Jack Black

Aller en bas

Jack Black Empty Jack Black

Message par Queenie le Lun 24 Juil - 14:49

Jack Black Jack_b10

présentation de l'éditeur Toussaint Louverture a écrit:
Né en 1871 près de Vancouver, Thomas Callaghan alias « Jack Black », a grandi aux États-Unis, dans le Missouri. Orphelin de mère, délaissé par son père, appelé par l’aventure et les rencontres autour des feux de camp, il mène rapidement la vie d’errance des hobos dans cet Ouest américain en plein développement du début du XXe siècle, et de rencontre en rencontre, de méfait en méfait, il s’affranchit sans remords de la loi, devenant un yegg, un perceur de coffre de haute volée. Sa carrière criminelle prend néanmoins un tournant en 1906 à la suite de sa condamnation à 25 années de pénitencier, où entre mauvais traitement et tortures, il connaît l’enfer. Il y poursuit néanmoins le trafic d’opium, ce qui le pousse une nouvelle fois à se faire la malle afin d’assouvir sa propre addiction à la morphine. Sa rencontre avec Fremont Older, journaliste progressiste pour qui la presse doit prendre le parti des faibles contre l’injustice, les privilèges et la corruption, marque le début de son assagissement, de sa rédemption et de sa carrière d’écrivain. Sa réputation d’ex-taulard et ses relations avec le monde du crime lui servent tout autant pour devenir le garde du corps d’Olderque journaliste spécialisé dans les affaires criminelles. Après la publication de Personne ne gagne en 1926, Black écrit une pièce de théâtre qui est montée à Los Angeles puis il est employé par la mgm pour écrire le scénario d’un drameautour d’un fait divers. Faisant de nombreuses conférences, il milite pour la réforme du système pénitentiaire, luttant contre la peine capitale et les traitements inhumains, en privilégiant la prévention. Il disparaît en 1932, peut-être noyé dans le port de New York, peut-être assassiné d’une balle dans la gorge, en laissant derrière lui, outre Personne ne gagne, quelques articles et une montre retrouvée chez un prêteur sur gage…

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 4035
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Jack Black Empty Personne ne gagne

Message par Queenie le Lun 24 Juil - 15:14

Personne ne gagne, ed. Toussaint Louverture
(première édition en 1926. Il avait déjà été traduit et publié en France en 1932 chez Gallimard "Rien à faire" et en 2007 "Yegg : autoportrait d'un honorable hors-la-loi)


Jack Black Person11

Jack Black se raconte. Un témoignage incroyable, humble, direct, sobre, alors que toute l'histoire est une suite d'uppercuts, de suspens, de montée fulgurante d'adrénaline.
On suit donc absolument toute sa vie, un jeune garçon, qui par fascination et concours de circonstances, va devenir hobo, vag, yegg, Johnson. Vous ne comprenez rien de ce que c'est : lisez le !
C'est un souffle de liberté, Jack qui parcourt le pays, d'un train à l'autre, se glissant sous les essieux, dans les wagons, sur les toits des trains.
C'est un souffle de panache, ce Jack qui entre dans les maisons et volent des petits magots jusque sous l'oreiller du dormeur.
C'est aussi un cri de colère, de hurlement, de douleur, quand il se retrouve derrière les barreaux, que les flics torturent les prisonniers, qu'ils sont traités pire que la pire des vermines.
Ce sont des phrases de sagesse, de cet homme qui a connu le pire de l'homme mais aussi le beau : à garder un code d'honneur, une éthique. et qui sans se pardonner, accepte son passé, en accepte les raisons, les conséquences.
Un beau plaidoyer, aussi, sur le fonctionnement des prisons, à dénoncer la violence qui produit la violence, l'assassin qui donne naissance à l'assassin. A rappeler que la justice ne devrait jamais avoir les mêmes méthodes que les hors la loi.

Ce livre est une aventure des grands espaces, un beau témoignage de la vie des bas fonds, là où ceux que les "bien pensants" considèrent comme des bêtes sont criants d'humanité, un suspens haletant avec des scènes terribles de grands vols ou de règlement de comptes, de poursuites.
C'est l'Amérique qui s'industrialise, se modernise, se sécurise, se déshumanise aussi. On en sent tous les prémices.

C'est un beau livre, sans fioriture, avec du cœur, et de l'Aventure !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 4035
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum