-14%
Le deal à ne pas rater :
Brandt BXP5560X – Four électrique encastrable 73 L, Classe A+
299.99 € 349.99 €
Voir le deal

Josef Skvorecký

5 participants

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par kenavo Sam 17 Fév - 5:02

Arabella a écrit: C'est un vrai crève-coeur que ses livres soient si difficiles à trouver en France, son chef d'oeuvre, L'ingénieur des âmes humaines n'a toujours pas été traduit.
c'est fait en allemand et je pensais que ce serait une bonne idée de passer commande - sans vérifier le nombre de pages... moi qui aime tant les pavés Cool
 Josef Skvorecký  - Page 3 Dscn0026

livre d'occasion à 1 €, ce ne sera même pas grave si je ne le lis pas Razz

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 30668
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par Arabella Sam 17 Fév - 8:58

Tu aurais pu commencer par Les lâches, c'est moins épais. Je pense que le nombre de pages est la raison principale de la non traduction.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4790
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par kenavo Dim 18 Fév - 5:41

Arabella a écrit:Tu aurais pu commencer par Les lâches, c'est moins épais.
je l'ai lu (d'ailleurs, un cadeau de ta part Wink ) et aussi Le camarade joueur de jazz, mais quand il y a déjà de bons commentaires pour un livre, je n'en rajoute pas
Arabella a écrit:Je pense que le nombre de pages est la raison principale de la non traduction.
en effet, faire traduire un tel pavé est un sacré engagement

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 30668
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par Arabella Dim 3 Fév - 15:09

Deux meurtres dans ma double vie


Le titre du l'ouvrage met bien en évidence la dualité qui est au coeur du roman. le narrateur est un écrivain tchèque, que la situation politique dans son pays d'origine a obligé à émigrer avec son épouse au Canada. Il enseigne dans une université de seconde zone le roman policier, genre dans lequel il écrit également. Nous le suivons donc dans sa vie de professeur, qu'il ne prend qu'à moitié au sérieux, préférant regarder les jolies étudiantes plutôt qu'à bûcher ses cours et à essayer de faire carrière. Dans cette vie canadienne, un meurtre intervient sur le campus : la victime est un professeur de mathématiques, peu apprécié en général, et de notre narrateur en particulier. Mais il a été aux premières loges, et a vu un certain nombre de choses, et ne peut s'empêcher d'en tirer des conclusions. D'autant plus, qu'une de ses étudiantes, par ailleurs dans la police, participe à l'enquête de manière officielle, et qu'elle vient lui en parler. Nous suivons donc le déroulé des événements et la progression de l'enquête, même si le narrateur ne semble prendre tout cela qu'à moitié au sérieux.

Il prend en revanche bien plus au sérieux la situation de sa femme. Cette dernière, éditrice connue de livres tchèques au Canada pendant la période communiste où la censure empêchait la parution d'ouvrages qui n'était pas dans la ligne, honorée et décorée après la chute du communisme, voit son nom apparaître sur une liste surgie on ne sait d'où de collaborateurs occultes des services secrets. Rien n'y fait : il lui est impossible de démontrer sa bonne foi, elle est régulièrement victime d'attaques dans les médias, et elle sombre petit à petit dans la dépression et l'alcoolisme. Son mari ne sait comment l'aider.

Le livre oscille entre un aspect ludique, celui de l'enquête policière, et une forme de tragique, lorsqu'il s'agit d'évoquer la situation de Sidonia, la femme du narrateur. La situation inextricable dans laquelle elle se débat, les retours en arrière sur la vie en Tchécoslovaquie de l'époque communiste, forment un contre-point dramatique au jeu de chercher le coupable et aux petites intrigues du campus. le narrateur est déchiré entre les deux tonalités.

La thématique et l'approche pour la traiter sont intéressantes, mais j'avoue une forme de frustration suite à cette lecture. La dualité affichée est peut-être un peu trop évidente, trop systématique. Et je n'ai pas retrouvé l'écriture qui m'avait tant séduite dans d'autres livres de Josef Škvorecký, mélange d'humour et de réalisme ; je ne sais pas si la faute en revient à l'auteur, ou à la traduction. Ce n'est sans doute pas le meilleur livre de Josef Škvorecký, même si cela reste toujours intéressant.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4790
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par Aeriale Lun 4 Fév - 10:38

Ah mince... J'étais toute contente de voir son nom ressurgir grâce à toi.

J'avais vraiment aimé les deux autres (surtout Les lâches)
Aeriale
Aeriale

Messages : 11379
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par Arabella Jeu 11 Juin - 21:11

Le lionceau


Roman paru en 1969, suite au bref dégel tchèque, pendant le départ de l'auteur en exil au Canada, ce sera sa dernière oeuvre parue dans son pays, avant l'interdiction qui va frapper ses livres pendant un bon moment.

Le personnage principal, qui pour une fois, n'est pas Danny Smiricky, même s'il lui ressemble par certains aspects, est un poète, écrivain, qui compte tenu du contexte politique de son pays, a mis un frein à ses ambitions littéraires, pour ne pas s'exposer aux risques d'une répression, voire d'un emprisonnement. Il travaille dans une maison d'édition importante en tant que rédacteur, et suit à la lettre les recommandations de son directeur, ce qui lui permet une vie relativement confortable. Nous le suivons de près dans son activité professionnelle ; une affaire en particulier préoccupe tout le monde. Une jeune collaboratrice tient à tout prix à faire éditer le livre d'une débutante, qui a de réelles qualités littéraires, mais dont le contenu risque d'indisposer les autorités, à cause de la façon trop véridique et trop crue dont elle aborde son sujet, des adolescents à la marge de la société. le directeur, tout en respectant les formes des comités littéraires et autres procédures, fait tout pour couler le manuscrit. Mais la jeune collaboratrice, Dacha, a de la ressource, et n'hésite pas à utiliser ses charmes pour convaincre les membres du comité de suivre son avis. Ce qui donne lieu à quelques scènes hilarantes, dans ce milieu d'écrivains et littéraires, dont certains n'ont comme seul objectif que la préservation de leur poste et de leur situation, quitte à sortir n'importe quelle ânerie, et à émettre des jugements sur la littérature en fonction des thèses politiques officielles du moment. Même les ouvrages de grammaire peuvent être corrigés en dépit du bon sens, mais pour suivre la ligne du partie. Loden, notre anti-héros, tout en étant conscient de l'absurdité de ce qu'on lui demande, s'y conforme pour éviter les ennuis.

En dehors de ses activités professionnelles, son occupation principale est d'essayer de séduire des femmes. Au début du roman, il a une liaison avec une ballerine, Vera, mais il s'en est lassé. D'autant plus qu'il fait la rencontre de la belle et fascinante Lenka, que son ami maladroit Vaclav, lui présente. Vaclav étant plus que maladroit, Loden arrive à se retrouver seul avec Lenka. L'attitude de cette dernière est étrange : elle semble l'encourage au départ, mais très vite l'ignore, et l'évite au maximum. Tous les stratagèmes et techniques de séduction de Loden semblent sans effet sur Lenka. Elle est un véritable mystère pour Loden, non seulement elle semble vouloir épouser Vaclav, malgré toutes les bourdes que ce dernier commet, mais elle manifeste un étrange intérêt pour le directeur de la maison d'édition, vieux, laid, et moralement bien plus condamnable que Loden. Ce dernier, devenu amoureux fou, va essayer de percer l'énigme posée par cette jeune femme, dont le comportement lui semble défier toutes les lois de la nature.

Un livre amusant, l'auteur le présente comme un roman policier, ce qu'il devient un peu vers la fin. Mais cet aspect est malgré tout un peu anecdotique, et c'est la description des milieux de l'édition tchèque dans les années 60 qui est sans aucun doute l'élément le plus intéressant. le portrait de Lenka, est aussi intéressant, mais nous ne la voyons que par les yeux de Loden, elle ne nous parle jamais directement, elle reste aussi un mystère au fond pour le lecteur, même si la fin nous révèle des choses essentielles sur elle. Ce qui est peut-être une façon d'éviter trop de pathos, tant son histoire est tragique.

Sans être parmi les plus grandes réussites de Josef Škvorecký, un roman très agréable à lire, et par moments, très drôle, même s'il soulève des questions et problématiques très graves.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4790
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par Aeriale Ven 12 Juin - 9:27

Oh, merci pour cet avis, Arabella!

Tentant évidemment, mais sans doute dur à trouver. Tu l'as eu en bibliothèque?
Aeriale
Aeriale

Messages : 11379
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par Arabella Ven 12 Juin - 12:16

Non, acheté d'occasion il y a quelque temps sur un site. J'ai tendance à écumer les sites pour trouver les livres épuisés des auteurs qui m'intéressent. Parfois on trouve aussi chez Gibert.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4790
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

 Josef Skvorecký  - Page 3 Empty Re: Josef Skvorecký

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum