Le deal à ne pas rater :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four Emperors : où ...
Voir le deal

Alice Zeniter

4 participants

Aller en bas

Alice Zeniter Empty Alice Zeniter

Message par darkanny Dim 17 Sep - 11:49

Alice Zeniter Alice_10

Alice Zeniter est née en 1986 d'un père kabyle et d'une mère française, elle est normalienne, a enseigné en Hongrie, écrit pour le cinéma et pour le théâtre.

Elle a déjà quelques livres à son actif qui ont tous été primés.
Son dernier qui vient de paraître, "L'art de perdre" a eu le prix littéraire du Monde.
darkanny
darkanny

Messages : 826
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Alice Zeniter Empty Re: Alice Zeniter

Message par darkanny Dim 17 Sep - 13:20

Alice Zeniter Alice_11

Emilie est une jeune prof reconvertie en thésarde.
Son sujet porte sur les figures féminines dans l'oeuvre de Galwin Donnell, auteur de romans policiers, disparu dans des circonstances étranges en 1985 alors qu'il habitait sur Mirahlay, petite île des Hébrides.

Elle se rend là-bas pour préparer une semaine de colloque sur l'auteur.

Son ami depuis 8 ans, Franck, infirmier, l'y rejoint pour essayer de colmater les éléments d'une situation amoureuse en perte de vitesse.

Ce dernier se heurte à tout: le mépris des universitaires présents, l'indifférence d'Emilie qui est débordée par sa tâche, la grande solitude de l'île, gardée par Jock, aigri et revenu de tout, avec lequel il passera la plupart de son temps sur l'île.

Il y a plusieurs figures phares dans ce roman: L'auteur de polar, absent mais cruellement présent dans les esprits, l'île, aussi attirante qu'inhospitalière et le couple Emilie-Franck.

Rien ne se passe comme prévu et personne ne maîtrise  quoique ce soit.

J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur et sa capacité à nous embarquer dans cette histoire mystérieuse.
Le ton est original et maîtrisé, je trouve qu'elle a beaucoup de talent.

J'ai eu la chance de la rencontrer dernièrement et je pense qu'elle a encore beaucoup à nous dire.
darkanny
darkanny

Messages : 826
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Alice Zeniter Empty Re: Alice Zeniter

Message par Aeriale Dim 17 Sep - 15:21

darkanny a écrit:J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur et sa capacité à nous embarquer dans cette histoire mystérieuse.
Le ton est original et maîtrisé, je trouve qu'elle a beaucoup de talent.

J'ai eu la chance de la rencontrer dernièrement et je pense qu'elle a encore beaucoup à nous dire.

Merci pour ton commentaire et l'ouverture de ce fil, Darkanny!

J'avais lu celui ci et Sombre dimanche (2013-Sélection Livre Inter dont elle a eu le prix) que j'avais beaucoup aimé. Je suis d'accord avec ce que tu dis ici, une auteure qui sait raconter une histoire et nous emporter derrière elle.

J'ai prévu de lire son dernier L'art de perdre...

(Mes commentaires de l'époque)


Sombre dimanche
Alice Zeniter Sombre10


Superbe roman qui débute très fort sur la figure du grand père,  vieux bonhomme grincheux, ivrogne à ses heures, vouant une haine féroce à Staline jugé responsable de ses malheurs. Dans sa bicoque de bois, près de la gare de Budapest, cohabite le reste de la troupe. Pal son fils, un taiseux solitaire, qui vit dans son monde et semble différer de la lignée. Sa belle fille Idilko, "forte comme un fût", sur laquelle tous s'appuient, puis Imre, le héros au coeur tendre, fasciné par les deux êtres les plus importants à ses yeux: Sa soeur AgI, et son ami l'intrépide Zsolt.

A partir de là, l'auteure nous entraîne dans une saga familiale extrêmenent touchante et souvent drôle dans sa première partie (les émois de l'enfance puis de l'adolescence du jeune Imre sont très réussis) qui nous révèle en fond l'histoire de la Hongrie, pays meurtri, dévasté par le communisme puis corrompu par l'ouverture de ses frontières. Au travers de leur désillusion et de leurs secrets ce sont tous les manques d'un pays bousculé par les soubresauts et le chaos ambiant dont Zeniter nous parle. Non dits, silences, culpabilités enfouies et mal assumées, ces êtres cabossés par l'Histoire auront peu de choix pour survivre: se taire, courber l'échine, finir rongé par la faute ou la rancoeur tues, parfois même défigurés par le malheur ou emmurés dans leurs espoirs déçus.

Dit comme ça, cela peut paraître excessif ou trop plombant, et pourtant ça ne l'est jamais car l'auteure emporte son lecteur avec une grâce particulière. En alliant le léger et le grave, l'humour à la noirceur, Alice Zeniter réussit son pari: nous faire partager le désarroi de tout un pays ballotté entre l'immobilisme et la corruption, dépourvu d'identité, usé par les épreuves. A l'image de Imre, héritier de cette maison au bord des rails dont il ne parviendra pas à se dépétrer tout seul.

Pour le troisième roman de cette très jeune femme de 26 ans, moi je dis bravo! Sans hésiter, mon préféré de cette sélection Inter parmi les sept autres romans;

Je croyais quand j'étais plus jeune qu'en vieillissant on arrivait à la sagesse mais c'est des conneries. On arrive rien qu'à vieillir. On devient un animal qui pleure. J'ai l'impression que je pourrais pleurer toujours. Quand j'essaie de repenser à ma vie, je suis incapable de déterminer si j'étais heureux ou malheureux. Tout ce que je vois c'est que les années ont passé et que les années passées sont des années mortes. Ça me donne envie de pleurer, cette mort partout dès que je veux me souvenir de quelque chose.

...

-Juste avant l'oubli-
(2015)

Alice Zeniter Index18

Le roman se situe sur une île perdue en Ecosse, battue par le vent. Des universitaires se sont réunis là pour disséquer l'oeuvre d'un des maîtres du polar, Galwin Donnell, rendue plus mystérieuse par la disparition subite de son auteur sur ces même lieux. L'histoire est racontée du point de vue de Franck, jeune infirmier étranger à  toute cette fascination autour de l'écrivain, venu retrouver sa fiancée Emilie, organisatrice du colloque, dont il est très amoureux. Leur dernière séparation ne s'est pas bien passée et il espère renouer ainsi avec elle.

C'est un peu alambiqué, dans la présentation, déjà. Trois thèmes ( l'intrigue amoureuse, policière, et la thèse en elle même) qui s'entrecroisent et se répondent mais qui, pour moi, tiennent plus de l'exercice de style et nuisent à l'émotion. Chaque chapitre débute  par un paragraphe (inventé aussi) d'un de ces romans sans qu'il y ait forcément de rapport avec la suite (je ne les lisais plus à la fin) Beaucoup d'extraits, d'interviews, et de citations de Wikipedia  incroyablement bien imitées (au point que l'on se prend à vérifier si ce personnage a réellement existé) qui pèsent trop sur la fluidité du récit.

Au final, on en retire une petite critique parfois acerbe de ces milieux universitaires, trop occupés à pointer les détails en passant sur l'essentiel (Ce sera bien Franck aidé du gardien de l'île, bourru et solitaire, qui découvrira la vérité) et une approche assez fine des rapports amoureux d'un couple évoluant dans un univers différent, l'illusion et les influences que cela peut engendrer. Bien écrit oui, mais tout cela n'a pas réussi à m'emporter comme l'avait fait son précédent livre, Sombre dimanche!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11615
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Alice Zeniter Empty Re: Alice Zeniter

Message par Liseron Lun 2 Juil - 17:06

Alice Zeniter 51izds10

Vaste saga familiale sur 3 générations, ce roman se lit d'une traite ! Il y a :
- Ali, le grand-père, kabyle et harki, qui a rejoint la France en 1962 et qui, privé d'une partie de son identité et de son humanité, se renferme sur lui-même
- Hamid, son fils aîné, arrivé en France à l'âge de 10 ans, qui a honte de son père et qui veut tout oublier de l'Algérie
- Naïma, la petite-fille d'Ali et fille de Hamid, qui ne connaît rien de son histoire familiale, qui se demande pourquoi et qui se lance dans une longue quête malgré le silence de son père
Alice Zeniter nous plonge au cœur de l'histoire des harkis, et j'ai été d'autant plus intéressée que je n'avais jamais eu l'occasion de lire quoi que ce soit sur le sujet.
Ce roman historique restitue bien, je pense, cette période difficile au travers de ses personnages et de leurs choix.
L'auteur évoque avec beaucoup de justesse ce qu'ont été les années 50-60 en Algérie, elle ne juge pas, elle dépeint juste  des hommes qui confrontés à de terribles situations ont dû prendre des décisions, qui ont changé le cours de leur vie.
C'est un très beau roman qui parle de la famille, des difficultés qu'il y a parfois à transmettre une histoire familiale et des non-dits qui en découlent. Il parle aussi grâce au personnage de Naïma de la formidable volonté et du courage qu'on peut avoir à vouloir connaître la vérité, envers et contre tous, à l'assumer pleinement et à être vraiment soi.
C'est un roman d'actualité, tout particulièrement quand Alice Zeniter décrit les camps du sud de la France, où ont été entassés ces algériens qui fuyaient leur pays puis leurs difficultés à s'intégrer...
Un roman à lire et à faire lire, il fait partie de notre histoire.

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4173
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Alice Zeniter Empty Re: Alice Zeniter

Message par Aeriale Mar 3 Juil - 7:24

Merci @Liseron!

J'en ai entendu beaucoup de bien, effectivement, et une amie me l'a mis de côté. Mais il est assez costaud, je verrai plus tard...
Aeriale
Aeriale

Messages : 11615
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Alice Zeniter Empty Re: Alice Zeniter

Message par domreader Lun 27 Jan - 10:48

L’Art de Perdre
Alice Zeniter 


Naïma s’interroge sur son histoire, sur celle de sa famille, sur ses origines, sur le pays d’origine de sa famille. Elle est petite-fille de harkis mais elle sait très peu de choses sur ce que ce mot recouvre. Son grand-père Ali n’a jamais voulu parler du passé, pas plus que son père Hamid, marié à Clarisse, une française. Petit à petit Naïma va tenter de remonter aux origines et de ré-écrire l’histoire familiale et de leur vie pendant la guerre d’Algérie. Elle nous fait surgir un tableau nuancé de la situation vue du côté algérien pour une fois. C’est un point de vue assez unique, celui d’une famille issue d’un petit village sur les crêtes non loin  de  Palestro. C’est l’histoire de gens qui se retrouvent pris entre les griffes de l’Histoire et qui ont bien peu de marge de manœuvre, entre loyalisme, convoitises et rancoeurs de familles rivales.

Elle raconte ensuite l’exil vers la France pour échapper à des représailles souvent non méritées, le passage très long par des camps de réfugiés dans des conditions honteuses, puis l’envoi vers des destinations non choisies pour fournir de la main d’œuvre aux usines françaises. Les enfants de Harkis vont s’adapter, comme ils le peuvent, puis vient une nouvelle génération qui cherche des repères entre deux cultures, deux histoires complexes dont ils ont bien du mal à démêler les fils.

Alice Zeniter nous livre ici un livre riche, que j’ai trouvé assez fascinant avec pour trame de fond un pan de notre histoire récente méconnue dont les protagonistes ont très peu parlé. Il montre aussi que le terme de 'Harki' recouvre des réalités bien différentes. J’ai vraiment eu du mal à lâcher ce roman qui donne un éclairage sur cette période sombre et je le relirai sans doute à un moment ou à un autre.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3490
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Alice Zeniter Empty Re: Alice Zeniter

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum