Tezer Özlü

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tezer Özlü

Message par Arabella le Dim 29 Jan - 11:48

Tezer Özlü (1942 -1986)





Source : Wikipédia

Tezer Özlü (née en 1942 à Simav, et décédée en 1986 à Zurich) est une traductrice littéraire et auteure turque, qui a également vécu et travaillé en Allemagne et en Suisse.

Tezer Özlü fréquente, à Istanbul, le collège autrichien Sankt Georg. Elle passe son enfance à Simav avec ses parents. Quand elle a 11 ans, elle commence à vivre à Istanbul. Elle voyage à l’Europe entre des années 1962 et 1963. Puis, elle se marie avec Güner Sümer, l’auteur et l’acteur du théâtre. À partir de 1963, elle écrit des nouvelles et des romans, et traduit en turc des œuvres en allemand et en italien, entre autres de Italo Svevo, Franz Kafka et Cesare Pavese. Elle travaille au conseil culturel germano-turc et à l'Institut Goethe en Turquie. En 1981, elle obtient une bourse qui lui permet de vivre pendant un an à Berlin.

Son premier roman Çocukluğun soğuk geceleri (Les nuits froides de l'enfance), publié en 1980 en Turquie, est traduit en allemand et en néerlandais (1985), en grec (1990) et en français (2011). En Allemagne, elle rédige en 1982 Auf den Spuren eines Selbstmords, manuscrit qui reçoit le prix de la ville de Marburg, mais qui ne sera pas publié en allemand. L'auteure publiera en 1984 une version adaptée par elle en turc. En Turquie sont publiées également nombre de nouvelles dans différents revues et recueils. Tezer Özlü décède par la suite en 1986 à Zurich.

Tezer Özlü compte dans les années 1980 du XXe siècle, à côté de Aysel Özakin, Tomris Uyar et Nazlı Eray, parmi les plus importantes jeunes auteures turques. En Turquie, ses œuvres sont régulièrement rééditées.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 1857
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tezer Özlü

Message par Arabella le Dim 29 Jan - 11:49

La vie hors du temps


Une femme fait un étrange voyage. Un voyage sur les traces d'écrivains qu'elle admire : Kafka, Svevo, et surtout le plus aimé entre tous, Pavese, dont les citations parsèment le livre. Elle voit les lieux, rencontre des gens qui les ont connus. Et dans le voyage, il y a aussi les hommes, celui qu'elle quitte, d'autres qui croisent son chemin un tout petit moment, avant de passer à un autre lieu et à un autre homme. Il y a un mal de dent tenace. Il y a les souvenirs, de l'enfance, des séjours en hôpitaux psychiatriques, violents et douloureux. Et ceux des personnes, vivantes ou mortes qui ont comptées à un moment.

Un livre écrit à la première personne, sans distance aucune entre la narratrice et l'auteur. Cela semble une sorte de journal, pas une fiction. C'est très fort et très surprenant. J'ai eu une petite difficulté avec l'écriture, faite de phrases courtes, sans fioritures, un peu hachées, à première vue pas littéraires. Mais en persévérant, j'ai trouvé le rythme, le souffle qui les habite. La volonté d'être au plus près de ce que vit cette femme, d'éviter le pathos, un aspect brut en apparence, très sophistiqué et pensé en réalité. Et emprunt d'une poésie très personnelle.

Une errance à la recherche de traces, des autres et de soi. Où s'affirme une formidable soif de liberté, le refus les limites que d'autres voudraient lui imposer et s'imposent à eux-mêmes. Par habitude, goût de puissance, par manque d'imagination, par préjugés, par sentimentalisme. Tout ce qu'elle refuse. Sans grands discours ni credo. Juste dans les petits gestes, une façon d'être, avec soi-même et les autres, le monde.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
avatar
Arabella

Messages : 1857
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum