Le Deal du moment : -33%
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur ...
Voir le deal
99.99 €

Serge Joncour

4 participants

Aller en bas

Serge Joncour Empty Serge Joncour

Message par Nightingale Dim 25 Oct - 15:04

Serge Joncour

Serge Joncour Joncou10
Photo Jean-Philippe Baltel :copyright: Flammarion


Né à Paris le 28 novembre 1961, Serge Joncour veut devenir nageur de combat. Il interrompt donc rapidement ses études de philosophie, faute de temps. Il exerce différents métiers : maître nageur, livreur de journaux, cuisinier, rédacteur publicitaire... Il voyage dans de nombreuses îles avant de se consacrer définitivement à l’écriture. En 1998, il publie son premier roman, Vu, qui le propulse sur le devant de la scène littéraire. Il est l’auteur de douze livres parmi lesquels, UV (Le Dilettante, prix France Télévisions 2003) et, aux éditions Flammarion, L’Idole (2005), Combien de fois je t’aime (2008), L’Amour sans le faire (2012), L’Écrivain national (prix des Deux Magots 2014), Repose-toi sur moi (prix Interallié, 2016) et Chien-Loup (prix Landerneau 2018).
Sources : Editions Flammarion

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2737
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Nightingale Dim 25 Oct - 15:19

Nature humaine

Serge Joncour Nature11

La France est noyée sous une tempête diluvienne qui lui donne des airs, en ce dernier jour de 1999, de fin du monde. Alexandre, reclus dans sa ferme du Lot où il a grandi avec ses trois sœurs, semble redouter davantage l’arrivée des gendarmes. Seul dans la nuit noire, il va revivre la fin d’un  autre monde, les derniers jours de cette vie paysanne et en retrait qui lui paraissait immuable enfant. Entre l’homme et la nature, la relation n’a cessé de se tendre. À qui la faute ?
Dans ce grand roman de « la nature humaine », Serge Joncour orchestre presque trente ans d’histoire nationale où se répondent jusqu’au vertige les progrès, les luttes, la vie politique et les catastrophes successives qui ont jalonné la fin du XXe siècle, percutant de plein fouet une famille française. En offrant à notre monde contemporain la radiographie complexe de son enfance, il nous instruit magnifiquement sur notre humanité en péril. À moins que la nature ne vienne reprendre certains de ses droits…


**********


Alexandre, seul garçon de la ferme, se voit assigné d'office le rôle de celui qui va devoir reprendre l'exploitation, alors que ses sœurs, attirées par la ville, vont partir une à une faire des études.
Il reste auprès des parents et des grands-parents. Et il y aussi le vieux voisin, le père Crayssac qui cherche à résister au "progrès" qui broie tout sur son passage. Lui est un militant du camp du Larzac.

Alexandre va se trouver pris entre ces deux pôles, et vivre une histoire d'amour plutôt hors normes, qui va le conduire vers des chemins qu'il n'aurait pas imaginés.

Ce grand roman nous fait revivre tous les changements qui se sont opérés dans ces deux décennies.
Au cœur, il y a évidemment le monde paysan, plus que tout autre confronté à ces grands changements : la production, l'avènement de la grande distribution (le début des Mammouths), le développement du nucléaire, les chantiers des autoroutes qui n'ont que faire des terres qu'ils pourfendent, l'arrivée de Mitterrand au pouvoir... et le militantisme (on a oublié à quel point ces années étaient ponctuées d'attentats en tout genre, autour de différents combats)...

Nostalgie, quand tu nous tiens !
Je me suis régalé à suivre Alexandre dans sa ferme du Lot, de son adolescence au cœur de la sécheresse de 76, jusqu'à la tempête de 99.
Est-ce lié à mes vielles racines paysannes, je ne saurais dire, mais voilà un beau grand moment de lecture pour moi, passionnant et prenant.
Merci Monsieur Joncour. :chapeaubas:

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2737
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Liseron Lun 26 Oct - 16:45

Belle critique, tu finis de me convaincre...même si je n’ai pas de racines paysannes !!

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4173
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Nightingale Mar 3 Nov - 7:35

Prix Femina pour Nature Humaine ! cheers

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2737
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Aeriale Ven 6 Nov - 11:03

Nightingale a écrit:Prix Femina pour Nature Humaine ! cheers
C'est bien pour lui!

Ton enthousiasme m'a incitée à le relire. J'avais été déçue par L'amour sans le faire, dont j'ai retrouvé mon commentaire (de 2012)
Mais j'en avais aussi lu un autre, L'écrivain national que j'avais complètement oublié et qui m'avait réconciliée à l'époque avec l'auteur.

L'amour sans le faire

Serge Joncour 41gnzg10


C'est le récit de Franck retourné dans la ferme familiale après dix ans d'absence, suite au décès de son frère dont on ne saura guère plus. Là bas il se redécouvre une famille: son petit neveu prénommé Alexandre comme son papa, Louise sa belle soeur, croisée lors des obsèques, et ses parents qu'il trouve changés, plus distants. En fait tout lui parait changé, il a du mal à trouver ses repères, Louise le met mal à l'aise. Mais au cours d'un week-end restés seuls, ces deux là vont apprendre à se connaître et une tendre complicité va les rapprocher.

Voilà pour la trame, assez conventionnel il faut dire. Déjà on ne sait pas trop le pourquoi des choses ni ce que Franck a à se reprocher (les retrouvailles sont tendues, les parents très distants) Bien sûr les deux taiseux restés seuls avec leurs tourments vont tenter un rapprochement plutôt réussi mais qui ne peut décemment aboutir. Ensemble ils vont chercher à disséquer les non dits, tous ces silences qui empoisonnent leur passé, s'apprivoiser et se reconstruire, aidés par la jovialité communicative du gamin.

Bien joli et aisé à lire mais aussi déjà lu/vu maintes fois. J'ai dû faire un effort pour me remémorer quelque chose de précis sur lequel étayer mon commentaire mais je n'ai rien trouvé de solide hormis les sempiternels secrets et cette atmosphère un peu étouffante des gens de la terre, qui elle est bien rendue. A part ça? Rien de nouveau sous le soleil, les blessures, les rancoeurs, les incompréhensions, tout le monde en a son lot, reste à trouver le moyen de les rendre particuliers et là pour moi, ça a fait plouf. Serge Joncour est peut-être un mal aimé aussi, comme son personnage, mais cela ne m'a pas donné envie d'en savoir plus. Dommage!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11607
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Aeriale Ven 6 Nov - 11:07

-- L'écrivain national-
!Serge Joncour Tzolzo28
(commentaire de 2015)


L'auteur, ou son double Serge, débarque dans une petite bourgade du Morvan, invité par la commune en résidence d'écriture, alors qu'un fait divers vient de bouleverser la vie jusque là tranquille des habitants. La disparition, sans cadavre, d'un riche forestier, crime attribué rapidement et sans preuves flagrantes, à un couple de marginaux Aurélik et Dora. Serge, fasciné par le visage de la jeune femme au travers d'une photo publiée, et par l'aura de mystère qui s'en dégage, est alors irrémédiablement entraîné dans une enquête qui le dépasse, sous le regard suspicieux des villageois.

J'avoue avoir été très agréablement surprise par l'écriture de Joncour cette fois-ci. Je n'avais pas trop aimé son dernier L'Amour sans le faire que j'avais trouvé un peu lassant. Ici, je suis rentrée facilement dans cette histoire insolite et il a réussi à capter mon attention jusqu'à la fin. Il y a de l'humour, de l'humilité et cette pointe d'autodérision qui font qu'on accroche d'emblée avec le narrateur, même si ce dernier semble parfois naïf et l'attraction qui le lie à Dora assez peu crédible, si on y réfléchit. Il y a aussi une belle réflexion sur le rôle de l'écrivain, son besoin de pénétrer le réel pour en refléter ses propres fantasmes, l'inévitable mélange des deux, ses limites. Tout cela sur une vision plutôt drôle de la vie pastorale où tout le monde épie tout le monde, et chacun a un avis définitif. Pas mal du tout!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11607
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Nightingale Ven 6 Nov - 11:16

Aeriale a écrit:
L'amour sans le faire

Je ne sais pas pour le roman, mais en tout cas une jolie adaptation au cinéma sous le titre "Revenir", avec des comédiens inspirés, entre autre Niels Schneider, Adèle Exarchopoulos ... Smile

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2737
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Aeriale Sam 28 Nov - 19:44

Nature humaine


Serge Joncour Tzolzo29



Nous sommes dans le Lot, durant le déluge de cette fin 99. Alexandre, isolé dans sa ferme, se désole en attendant l'arrivée des gendarmes. "Tout était prêt" dit il. Laissant très vite le lecteur sur cette mystérieuse énigme, Joncour replonge dans la vie du personnage central, trente ans auparavant, lorsqu'il était encore un jeune cultivateur voué à reprendre la terre des parents selon la tradition familiale et des rites à l'ancienne. Pas d'engrais ni de pesticides, tout se fait à la main, jusqu'à la cueillette du safran que les "vieux" ont fini par abandonner. Alors que le père pense à se moderniser, investir dans un nouveau tracteur et se mettre aux normes pour plus de rentabilité, le fils hésite à suivre cette voie, tiraillé entre les attraits du progrès et l'angoisse de la nouveauté. Sa rencontre avec une belle allemande de l'Est et ses amis activistes vont le forcer à s'engager dans une voie.

Serge Joncour montre clairement son parti. Suivant le parcours de son jeune héros, il brosse un état des lieux dramatique de la mondialisation. Etalant sur plus de 30 ans le quotidien de cette famille, entre apparition des hypermarchés, de la télé, de la multiplication des autoroutes et des centrales nucléaires, c'est tout un pan de l'histoire de notre pays qu'il redessine. On se remémore ainsi les luttes du Larzac, Golfech, la catastrophe de Tchernobyl, la marée noire de l'Erika, la crise de la vache folle et tous les soubresauts qui ont agité cette période transitoire, nous amenant inexorablement vers un consumérisme généralisé.

C'est très détaillé, j'ai revu avec nostalgie toute cette actualité que j'avais parfois oubliée, c'est vrai (Le Larzac et toutes ces manifs à l'époque) et pris du plaisir à la revivre. Comment ne pas regretter ces souvenirs, un temps baigné de douceur de vivre, les courses en GS et les soirées autour des rares programmes télé où toute la famille se réunissait? Forcément cela parle à une génération dont je fais partie. Mais ce refus catégorique d'un progrès quelque part inévitable, d'une ouverture sur le monde, sur les autres, m'a aussi un peu gênée. Et surtout m'a ramenée à une réalité plutôt triste dont je n'avais peut être pas envie en ce moment. 

Serge Joncour sait mener un récit, c'est clair, et son roman est complètement dans l'air du temps. Peut-être un peu trop pour moi justement. Son but est de réveiller les consciences, certes, et c'est bien mais je pense qu'on y est déjà en plein. En ces temps de covid, de catastrophes naturelles et d'islamisme grandissant, il ne m'a pas fait décoller du réel. J'avais envie d'autre chose, en fait!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11607
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par kenavo Mer 22 Juin - 4:08

Serge Joncour Aaa2639
U.V.
Présentation de l’éditeur
Une villa, sur une île, au plus fort de l'été. Un jour, un inconnu surgit, il se prénomme Boris. Il vient rendre visite à Philip, son vieil ami de lycée. Seulement Philip n'est pas là. Il n'arrivera que demain, après-demain au pire, on ne sait pas. Courtois, homme avisé et sûr de lui, Boris s'installe. Rapidement. Très rapidement. Il se fond même tellement au décor qu'il s'avère vite le convive parfait, l'élément distrayant. Ravis, charmés, et même manipulés à leur insu, tous se laissent happer par son terrible pouvoir de séduction. Seul André-Pierre a décidé de se méfier. Il n'aime pas ce genre de type, balnéaire et bronzé. Et puis, pourquoi Philip n'arrive-t-il pas ? Pour lui tout alimente l'inquiétude, jusqu'à cette canicule qui entête, qui échauffe les corps avant les esprits. Jamais il n'a fait aussi chaud, jamais la mer n'est apparue aussi désirable et haute, juste là, en bas des marches, par où Philip arrivera.

Patiemment, Joncour assemble ses pièces, maîtrise le volume des cris et les sautes de calmes. Highsmith rôde non loin. Chabrol rit dans le jardin d'en face.
Sortie en 2003, j’ai découvert ce roman lors d’un séjour en Bretagne (les événements se passent sur l’île de Bréhat, une telle lecture était donc prédestinée de se faire en vacances).

Après presque 20 ans, j’ai ressortie le livre. J’en gardais de si bon souvenirs – et surtout pour une lecture d’été, en voici le roman parfait.

Ce qui est marrant, je me rappelais encore très bien certains détails, surtout cette tension qui monte de page en page – mais j’avais oublié la fin. Et quelle chance, la relecture s’est passée encore mieux.

La maison d’édition fait bien de mentionner Highsmith et Chabrol. Si on aime le genre de suspense que ces deux savent créer, on se trouve très bien en compagnie de Serge Jonjour.

C’est partie pour un séjour sur l’île…

Serge Joncour Aa3715

et voici la version comme je l’ai découvert en 2003

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31374
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Liseron Mer 22 Juin - 18:32

Je ne sais pas comment tu fais pour trouver le temps de relire des livres mais merci, c’est très tentant !

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4173
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par kenavo Jeu 23 Juin - 5:54

200 pages, cela se lit assez vite... en plus c'est tellement captivant, on y va à double vitesse Wink
je ne peux que te recommander un petit séjour à Bréhat Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31374
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Serge Joncour Empty Re: Serge Joncour

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum