Le Deal du moment : -45%
PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go ...
Voir le deal
1099.99 €

Grazia Deledda

+3
Arabella
Chrisdusud
eXPie
7 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Grazia Deledda - Page 2 Empty Re: Grazia Deledda

Message par domreader Sam 7 Aoû - 19:02

Grazia Deledda - Page 2 Lierre10

Le Lierre Sur L’Arbre Mort
Grazia Deledda
 
Nous voici dans un village de Sardaigne au tournant du 19ème siècle. Annesa, une enfant abandonnée a été recueillie par une famille noble et au fur et à mesure que la famille sombre dans la déchéance et le besoin, elle en devient la domestique.
Annessa entretient une liaison secrète avec Paulu, le petit-fils de la famille, qui est lui-même veuf et père d’une enfant anormale dont Annesa s’occupe beaucoup. Paulu essaie de sauver la famille de la faillite (qu’il avait auparavant beaucoup contribué à ruiner par son insouciance) en empruntant de l’argent là où il le peut. 
Annesa, toute dévouée qu’elle est à Paulu et à la famille qui l’a recueillie, essaiera elle aussi de les sauver de la ruine en commettant l’irréparable par une farce du destin.
 
C’est un très joli roman, un tantinet daté, qui fait la part belle à la nature sarde tout en traitant de la décadence d’une classe sociale qui n’a pas su s’adapter aux changements, avec un héritier qui se comporte à la façon d’un jeune hobereau. Les valeurs morales s’effritent, la faillite menace, la famille se désagrège, aiguillonnée par la culpabilité et le remord. Les êtres se trouvent confrontés à une crise religieuse et existentielle. J'ai aimé ce livre, même si la dernière partie m'a parue un peu datée.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3448
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Grazia Deledda - Page 2 Empty Re: Grazia Deledda

Message par Aeriale Dim 8 Aoû - 9:46

Le thème me dirait bien, ces histoires de famille sur plusieurs générations et leur déchéance. Ca me fait penser à Thomas Mann, Les Buddenbrook.
Peut-être moins fort, mais aussi plus court, non?

Je retiens en tous les cas, merci Dom :-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 11498
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Grazia Deledda - Page 2 Empty Re: Grazia Deledda

Message par domreader Dim 8 Aoû - 15:40

Aeriale a écrit:Le thème me dirait bien, ces histoires de famille sur plusieurs générations et leur déchéance. Ca me fait penser à Thomas Mann, Les Buddenbrook.
Peut-être moins fort, mais aussi plus court, non?

Je retiens en tous les cas, merci Dom :-)

C'est plus court, ce n'est pas vraiment une saga familiale, là c'est plutôt un drame familial, et c'est donc plus court. Mais l'écriture est aussi de facture plus classique, et les thèmes comme le remord et le besoin de rédemption sont traités de façon un peu datée, à mon sens .

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3448
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Grazia Deledda - Page 2 Empty Re: Grazia Deledda

Message par Aeriale Lun 9 Aoû - 15:49

Ok merci! 

S’il n’est pas trop épais, je pourrais le glisser entre deux lectures. J’espère que le côté daté n’est pas trop pesant!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11498
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Grazia Deledda - Page 2 Empty Re: Grazia Deledda

Message par Arabella Ven 24 Sep - 21:08

Braises

Publié en 1904 en Italie, ce roman est traduit dès l'année suivante en français ; il est toujours accessible dans une récente réédition aux éditions Cambourakis.

Nous sommes en Sardaigne rurale. Une jeune fille, Oli, succombe au charme d'un beau paysan, qui est déjà marié. Lorsqu'elle est enceinte, son père la chasse, et elle trouve refuge auprès d'une parente du père de son enfant. Elle finira par partir, en abandonnant son fils, Anania. L'enfant sera élevé au foyer de son père, l'épouse de ce dernier, sans enfants, se prenant d'affection pour lui. Très doué pour les études, il sera soutenu financièrement par le riche patron de son père, ce qui lui permettra d'aller à l'université. Il deviendra amoureux de la fille de son bienfaiteur, Margherita  et un mariage devient possible. Mais Anania n'a pas oublié sa mère, et la cherche, pensant la trouver dans des femmes sardes dont il croise le chemin.

C'est vraiment une très belle prose, poétique, travaillée, riche de rythmes et de sensations. La manière de créer des personnages, ainsi que l'ambiance de la Sardaigne, des paysages, de la nature, mais aussi des mentalités, est très maîtrisée. J'ai été un peu moins convaincue par une partie du récit, quelque peu vieilli sans doute maintenant, avec une morale d'un autre âge. Mais cela correspond à une époque, à la description de ce monde disparu maintenant mais qui a existé pendant des siècles.

C'est le premier livre que je lis de Grazia Deledda, et il me donne la sensation que l'auteure est une extraordinaire styliste, qu'elle sait rendre les beautés de son île d'origine, sa nature, ses climats, son état d'esprit à la perfection, mais j'ai été moins convaincue par son art de la narration, qui est presque d'une certaine manière secondaire, presque comme quelque chose d'obligé pour parler d'un lieu, d'une culture, d'un peuple. Il y a des sortes de sauts dans le récit, sans véritable transitions parfois par exemple. J'ai un peu regretté que le livre n'ait pas plus joué sur une forme de fatalité, tragédie, qui étaient en germe, qui auraient été logiques, mais qui finalement se dissolvent un peu au fur et à mesure. Mais il y a des passages magnifiques, et la belle écriture fait que l'on suit jusqu'au bout le chemin d'Anania avec intérêt et plaisir.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Grazia Deledda - Page 2 Empty Re: Grazia Deledda

Message par domreader Sam 18 Mai - 21:11

Marianna
Grazia Deledda
 
Marianna de Grazia Deledda (prix Nobel de littérature 1926, fut publié en 1915. D’après l’atmosphère du livre, on imagine une Sardaigne très rurale de la fin du 19ème siècle.
 
Marianna Sirca a été envoyée très jeune auprès de son onlce chanoine qu’elle a servi jusqu’à son dernier soupir. L’oncle reconnaissant en a fait son héritière, et Marianna, à la tête d’un important patrimoine revient alors dans son pays de naissance pour y vivre. Son cousin Sebastiano la courtise et on sent bien qu'il lorgne sur l'héritière,  mais Marianna est attirée par Simone, un bel homme qui fut jadis domestique chez ses parents. Depuis Simone a mal tourné et vit de rapines.
 
Tout le drame de Marianna sera là, elle est tiraillée pour ne pas dire écartelée entre ses principes, son éducation pieuse et cet amour bien peu en harmonie avec sa rigueur morale et son honneur. Assumer cette passion au grand jour serait une forme de déchéance sociale qu’elle a bien du mal à accepter.
 

Un roman court, un peu daté, certainement pas le meilleur de Grazia Deledda, mais la prose est belle malgré tout, et l’autrice sait mettre en accord ses descriptions de la nature sarde et les sentiments des personnages. C’est un joli portrait de femme, sincère, forte et droite ce qu’on ne peut vraiment pas dire des personnages masculins du roman.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3448
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Grazia Deledda - Page 2 Empty Re: Grazia Deledda

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum