Josef Winkler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Josef Winkler

Message par kenavo le Dim 18 Déc - 7:04



Josef Winkler (né le 3 mars 1953 à Kamering en Carinthie) est un écrivain autrichien.

Il a grandi en Carinthie dans une famille de paysans. Son village natal constitue le décor principal de ses premiers ses livres. Il vit aujourd'hui à Klagenfurt. Il fait de nombreux séjours en Italie, notamment à Rome, qui lui inspirent le roman Cimetière des oranges amères et la "nouvelle romaine" Nature morta, ainsi qu'en Inde (Varanasi), qui lui inspire Shmashana et Sur les rives du Gange. Ses voyages l'ont également mené sur les traces de Jean Genet (Paris, Touraine, Maroc) et au Mexique.
De 1973 à 1982, il travailla dans l'administration de l'université des sciences de l'éducation de Klagenfurt. Josef Winkler organisa alors un Cercle de travail littéraire en collaboration avec Alois Brandstetter et publia une revue littéraire Schreibarbeiten (Travaux écrits).

En 1979 il remporta avec le roman Menschenkind le second prix du Prix Ingeborg Bachmann, qui avait été attribué à Gert Hofmann. Ce livre forme avec les deux suivant Der Ackermann aus Kärnten et Muttersprache la trilogie Das wilde Kärnten. Le milieu rural de la province autrichienne, le catholicisme et ses rites, la mort, ainsi que l'homosexualité - Winkler décrit le suicide de deux adolescents de son village comme l'élément déclencheur de son écriture -, jouent un rôle important dans ses textes. Winkler décrit, à partir d'expériences personnelles, mais aussi en recourant à des récits de rêves, à des jeux sur les identités et des citations littéraires, la difficulté du marginal dans un milieu patriarcal et marqué par la religion catholique.
Parmi les auteurs qui sont des figures tutélaires de Winkler, Jean Genet (auquel il consacra un livre, Le Livret du pupille Jean Genet), Hans Henny Jahnn, Kafka, Lautréamont, les surréalistes français. En 2007 est parue le récit le Roppongi. Requiem für einen Vater.

Il reçoit en 2008 le Grand Prix National autrichien ainsi que le prix Büchner, qui lui est remis à Darmstadt en novembre 2008. En juin 2009, il ouvre, par un discours provoquant, le 30e concours littéraire Ingeborg Bachmann à Klagenfurt.


source: Wikipedia


Bibliographie

1993 Le Serf
1998 Cimetière des oranges amères
2000 Quand l’heure viendra
2003 Natura morta
2004 Sur la rive du Gange
2008 Langue maternelle
2013 Requiem pour un père


Dernière édition par Kenavo le Lun 23 Jan - 8:34, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5872
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josef Winkler

Message par kenavo le Dim 18 Déc - 7:04

/
Natura Morta
Présentation de l'éditeur
Parcourant un marché non loin de la gare Termini, à Rome, le regard du narrateur s'attarde sur une vaste nature morte comme les peintres de jadis aimaient à en offrir, et sur des scènes de genre qui n'ont guère changé depuis des siècles bouchers et volaillers, marchands de légumes et de fruits, mendiants, tsiganes et éclopés qui peuplent le décor de la tragédie qui va se dérouler en quelques instants. À l'étal du marchand de poisson, un adolescent, Piccoletto, attire le regard du narrateur qui observe de loin ses relations avec les aînés, avec sa mère, avec les garçons et les filles du même âge. Retrouvé par hasard au terme d'une autre promenade dans Rome qui mène jusqu'au Vatican, Piccoletto devient pour Josef Winkler, et pour nous, en quelques pages, une figure familière

Grand, grand coup de cœur pour cet auteur et ce livre. Je l’ai découvert avec ce livre et en ai lu par après plusieurs d’autres de lui.

Je ne peux pas vous donner des impressions de lectures récentes, mais je voudrais quand même lui ouvrir ce fil.

Cette « nouvelle romaine », sous-titre de Natura Morta n’a que 91 pages.. mais sont d’un pur plaisir d’écriture, de découverte d’un ‘petit’ monde autour de ce marché qui dévoile le ‘grand’ monde.. on ne peut que ressortir enchanté de ces pages.

J’ai lu ce livre à sa sortie, il y a 15 ans.. mais il fait toujours partie de ces lectures que je garde en bonne mémoire  


Une sublime adaptation, mais je ne conseille que de la regarder après la lecture du livre



en italien avec sous-titre anglais

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5872
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josef Winkler

Message par kenavo le Dim 18 Déc - 7:05

/
Roppongi / Requiem pour un père
Présentation de l'éditeur
C’est à Roppongi, un quartier de Tokyo, que Josef Winkler apprend la mort de son père, âgé de 99 ans, dans le village de Carinthie où lui-même est né et dont il a bâti de livre en livre le mythe tragique et funèbre. Ce père qui est sans doute le personnage central de son œuvre lui avait un jour défendu, dans une explosion de colère, de venir à son enterrement : l’éloignement se sera donc chargé d’exaucer son vœu.
Entre le « laboureur de Carinthie » et son fils, l’enfant prodigue qui n’a cessé de partir toujours plus loin, vers l’Italie (Cimetière des oranges amères) ou vers l’Inde (Sur la rive du Gange), il n’y aura donc pas d’adieux. C’est par l’écriture, en onze étapes initiatiques et mémorielles, que l’écrivain entreprend de se réconcilier avec le vieil homme qui, on le devine au fil des pages, n’aura été si impitoyable pour son fils que parce que la vie ne l’a lui-même en rien ménagé.
Ce livre de deuil, qui reprend et magnifie tous les grands thèmes de l’œuvre de Winkler, est aussi un livre d’apaisement. Pour le lecteur qui ne le connaîtrait pas encore, c’est aussi une excellente porte d’entrée dans l’univers particulier de cet écrivain rare.

Livre paru en allemand en 2007. Cette lecture date donc d'un peu. Mais je me rappelle mon enchantement lors de la lecture. C'était le 2e livre que j'ai lu de cet auteur et je le trouvais aussi bien que Natura morta.

Cela commençait déjà avec le titre (je comprends l'éditeur français, cela parle plus du père que du Japon, mais cela coupe toute la magie du titre allemand): Roppongi... une mélodie étrange pour commencer un voyage étrange qui en fin de compte nous ramène vers les thèmes chers à Josef Winkler: l'explication avec son pays natal, son père, la mort.

Le mélange entre son périple au Japon et les dialogues intérieurs avec son père, ses souvenirs de lui, m'a paru très réussi et j'en garde une très bonne impression.

Envie que cet auteur trouve beaucoup de lecteurs.


_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5872
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josef Winkler

Message par Méphistophélès le Mar 24 Jan - 19:59

Natura morta :

Il fait partie des deux lectures que m'a envoyée Kenavo dans le cadre du dernier échange.


Il n'y a pas réellement d'intrigue dans ce court récit de Josef Winkler. En effet, le narrateur nous décrit plutôt des scènes de la vie quotidienne romaine à différents endroits de la ville : sur un marché, au Vatican et dans une église près d'un hôpital. Le narrateur décrit minutieusement et de manière complètement détachée, objective ce qui se passe sous ses yeux : les gens qui passent, les gestes et les regards de chacun ; une description souvent brève des individus mais suffisamment précise pour nous permettre de nous imaginer chacun en chai et en os. Pour ceux qui ont déjà eu l'occasion d'aller à Rome, les images de la ville sont bien nettes à la lecture de Natura morta.
Comme le titre du livre l'indique, l'auteur nous peint en fait des natures mortes. L'on a l'impression en lisant de regarder des tableaux en imagination


Puis, il y a cet adolescent, Piccoletto, qui attire l’œil du narrateur et qui va apparaître aux différents endroits dont il nous parle. Mais il n'est pas le héros ni un personnage principal, il revêt plutôt une figure poétique au milieu de l'effervescence de la capitale et du quotidien dépouillé et parfois cru des personnes que l'on croise au fil des pages.


J'ai d'ailleurs vu que certaines personnes, dans leur avis, rapprochaient Natura morta de La Mort à Venise notamment à cause de l'intérêt que le narrateur porte à un jeune éphèbe ; et c'est vrai que les deux œuvres peuvent être rapprochées sur ce point-là comme sur la manière de décrire la ville et son ambiance (même si l'écriture de Mann est nettement moins dépouillée).


J'avoue que je n'ai pas vraiment adhéré à l'écriture de Josef Winkler. Il est certain qu'il a une réel maîtrise de l'art de la description mais son style est si froid et distant qu'il met plutôt le lecteur mal à l'aise.
avatar
Méphistophélès

Messages : 62
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josef Winkler

Message par Arabella le Mar 24 Jan - 20:23

Je me sens proche du ressenti de Méphistophélès :

Natura morta

Quatre scènes se passant à Rome, deux dans un marché, une au Vatican, et une dans une église proche d'un hôpital. L'auteur décrit ce qui se passe, les gens qui passent, les gestes, les attitudes, les paroles, les interactions entre les personnes. Il y a côté l'oeil de la caméra, ou de l'appareil photo.

L'écriture est dépouillée, l'auteur adopte une sorte de ton impersonnel, clinique en quelque sorte.

J'avoue ne pas avoir adhéré à ces tableaux, cette façon de mettre à distance la vie, d'en faire quelque chose de mort, ou plutôt de non vivant, m'a semblé morbide, voire malsaine.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 2061
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josef Winkler

Message par kenavo le Mer 25 Jan - 5:47

aïe... je suis navrée que cela c'est passé si mal entre Josef Winkler et vous
surtout pour Méphisophélès, j'espère qu'au moins mon deuxième choix de lecture va être plus réussi Wink

pas besoin pour vous de faire un autre essai avec cet auteur, Natura morta est son livre le plus 'soft' Cool

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 5872
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Josef Winkler

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum