-25%
Le deal à ne pas rater :
Adhérents Fnac : Smartphone Honor 200 Pro 6,78″ 5G + casque ...
599 € 799 €
Voir le deal

Oyamada Hiroko

5 participants

Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Oyamada Hiroko

Message par eXPie Dim 14 Fév - 22:33

OYAMADA Hiroko
(Hiroshima, 02/11/1983 - )

 Oyamada Hiroko Oyamada-hiroko-p
"Hiroko Oyamada est une romancière japonaise née en 1983. Elle a reçu le Prix Akutagawa en 2014 pour son roman Ana (Le trou) dont le personnage central est une femme qui renonce à la ville et à son travail pour habiter la campagne : elle y tombe dans un trou ce qui enclenche des événements étranges."

( source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hiroko_Oyamada )
eXPie
eXPie

Messages : 776
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par eXPie Dim 14 Fév - 22:33


Oyamada Hiroko Oyamada-hiroko-usine-p
Illustration : Fabien Boitard, Corbeau, 2012. Huile sur toile.

L'Usine (kojo, 工 場, 2013). Traduit du japonais par Silvain Chupin. Christian Bourgois Editeur. 186 pages.

L'Usine du titre n'est pas à proprement parler une usine, mais plutôt un immense complexe industriel composé  de nombreux bâtiments, quasiment une ville, avec bureaux, restaurants, blanchisserie, et lignes de bus qui la traversent. Certains salariés y habitent. Un fleuve le traverse, si large que d'une rive on ne peut pas apercevoir l'autre côté, et un immense pont permet de passer d'une berge à l'autre.
Dans et aux alentours de l'Usine, la nature elle-même semble dénaturée, avec des animaux qu'on ne trouve nulle part ailleurs, sans doute parce qu'ils se sont habitués au lieu : des ragondins gris (dont on nous décrira les moeurs), et surtout de mystérieux cormorans noirs, que voici :
"Il y a des oiseaux noirs, que j’ai d’abord pris pour des corbeaux, mais qui ressemblent davantage à des cormorans. Du haut du pont, le rivage où ils sont massés est loin, pourtant je vois que ces oiseaux regardent tous en direction de l’Usine, dos à la mer. D’un noir de jais, on a l’impression qu’on aurait les mains souillées d’encre si on en saisissait un par son long cou. Dans ces parages, la mer est toute proche, le fleuve d’une largeur extraordinaire, et l’on peut se demander si l’eau n’est pas saumâtre. Des cormorans peuvent-ils vivre dans un tel endroit ? Ces cormorans sont-ils des oiseaux de mer, ou de rivière ? J’essuie la sueur sur mon front." (page 17).
D'où viennent ces cormorans ? Pourquoi n'y a-t-il que des adultes ? Pourquoi sont-ils tous tournés vers l'Usine ? Ces mystères seront-ils éclaircis ou ne sont-ils que des symboles ?

Dans le livre, on suit trois employés qui vont commencer à travailler dans l'Usine. Il règne une atmosphère de mystère administratif, pas tout à fait kafkaïen (on ne risque pas le peloton d'exécution) mais on sent l'influence : ils ont tous des tâches très différentes mais sans sens évident, ce est forcément anormal : comment l'Usine, endroit sensément rationnel, pourrait se permettre de payer des gens à faire un travail à ce point non productif ?
Une femme passe ses journées à broyer des papiers (on peut comprendre l'utilité, mais il serait tellement simple d'automatiser ce travail) ; un homme relit des documents très divers en corrigeant les fautes qu'il voit,  s'il en voit, mais ce qu'il lit (notices, notes, rapports) est parfois incroyablement bourré d'incohérences, comme un texte qui se désagrègerait ; et un autre homme doit végétaliser les toits de l'Usine avec des mousses, mais on lui dit qu'il a tout son temps, pas de pression, qu'il s'organise comme il veut, même s'il doit y passer des années. Il est payé sans obligation de résultat, sans pression, rien.

Le point commun entre ces trois salariés, c'est qu'ils sont seuls : même lorsqu'ils sont dans une équipe, il n'y a pour ainsi dire pas de communication avec les autres pendant le travail (le biologiste, lui, est carrément seul). Même si chacun ne voit pas bien le sens de son travail, et se pose des questions, il faut bien gagner sa vie, alors... sans compter que, même si le travail est ennuyeux, il n'y a pas vraiment de pression, et ils n'emportent pas de soucis à la maison, juste une interrogation : à quoi sert mon travail ?

Du côté du style, il arrive qu'on passe, d'une ligne à l'autre, sans crier gare, du présent à un moment passé, on entend brutalement une conversation plus ancienne. On peut se dire que c'est très signifiant sur l'abrutissement (sauf que leur travail n'est pas abrutissant, juste ennuyeux, il y a une nuance), ou bien que c'était nécessaire pour stimuler un peu le lecteur, et briser la linéarité du texte qui mise surtout sur l'atmosphère, le mystère, mais qui par ailleurs ne comporte pas vraiment d'histoire avec intrigue, rebondissement, développement, surprise.

Même s'il y a quelque chose de bien dans le livre, le côté bizarre, l'originalité dans l'atmosphère, le décalage entre la description scientifique et le symbolisme des étranges animaux, etc., il manque quand même quelque chose, peut-être un développement qui irait au-delà du constat finalement banal sur le travail contemporain qui n'a pas de sens et qui isole. Le symbolisme ne semble rien apporter de plus à ce qui est dit et paraît, du coup, un peu inutile, mais sans lui le livre serait trop banal...

On est quand même très curieux de lire son roman Le trou, publié l'année suivante, et pour lequel Omayada Hiroko a remporté l'Akutagawa.
eXPie
eXPie

Messages : 776
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par Aeriale Lun 15 Fév - 8:26

Bien étrange, mais on est au Japon!

Ca intrigue tout ça. Merci de ton avis @eXPie, je vais l'offrir à mon fils, ça va l'intéresser, je pense.
Aeriale
Aeriale

Messages : 11547
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par domreader Lun 15 Fév - 10:45

Je trouve que le thème est original, mais tu sembles penser que l'auteur n'a pas su en tirer vraiment parti. Dommage.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3465
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par eXPie Lun 15 Fév - 11:34

Oui, j'ai eu l'impression que le côté symbolique venait redire ce qui avait été déjà dit par ailleurs dans le texte (la solitude du salarié qui fait un travail dont il ne saisit pas l'utilité). Il y a pas mal de choses mystérieuses, ça c'est bien fichu, mais le mystère pour le mystère (ou bien je n'ai pas saisi quelque chose, c'est bien possible aussi !)... J'espère que ses livres suivants seront meilleurs ! (et que pour le savoir, ils seront traduits...)
eXPie
eXPie

Messages : 776
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par Aeriale Mar 16 Fév - 9:31

Le trou a été traduit?

Peut-être vaut il mieux commencer par celui là, alors...
Aeriale
Aeriale

Messages : 11547
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par eXPie Sam 27 Fév - 8:15

J'ai pensé pareil que toi, je ne comprends pas bien pourquoi ils n'ont pas commencé par le Trou, très vraisemblablement meilleur (et en plus l'indication du prix Akutagawa en couverture peut avoir son effet)... Mais pas encore été traduit... Je ne comprends pas bien la stratégie de l'éditeur (il n'y comprend rien ? il est plus intelligent que nous ?).
J'ai lu depuis que l'Usine est inspiré du travail alimentaire de l'auteur, mais pour moi cette indication reste anecdotique.

Après, j'ai lu une très bonne critique dans Le Monde daté du 5 février. Mais une critique qui m'a laissé songeur :
Le Monde a écrit:"Hiroko Oyamada affranchit son écriture, elle bafoue avec une audace folle les règles de clarté, de même que les impératifs d’énonciation."
C'est ça, une "audace folle" en littérature en 2021, telle que la conçoit une journaliste du Monde des Livres ? Passer parfois sans transition d'un moment à un autre, être un peu obscur ? Pour moi, ça décrédibilise l'article, d'autant que ce terme d'"audace folle" revient à trois reprises : dans le corps du texte, mais aussi au niveau du titre de l'article et dans un inter-titre, ça fait beaucoup. Faut pas pousser. Ça m'a laissé songeur : n'aurais-je rien compris ? ou bien la journaliste littéraire du Monde n'a pas encore lu beaucoup de (bons) livres dans sa vie ?
eXPie
eXPie

Messages : 776
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par Queenie Sam 27 Fév - 8:35

Faut que tu enquêtes !

Écris à la maison d'édition, et regarde les autres articles qu'a écrit cette journaliste !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par kenavo Dim 28 Fév - 2:42

eXPie a écrit:je ne comprends pas bien pourquoi ils n'ont pas commencé par le Trou, très vraisemblablement meilleur (et en plus l'indication du prix Akutagawa en couverture peut avoir son effet)... Mais pas encore été traduit... Je ne comprends pas bien la stratégie de l'éditeur (il n'y comprend rien ? il est plus intelligent que nous ?).
ils suivent en tout cas la "logique" de l'éditeur anglais
il y a eu tout d'abord The Factory (2019) et ensuite The Hole (2020)

mais cela fait longtemps que j'ai arrêté d'essayer de comprendre certaines procédures des maisons d'édition Cool

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31160
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par Aeriale Mar 13 Avr - 14:42

eXPie a écrit:Après, j'ai lu une très bonne critique dans Le Monde daté du 5 février. Mais une critique qui m'a laissé songeur :
Le Monde a écrit:"Hiroko Oyamada affranchit son écriture, elle bafoue avec une audace folle les règles de clarté, de même que les impératifs d’énonciation."
C'est ça, une "audace folle" en littérature en 2021, telle que la conçoit une journaliste du Monde des Livres ? Passer parfois sans transition d'un moment à un autre, être un peu obscur ? Pour moi, ça décrédibilise l'article, d'autant que ce terme d'"audace folle" revient à trois reprises : dans le corps du texte, mais aussi au niveau du titre de l'article et dans un inter-titre, ça fait beaucoup. Faut pas pousser. Ça m'a laissé songeur : n'aurais-je rien compris ? ou bien la journaliste littéraire du Monde n'a pas encore lu beaucoup de (bons) livres dans sa vie ?
Oyamada Hiroko 177985974

Je te dirais peut-être ça quand je l’aurai en main. Et par chance il ne fait que 185 pages. 

Une amie s'est laissé séduire par l'article et l'avis d'une libraire. Elle doit me le passer ensuite. Et je t'avoue que ce que tu en dis me rappelle sounnoisement ce que j'ai retiré du dernier Marie N 'Diaye. Beaucoup  de symbolisme, de mystères en suspens qui n'apportent au final rien de plus à l'idée générale, perso ça me laisse bien marrie :p
Aeriale
Aeriale

Messages : 11547
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Oyamada Hiroko Empty Re: Oyamada Hiroko

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum