Le Deal du moment : -16%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
669 €

Derek Walcott

3 participants

Aller en bas

Derek Walcott Empty Derek Walcott

Message par Arabella Mar 11 Fév - 10:46

Derek Walcott (1930-2017)


Derek Walcott Walcot10


Source : Wikipédia

Derek Alton Walcott est un poète, dramaturge et artiste saint-lucien de langue anglaise, né le 23 janvier 1930 à Castries et mort le 17 mars 2017 sur l'île de Sainte-Lucie.

Il est principalement connu pour son poème épique Omeros (en), une adaptation de l'Iliade aux Caraïbes. Son œuvre est réputée pour avoir donné une peinture vivante et pittoresque de la culture et des coutumes antillaises.

Il était membre honoraire de l'Académie américaine des arts et des lettres, et membre de l'Académie des poètes américains.

Il reçoit le prix Nobel de littérature en 1992, devenant ainsi le second auteur noir après Wole Soyinka à recevoir cette distinction. Et, en 2010, il se voit décerner le prix T.S. Eliot.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Arabella Mar 11 Fév - 10:48

Ti Jean et ses frères

Malgré le prix Nobel qu'il a obtenu en 1992, Derek Walcott est peu publié en France. Une grande part de sa production relève de la poésie, genre difficile à transposer dans une autre langue, mais il a écrit aussi beaucoup de théâtre, il a même dirigé pendant une quinzaine d'année un atelier de théâtre. C'est donc une partie importante de son oeuvre. Ti-Jean et ses frères est une de ses rares pièces à avoir été éditée en français, par l'excellente maison d'édition Circé, dont le catalogue multiplie des raretés, pour ceux que j'ai lu, d'une très grande qualité, au point que l'on se demande pourquoi des maisons d'édition plus importantes ne s'en sont pas emparées.

La pièce comporte un prologue et trois scènes. Dans le prologue, comme dans certaines pièces d'Aristophane, la parole est laissée aux animaux, qui plantent le décor et commentent ce qui arrive, introduisent les personnages. Il s'agit d'une mère avec ses trois fils, le Diable a décidé de les manger. Chacun à son tour va partir dans le monde, et s'affronter au Diable en essayant d'être plus malin que lui. le premier, Gros Jean, compte sur sa force. le deuxième, Mi-Jean sur les livres qu'il lit continuellement. Ils seront dévorés par le Diable. le plus jeune, Ti-Jean, est un peu comme dans les contes, une sorte d'idiot du village en apparence, mais en réalité plein de bon sens, prêt à s'intéresser aux animaux, qui en échange lui donnent de bons conseils.

La pièce oscille entre divers registres, conte, récit populaire, mais aussi construction savante avec énormément de références, d'images, de métaphores. le langage n'est pas uniforme, évolue également, entre des parties très écrites, très littéraires, poétiques, et des passages en créole, en langage familier, il y a même des parties destinées à être chantées. En arrière plan du conte, il y aussi le contexte coloniale, le Diable prenant l'apparence d'un riche planteur. Mais cela ne nuit pas à la cohérence de la pièce, qui est très construite, simplement donne de la complexité et met en perspective une histoire qui semble de prime abord très familière.

Une pièce assez étonnante, sans doute pas facile à mettre en scène, mais qui entre imagination débridée et des façons très intelligente de mixer des éléments culturels venus de différents horizons, est d'une grande efficacité dramatique, et la fin est vraiment émouvante, abandonnant un peu l'ironie et le second degré très présent jusque là. Une vraie découverte, qui me fait regretter encore plus que l'auteur ne soit pas plus traduit, et encore moins joué.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par domreader Mar 11 Fév - 16:23

Je ne le connaissais que de nom et je l'avais classé comme poète dans un coin de ma tête. Intéressant de savoir qu'il écrivait aussi des pièces de théâtre. 
Je vois que tu es dans une période théâtrale @Arabella, un MOOC ?


Dernière édition par domreader le Ven 14 Fév - 18:50, édité 1 fois

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3465
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Arabella Mar 11 Fév - 21:09

Il est surtout en effet connu comme poète et ses pièces sont peu traduites, alors qu'il en a écrit beaucoup, il a dirigé un atelier de théâtre très longtemps, c'est un pan important de son oeuvre. Tu dois y avoir plus facilement accès en anglais.Ile me rappelle un peu Wolé Soyinka, dans les thèmes et les traitements.
Pas de MOOC, mais le théâtre est actuellement ma passion, enfin jusqu'à la prochaine. Beaucoup de sorties et de lectures.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par kenavo Mer 12 Fév - 6:30

Arabella a écrit:Malgré le prix Nobel qu'il a obtenu en 1992, Derek Walcott est peu publié en France.
tout à fait
lors d'une LC autour des Caraïbes dans d'autres lieux, j'avais lu -et bien aimé- The Prodigal, qui n'est pas traduit

mais mon plus grand coup de coeur est sa collaboration avec Peter Doig
Derek Walcott Aa16

Derek Walcott, Peter Doig, Paramin

plus d'infos sur le fil du peintre

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Arabella Lun 20 Juil - 9:39

La lumière du monde

J'ai toujours beaucoup de mal à parler de la poésie, résumer ou tenter d'interpréter des poèmes a tendance à leur faire perdre cet indicible spécificité, une façon de suggérer plutôt que d'expliquer. Là cela me semble encore plus difficile que pour d'autres poètes. Derek Walcott, bien que prix Nobel en 1992 reste peu connu, pas facile à trouver, sa poésie est peu lue et commentée.

Ce recueil de 1987 se compose de deux parties : Ici et Ailleurs. Ici c'est Sainte-Lucie, île des Antilles anglophones. Une île qui porte les traces de la colonisation, de la traite négrière. Et qui a ses paysages qu'il s'agit de s'approprier, en les nommant, en les évoquant. L'Ailleurs c'est l'Europe, ses lieux, sa culture, mais aussi les USA (d'ailleurs le recueil s'appelait dans l'original Arkansas Testament) où l'auteur vit, et où le rapport au paysage est tout différent, où l'homme a terriblement changé, transformé, la nature. Où l'histoire aussi peut surgir sous la forme d'une statue par exemple.

C'est une poésie de la mémoire, et du langage, de l'idée et de la métaphore, plus que de la sensation et de l'instant. Ici un lieu et un instant apparaissent liés à l'histoire, à ce qui s'est passé avant, ils en portent la trace, ils en sont la conséquence. Il est impossible de s'y émerger en faisant table rase, dans une sorte d'innocence primitive, dans un plaisir spontané et oublieux. Cela m'a un peu pesé par moments, c'est une poésie très pensée, qu'il faut prendre le temps de décoder, de comprendre, plus que de ressentir, tant les références et les réminiscences sont nombreuses et complexes.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Arabella Lun 20 Juil - 9:40

Vallée Cul de Sac

I

Un rai de soleil sur une
échoppe à flanc de coteau
donnait à ces strophes
leur forme guindée.

Si mon ouvrage est béni,
si cette main est aussi
précise, aussi honnête
que celle du charpentier

chaque charpente, bandée
sur ses angles, renverrait
l'écho de cette bâtisse
de bois blanc

à mesure que les consonnes
tombent de mon rabot
dans le créole parfumé
de leur veine natale ;

chutant d'un tréteau
elles ont roulé à mes pieds,
les C, les R avec une racine
française ou africaine occidentale

provenant d'un dialecte compact,
ses feuilles que personne ne lit
tombent pourtant sur la langue
de leur route natale,

mais attirés vers
ma ficelle jalonnent
des planches biseautées
de pin blanc,

comme du schiste grommelant,
des arbres rafraîchissent la mémoire
en exhalant leurs arômes :
bois canot, bois campêche,

chuintant : Ce que tu attends
de nous n'arrivera jamais,
tes mots sont de l'anglais,
ils viennent d'un arbre différent.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Arabella Lun 20 Juil - 9:40

Demain, Demain

Je me souviens des villes que je n'ai jamais vues
précisément. Venise veinée d'argent, Leningrad
avec ses minarets entortillées de caramel. Paris. Bientôt
les Impressionnistes feront apparaître le soleil de l'ombre.
Oh ! et les allées de l'Hyderabad pareilles à un cobra délové.

Avoir aimé un horizon est une insularité ;
ça obstrue la vision, ça rétrécit l'expérience.
L'esprit est volontaire, mais l'esprit est sale.
La chair se consume sous la lingerie saupoudrée de miettes,
élargissant le Weltanschauung par le biais de magazines.

Un monde est de l'autre côté de la porte, mais il est bien inquiétant
de se tenir près de ses bagages sur une marche froide tandis que l'aube
rosit le briquetage et avant que vous ne commenciez à le regretter,
le taxi arrive avec un coup de klaxon, en longeant
la bordure du trottoir comme un corbillard - et vous montez dedans.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Arabella Lun 20 Juil - 9:41

Je n'avais rien sur quoi marquer
d'une encoche le progression de mon travail
que l'horizon, aucun langage
que les hauts-fonds dans la longue marche

pour rentrer chez moi, aussi ai-je tiré toute l'aide
que ma jeune main droite pouvait trouver
dans le varech couvert d'une croûte de sable
des littératures lointaines.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Arabella Lun 20 Juil - 9:41

Le dix-neuvième siècle, telle une lampe torche,
irradiait son halo, la nuit dernière, sur les planches d'une table de cuisine.
Les pieds de lampe à terre, la fumée de sa mèche dépérissait et brûlait,
en roussissant le plafond de l'esprit comme un roman de Hardy.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Arabella Lun 20 Juil - 9:42

Nous expliquons que c'est le clair de lune mutin sur les vagues,
que ce sont des calembredaines de pêcheurs, que les coupures faites par le sel dans les paumes
de leurs mains les ont rendus fous, mais tous croient que
c'est Abaddon, que ce qui se dresse sur la digue détrempée,
les ailes nervurées et frémissantes comme un bâtard mouillé,
aussi droit qu'une pastengue, c'est une mante et non le diable ;
mais le plus jeune répète d'une voix inhumaine et
enrouée pareille à la houle qui se retire péniblement
du rocher ulcéré de bulots : "Si ce n'est pas lui, alors
pourquoi les nuages aux capes noires s'agrippent-ils à la lune
et étouffent-ils ses hurlements pareils à ceux d'une folle ?"
Des yeux aussi sauvages que des boulots au-dessus de la cuiller levée.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Derek Walcott Empty Re: Derek Walcott

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum