Franz Kafka

Aller en bas

Franz Kafka

Message par Casus Belli le Mar 30 Jan - 19:22



Franz Kafka est un écrivain pragois de langue allemande et de religion juive, né le 3 juillet 1883 à Prague et mort le 3 juin1924 à Kierling. Il est considéré comme l'un des écrivains majeurs du xxe siècle
Surtout connu pour ses romans Le Procès (Der Prozeß) et Le Château (Das Schloß), ainsi que pour les nouvelles La Métamorphose (Die Verwandlung) et La Colonie pénitentiaire (In der Strafkolonie), Franz Kafka laisse cependant une œuvre plus vaste, caractérisée par une atmosphère cauchemardesque, sinistre, où la bureaucratie et la société impersonnelle ont de plus en plus de prise sur l'individu. Hendrik Marsman décrit cette atmosphère comme une « objectivité extrêmement étrange… »
L'œuvre de Kafka est vue comme symbole de l'homme déraciné des temps modernes. D'aucuns pensent cependant qu'elle est uniquement une tentative, dans un combat apparent avec les « forces supérieures », de rendre l'initiative à l'individu, qui fait ses choix lui-même et en est responsable.


BIBLIOGRAPHIE





Dernière édition par Casus Belli le Mar 30 Jan - 19:25, édité 1 fois

Casus Belli

Messages : 12
Date d'inscription : 14/12/2016

https://sites.google.com/site/noteslitteraires/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz Kafka

Message par Casus Belli le Mar 30 Jan - 19:23

Dans les récits Die Verwandlung (La Métamorphose)1915 et Der Process1925 de Franz Kafka, le protagoniste est en proie à son entourage, à sa société : ce qui devrait paraître aberrant aux yeux de tous devient ordinaire (une métamorphose inexpliquée, un procès sans cause), et il est tout seul pour démêler son problème. La force des situations oblige l’individu à accepter et normaliser son malheur, sa métamorphose. Puisque les autres s’y accoutument, il se rend à ce qui devient désormais son quotidien. Il intègre le changement avec les autres, mais est seul face à la souffrance qui en découle. Un sentiment de solitude extrême se dégage. Les siens lui sont finalement étrangers. La situation nouvelle est irréversible. Il y a une sensation de surréalisme dans ces histoires, où la métamorphose, le procès, sont vécus comme des injustices. C’est comme un morceau de cauchemar qui s’incruste, se fond dans la réalité. Le protagoniste subi le sentiment de culpabilité, et c’est d’autant plus tragique qu’il n’est pas responsable. Il a le sentiment de payer pour des fautes dont il n’est pas l’auteur. Kafka décrit là des situations où l’individu est coupable devant les autres, devant la société, mais pas responsable.

Casus Belli

Messages : 12
Date d'inscription : 14/12/2016

https://sites.google.com/site/noteslitteraires/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz Kafka

Message par kenavo le Mar 30 Jan - 20:37

merci pour ce fil...
cela me rappelle que j'ai L'Amérique depuis un bon moment dans ma PAL... je vais le remettre tout en haut Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10344
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz Kafka

Message par kenavo le Dim 4 Mar - 4:58

/
Amerika / L’Amérique
Présentation de l’éditeur
Le héros, Karl Rossmann, est un jeune émigrant de seize ans que ses parents ont expédié en Amérique à la suite d'une mésaventure avec une bonne. Le hasard lui permet de retrouver son oncle Jacob, sénateur à New York, homme d'affaires puissant et riche. Oncle Jacob l'adopte et entreprend de le préparer à devenir aussi un homme d'affaire. Mais Karl accepte étourdiment l'invitation d'un ami de son oncle et se soustrait ainsi sans motif valable à sa leçon d'anglais et à sa leçon d'équitation. Cela suffit pour que l'oncle Jacob le chasse à tout jamais. Voici Karl redevenu un pauvre émigrant sans appui encombré d'une malle et d'un parapluie.
Son personnage honnête et candide, épris de justice, connaît encore bien des déboires et des aventures tragiques. La méchanceté du sort le poursuit sous les traits de deux vauriens qui le volent, l'exploitent, le trahissent.
Franz Kafka lui-même avait donné à ce roman comme titre Der Verschollene (Le Disparu). Max Brod, en le publiant posthume en 1927, a décidé de le nommer Amerika (L’Amérique).

Il s’agit de son premier essai d’écrire un roman, mis de côté et jamais terminé.

Ainsi il reste inachevé et on va quitter le personnage principale au cours de son destin qui semble l’amener d’un désastre à un autre…

Je vais retenir un sentiment de cette lecture : énervé !
Oui, je veux bien pardonner au personnage principal, Karl Rossmann, sa jeunesse, mais même 17 ans n’excusent pas toute cette nativité dont il fait exemple. C’est par moment terrible !

Mais si on délaisse ce côté, on découvre un Kafka qui invente des situations absurdes, probablement pour son propre plaisir et par la suite pour le lecteur.

C’est par moment tellement loufoque, difficile de voir l’auteur si « sérieux » et serein qu’on croit reconnaître sur toutes les images qui le représentent.

Puisque le roman est resté sans fin, c’est au lecteur de s’imaginer la suite. Selon différentes sources, Max Brod avait dit qu’il croyait en un happy end, mais les experts ont trouvés des traces dans les journaux de Kafka qui disent qu’il a prévu une autre fin pour le cher Karl.
N’importe les théories, le lecteur reste le maître du personnage et de la suite de son parcours.


_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10344
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz Kafka

Message par Epi le Dim 4 Mar - 15:35

@kenavo a écrit:
C’est par moment tellement loufoque, difficile de voir l’auteur si « sérieux » et serein qu’on croit reconnaître sur toutes les images qui le représentent.
Mais Kafka avait de l'humour même si ce n'est pas ce qu'on remarque d'emblée. Je l'ai beaucoup aimé à une époque et puis je l'ai oublié. Je tenterai bien Amerika !

_________________
Let It Be
avatar
Epi

Messages : 1909
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz Kafka

Message par kenavo le Lun 5 Mar - 5:15

@Epi a écrit:Mais Kafka avait de l'humour même si ce n'est pas ce qu'on remarque d'emblée. Je l'ai beaucoup aimé à une époque et puis je l'ai oublié. Je tenterai bien Amerika !
jusqu'à présent, je ne connaissais que ses journeaux... je veux bien tentre d'autres romans de lui

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10344
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franz Kafka

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum