêle de l'art et y fait ses contrefaçons. Il est aisé de le reconnaître, car il est par nature ambitieux et vaniteux. Il tire son orgueil de la matière, de l'originalité ou du tour de force; il n'est pas d' excés, pas d'exubérance qu'il n'attise de son souffle vénéneux, tout gigantisme et toute grandiloquence s'enflent de son orgueil impur et convulsif; tout ce qui dans l'art est facilité, clinquant, complaisance, ce sont là les paillettes de sa vanité simiesque. Tout ce qui est imparfait, inachevé n'est que la trace hâtive de sa fébrile impatience et de son éternelle négligence; toute forme fausse et prétentieuse est le masque emprunté sous lequel il dissimule vainement sa désespérance nullité.
avatar
Aeriale

Messages : 3205
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Arabella le Lun 12 Fév - 19:08

Un commentaire qui donne envie @Aeriale, je l'inscris sur mes listes, mais de toutes les façons je compte lire tout de Capek, j'ai déjà passé de très bons moments en sa compagnie.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2627
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par kenavo le Mar 13 Fév - 6:12

il se trouve dans ma prochaine commande... dès que tu en as parlé sur le fil de nos lectures, j'étais intriguée... et après plusieurs bonnes lectures de lui, je suis partante pour plus

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 8512
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Aeriale le Mar 13 Fév - 8:52

@Arabella a écrit:Un commentaire qui donne envie @Aeriale, je l'inscris sur mes listes, mais de toutes les façons je compte lire tout de Capek, j'ai déjà passé de très bons moments en sa compagnie.
Chouette! Et moi je compte bien continuer avec lui et m'en dénicher d'autres (Surtout La guerre des salamandres)

@kenavo a écrit:il se trouve dans ma prochaine commande... dès que tu en as parlé sur le fil de nos lectures, j'étais intriguée... et après plusieurs bonnes lectures de lui, je suis partante pour plus
cheers
J'ignorais que tu l'avais déjà lu! Alors c'est sûr que celui-ci va te réjouir :-)
avatar
Aeriale

Messages : 3205
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karel Čapek

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum