Aleksandar Bečanović

Aller en bas

Aleksandar Bečanović Empty Aleksandar Bečanović

Message par Arabella Dim 6 Oct - 20:26

Aleksandar Bečanović (1971 -  )


Aleksandar Bečanović Becano10



Source : Editions do

Né en 1971, le Monténégrin Aleksandar Bečanović est un écrivain, scénariste et critique de cinéma. Il a écrit cinq recueils de poésie, Ulisova daljina (1994), Jeste (1996), Ostava (1998), Mjesta u pismu (2001) et Preludiji i fuge (2007) ; deux recueils de nouvelles, Očekujem što će iz svega proizaći (2005) et Opsjednutost (2009) ; et un roman, Arcueil (2015). Il a également publié deux ouvrages de critique littéraire, Žanr u savremenom filmu (2005) et l’imposant Leksikon Filmskih Režisera (Lexique de réalisateurs de films) en 2015. En 2002, il a reçu le Prix monténégrin Risto Ratković du meilleur livre de poèmes. Il écrit des critiques de film et des essais pour le quotidien monténégrin Vijesti.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Aleksandar Bečanović Empty Re: Aleksandar Bečanović

Message par Arabella Dim 6 Oct - 20:30

Arcueil


Commune bien connue de la banlieue parisienne, pour beaucoup à cause de la fameuse « Maison des examens », Arcueil a été également le théâtre au XVIIIe siècle d'une affaire mettant en jeu le marquis de Sade. le scandale provoqué par le témoignage de Rose Keller, veuve dans la misère, sur les sévices qu'elle a subie dans la petite maison louée par le marquis a provoqué un immense scandale, a causé l'emprisonnement de Sade, et a contribué à bâtir l'image sulfureuse et dangereuse du personnage. Aleksander Bečanović s'attaque à cette affaire, sous différents angles. Plus que les faits en eux-mêmes, c'est les réactions, l'imaginaire, les représentations qui sont au coeur de son livre.

Les événements sont évoqués plusieurs, fois de différents points de vue. Les textes qui composent le livres, sont de nature composite : narration, lettres, article de journal, déposition au tribunal… Les fait sont non seulement censés refléter la vision de différents personnages, mais aussi des mêmes personnages à différents moments de leur existence, dans certains cas, à destination d'interlocuteurs différents, ce qui peut aussi amener une autre façon d'en rendre compte. Quelques autres éléments, en particulier de la vie de Sade viennent aussi s'intercaler, ce qui peut également changer l'angle. La « réalité » « la vérité » paraissent pour le moins incertaines, troubles. Qui dit vrai, qui ment ? A quel moment tel personnage est sincère et à quel moment il joue un rôle et au profit de qui ? Et pourquoi pas au profit de soi-même ?

C'est donc un objet complexe, très réfléchi, merveilleusement écrit. Un dispositif théâtral, en quelque sorte, dans lequel le spectateur voit le spectacle de différents points, y compris parfois en ayant l'impression d'être dans la coulisse. Sans oublier des comptes rendus du spectacle qui modifient encore le souvenir de la perception. Il s'agit de mettre en cause nos certitudes, nos évidences. Notre mauvaise foi aussi et notre complaisance : comme dans la lettre d'Horace Walpole, qui s'indigne mais donne avec une sorte de délectation des détails qui montrent à quel point il est au courant de plus que le commun des mortels. En effet, alors les réactions publiques sont dans l'ensemble indignée, il y a aussi une sorte de morbide complaisance à vouloir savoir, le plus précisément possible. le lecteur est ainsi renvoyé à son rôle de voyeur, qui condamne mais prend plaisir au spectacle.

C'est incontestablement brillant, orignal, et témoigne d'un talent hors norme de l'auteur. Je préfère toutefois mettre en garde des éventuels lecteurs : le livre détaille, de façon très précise et réaliste, à plusieurs reprises, des sévices terribles, ainsi que le plaisir que le fait de les infliger suscite. Au point de pouvoir provoquer un réel malaise, cela a été le cas pour moi tout au moins.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum