Le Deal du moment :
Display Pokémon japonaise Terastal Festival Ex ...
Voir le deal

Brady Udall

4 participants

Aller en bas

Brady Udall Empty Brady Udall

Message par Aeriale Mer 22 Jan - 15:57

Brady Udall Brady_10

Né en 1971.
Brady Udall grandit dans la petite ville américaine de Saint Johns, en Arizona, au sein d’une famille nombreuse de mormons.
Il se consacre très jeune à l’écriture, remportant, à douze ans, un concours de poésie. Diplômé de l’université Brigham Young, il enseigne l’anglais au Brésil, puis en Corée, avant de rentrer aux États-Unis où il suit les cours de créativité littéraire du prestigieux Iowa Writer's Workshop de l’université de l’Iowa.
Quelques-unes de ses nouvelles sont publiées dans des magazines spécialisés américains. En 1998, son premier recueil d’histoires courtes, Lâchons les chiens, est salué comme une révélation par des critiques enthousiastes. Le Franklin and Marshall College (Pennsylvanie) lui propose alors un poste d’enseignant en littérature, qu’il accepte. Son premier roman, Le Destin miraculeux d’Edgar Mint, paraît en 2001 et le propulse au rang des meilleurs jeunes auteurs américains de sa génération. Son œuvre est comparée à celle de Dickens ou de John Irving, son style à celui de Raymond Carver.
Prenant leur source dans les contrées les plus reculées du Middle West, ses histoires vibrent sur une corde raide, constamment tendue entre l’humour et les drames les plus sombres.

Bibliographie
1998 Lâchons les chiens,
2001 Le Destin miraculeux d’Edgar Mint,
2011 Le polygame solitaire
Aeriale
Aeriale

Messages : 11625
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Brady Udall Empty Re: Brady Udall

Message par Aeriale Mer 22 Jan - 16:01

Brady Udall 41evm110

J'avais quelques scrupules à m'y plonger. 740 pages sur la vie d'un mormon affublé de 4 épouses et père de 28 enfants (répertoriés et numérotés en prologue) ça m'inquiétait un peu. L'histoire des sectes ne me passionne guère, les pavés me font blêmir, et la comptabilité des rejetons du monsieur parachevait mes craintes. Mais je suis d'un naturel optimiste..

Quel bonheur que ce livre! Le récit de Golden, né des aléas de la vie au sein d'un couple bancal qui se retrouve embarqué un peu par hasard dans une confrérie de Mormons et se doit d'assurer la pérennité de la race car faisant partie des Elus est réellement un must. Golden à l'apparence assez peu brillante pour un nom qui pourrait le suggérer, n'est pas heureux. On peut même dire en perdition, incapable qu'il est de trancher, errant d'un foyer à l'autre, n'osant donner des signes d'affection à quiconque de peur de déclencher les jalousies. C'est plutôt un être faible, un peu passif, dépassé par la multiplicité des problèmes mais aussi terriblement attachant sous ses allures gauches de grand gaillard rustaud. Pour ne pas sombrer il prend la fuite dans sa caravane et élabore des chantiers loin de ses bases (un pensionnat qui se révèle en fait être un bordel)

Au centre de ce maelström règnent les épouses et surtout Beverley, la plus ancienne qui dirige tout ce beau monde d'une poigne de fer. Rose, dépressive, Nola toujours enjouée, et enfin Trish, la plus jeune à laquelle Udall s'attache davantage. Et puis les enfants, trop nombreux pour être cités mais d'où se détache le plus rebelle, Rusty qui se croit mal aimé. Tous ont leurs manques, leur besoin de sortir de l'amalgame pour exister par eux-mêmes et capturer quelques bribes d'affection. Coincés comme "des singes dans un filet" ils se débattent et s'égratignent, prenant conscience qu'ils ne seront jamais uniques mais toujours vu comme un ensemble, indissociables des autres.

C'est acide, parfois excessivement drôle et bourré de tendresse. On sent l'amour de Brady Udall pour tous ses personnages, qui tentent comme chacun de trouver un équilibre, une raison de tenir. Comment forger sa place dans un tel univers? L'auteur ne donne pas de réponses mais nous montre que dans ces familles comme dans toute autre, les joies et les peines, les rêves et les embûches sont aussi vivaces ou cruels qu' ailleurs. On ne peut que fondre face aux revers de Golden et des siens, ils nous sont rendus si proches que la notion de polygamie et l'intégrisme de leur religion ne nous choquent même plus. Sans doute grâce à ce regard dépourvu de jugement, en parfaite empathie avec eux, et cette ironie bon enfant qu'il ne laisse jamais de côté, l'auteur nous livre ici un magnifique roman sur l'appartenance et ses règles, sur cette notion fragile et déroutante que revêt parfois toute forme de clan familial, et sur l'amour en général.

Un roman extrêmement riche que j'ai lu entre rire et larmes, et qui restera à coup sûr dans mes plus belles découvertes!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11625
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Brady Udall Empty Re: Brady Udall

Message par Liseron Jeu 23 Jan - 10:18

Oh, Oh ! Tu as l'air conquise...Je le note...mais c'est beaucoup de pages ! Je pense lire avant le dernier Paul Auster, qui est aussi un gros pavé !

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4178
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Brady Udall Empty Re: Brady Udall

Message par domreader Jeu 23 Jan - 21:47

J'avais lu The Miracle Life Of Edgar Mint il y a quelques années, j'en garde un bon souvenir. Le style me rappelait un peu John Irving. Du coup cet autre roman me rend curieuse.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3494
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Brady Udall Empty Re: Brady Udall

Message par Aeriale Ven 24 Jan - 7:19

Liseron a écrit:Oh, Oh ! Tu as l'air conquise...Je le note...mais c'est beaucoup de pages ! Je pense lire avant le dernier Paul Auster, qui est aussi un gros pavé !
cheers
domreader a écrit:J'avais lu The Miracle Life Of Edgar Mint il y a quelques années, j'en garde un bon souvenir. Le style me rappelait un peu John Irving. Du coup cet autre roman me rend curieuse.

A John Irving , que je n'ai jamais lu...

Encore une bonne idée ;-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 11625
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Brady Udall Empty Re: Brady Udall

Message par Nightingale Mer 22 Déc - 9:37

Lâchons les chiens (nouvelles)

Brady Udall 97822621

C'est le recueil de nouvelles, salué par la critique, par lequel Brady Udall s'est fait connaitre en 1998.
Et effectivement, c'est un grand plaisir de lecture.
L'auteur a un don évident pour faire naître et vivre ses personnages en quelques lignes, et nous entrainer de façon si simple dans une petite tranche de leur vie.
C'est profondément humain, sincère, et contrairement à pas mal de nouvelles US, tout n'est pas noir et désespérant ! J'ai même trouvé que la plupart des 10 nouvelles ici, projettent plutôt leurs personnages vers quelquechose de positif.
Elles se terminent rarement comme on se l'imaginait.

C'est un grand coup de cœur, à chaque nouvelle, je me disais "celle-ci, c'est la meilleure", et puis pareil pour la suivante, et ainsi de suite...
Un vrai grand plaisir de lecture biglov ... qui va m'inciter à lire ses romans. J'ai dans mes rayons Le destin miraculeux d'Edgar Mint.

Dommage qu'il n'aie plus rien écrit depuis 10 ans.

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2747
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Brady Udall Empty Re: Brady Udall

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum