Le Deal du moment :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited ...
Voir le deal

Alaa El-Aswany

4 participants

Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Alaa El-Aswany

Message par domreader Sam 1 Mai - 19:43

Alaa El-Aswany Oip_110

Source Wikipedia


Né en 1957 dans une famille intellectuelle, d'un père écrivain (Abbas al-Aswany), il a fait ses études secondaires dans un lycée égyptien de langue française et a également étudié la chirurgie dentaire aux États-Unis, à l'université de l'Illinois à Chicago.
Il contribue régulièrement aux journaux d'opposition et est proche des intellectuels de gauche, en particulier de Sonallah Ibrahim. Il se dit indépendant des partis politiques, mais est l'un des membres fondateurs du mouvement d'opposition « Kifaya » (Ça suffit) qui réclame des élections présidentielles réellement libres.
Son roman L'Immeuble Yacoubian, paru en 2002, est un véritable phénomène d'édition dans le monde arabe et est rapidement traduit dans une vingtaine de langues, en plus de faire l'objet d'adaptations cinématographiques et télévisuelles. Il décrit la vie foisonnante d'un édifice autrefois grandiose du centre-ville du Caire, où les habitants font face à la corruption oppressante du régime et à la montée de la pression islamiste. Il enchaîne avec le roman Chicago, paru en 2006, qui dépeint la vie des étudiants arabes aux États-Unis après les événements du 11 septembre 2001. Ce livre connaît également un énorme succès de vente.
Bien qu'idéologiquement proche d'écrivains de gauche comme Sonallah Ibrahim, Alaa al-Aswany adopte un style réaliste et direct, qui le rend intelligible à un lectorat très large, sans sacrifier la puissance du récit. Son habileté à capturer la vie foisonnante de l'Égypte dans toute sa diversité a amené des comparaisons au Prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz.
En 2011, il prend une part active à la révolution égyptienne de 2011, s'illustrant notamment le 2 mars 2011 dans un débat télévisé contre Ahmed Chafik, le Premier ministre nommé par Hosni Moubarak, et par la tenue dans la presse écrite d'une chronique, réunie pour la traduction française dans l'ouvrage Chroniques de la révolution égyptienne (Actes Sud, 2011). Cette compilation d'articles sera suivie d'une seconde en français sous le titre Extrêmisme religieux et dictature (Actes Sud, 2014). Aswany continue de commenter l'actualité égyptienne, notamment sur le site DW.com. Cet engagement révolutionnaire se prolongera enfin par l'écriture d'un roman, traduit en français en 2018 sous le titre J'ai couru vers le Nil, l'original étant édité par une maison d'édition libanaise, mais interdit de diffusion en Égypte comme dans l'ensemble du monde arabe, à l'exception du Liban, du Maroc et de la Tunisie. Roman polyphonique, c'est une plongée dans l'effervescence révolutionnaire et ses difficiles prolongements, s'attachant notamment à éclairer les zones d'ombre entourant les pratiques des forces de l'ordre par la reproduction de témoignages de première main sur les épisodes des plus douloureux de l'ère post-Moubarak.
Automobile Club d'Égypte a pour cadre la ville du Caire dans les années 1940. Il est paru en Égypte le 12 avril 2013 et en français aux éditions Actes Sud en février 2014.
Il vit aujourd'hui aux Etats-Unis où il enseigne la littérature.


Dernière édition par domreader le Sam 1 Mai - 19:47, édité 1 fois

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3465
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par domreader Sam 1 Mai - 19:47

Alaa El-Aswany Oip_210

J’ai Couru Vers Le Nil
Alaa El-Aswany
 
Un livre passionnant qui se lit presque d’une traite, presque en retenant son souffle, et qui suit une poignée de personnages au moment des événements du printemps arabe au Caire.
 
Il y a le tout puissant général el Aloui, une sorte d’éminence grise qui tire les ficelles à tous les niveaux. Un homme très pieux, qui suit à la lettre tous les préceptes de l’islam et n’hésite pas à les interpréter à sa façon lorsque cela colle mieux à ses intérêts. Il est sur cela tout à fait en accord avec un grand chef religieux très médiatisé, qui manipule très bien toutes les ficelles de la religion pour mieux asseoir son pouvoir.
 
Nous suivons aussi un jeune ingénieur issu d’un milieu populaire, Mazen qui travaille dans une usine qui produit du ciment et appartient à une grande compagnie italienne. Il est très engagé et se fait le porte-parole des ouvriers lorsque la compagnie ne tient pas ses engagements et les affame.
 
Mazen entretient une correspondance pudiquement amoureuse avec Asma, issue elle d’un milieu à peine plus aisé, elle est professeur d’anglais dans un lycée. Asma doit résister sur tous les fronts. A sa famille d’abord qui tente de la marier à tout prix à des garçons qui ont de bonnes situations, mais Asma rêve d’un mariage d’amour. Elle refuse par ailleurs de porter le voile et tente de faire son métier honnêtement au lycée et de faire progresser ses élèves. Ce n’est pas la règle car ses collègues eux, mettent leurs élèves en échec pour leur fourguer des cours particuliers. Les plus riches réussissent, les autres non. C’est ainsi qu’elle se met sa direction à dos et qu’elle manque de se faire renvoyer.
 
 Enfin il y a Ashraf, un acteur de seconde zone, qui travaille peu. Il est issu d’un milieu aristocratique mais a toujours refusé les compromis et les pots de vin pour obtenir les premiers rôles malgré son talent. Il s’ennuie dans sa vie professionnelle et dans sa vie familiale, ayant peu à peu perdu le contact avec son épouse arriviste et peu scrupuleuse ; le hashish l’aide à supporter une vie où il ne trouve pas sa place.
 
Tous ces gens vont se trouver impliqués dans ce grand soulèvement du printemps arabe et de tous les évènements de la Place Tahrir, théâtre de la révolution cairote. Un printemps porteur d’espoir pour le peuple égyptien qui aboutira à la démission de Moubarak, mais sera vite étouffé, manipulé par les militaires et les religieux pour aboutir au pouvoir actuel. Tous seront marqués à vie par ce qu’ils vivent, par leurs rencontres, la fraternité qu’ils ne croyaient plus possible, mais aussi par la violence de la répression et les trahisons.
 
 Alaa El Aswany fait un portrait sans concession de l’Egypte d’avant et de celle d’après, qui d’ailleurs se trouvera être sensiblement la même, corrompue jusqu’à la moëlle pour qu’une classe nantie continue à y vivre très confortablement. C’est un portrait en creux du président actuel sous le nom du général El Aloui et d’un pays où il ne fait pas bon vivre pour la grande majorité des gens, englués dans des croyances qui sont devenues des instruments de pouvoir et de répression.  Alaa El Aswany est devenu persona non grata en Egypte et on comprend pourquoi. C’est un roman à la fois magistral et passionnant. Bravo !


Dernière édition par domreader le Dim 2 Mai - 18:29, édité 3 fois

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3465
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par kenavo Dim 2 Mai - 6:25

Merci pour ce fil...
Je garde un si bon souvenir de L'Immeuble Yacoubian drunken
un de ces moments de lectures qui restent... par après j'ai encore lu Chicago, pas mal, mais pas si marquant que le premier...

je l'ai rencontré lors du Festival Etonnants Voyageurs... très sympa et disponible pour discussions

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par Aeriale Dim 2 Mai - 8:55

Ah oui, après ta critique, il me tente bien aussi!

Je n'ai lu de lui que L'immeuble Yacoubian à sa sortie, depuis plus jamais relu l'auteur. Mais ici, le contexte a l'air passionnant, il mêle la petite histoire roman à celle politique et forcément ça interpelle.

Noté, merci Dom!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11549
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par Liseron Dim 2 Mai - 9:40

Oui, tu m'en avais parlé mais je n'avais pas retenu le nom, cette fois-ci c'est noté, merci !!

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4141
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par Liseron Ven 9 Juil - 19:01

Alaa El-Aswany A5759010
J’ai couru vers le Nil

Et moi, j’ai dévoré ce roman !  @domreader a déjà beaucoup raconté et présenté les personnages. Que dire de plus ? 
Que j’ai pris une grosse claque en lisant ce récit de la révolution égyptienne de 2011, un récit rendu très vivant grâce à la multitude de voix, anti ou pro-regime, qui racontent à tour de rôle…
Qui se souvient encore des manifestations de la place Tahrir ? Alaa El Aswany n’épargne aucun détail pour évoquer le sort qui sera fait à cette population en colère, souvent très jeune, ou pour raconter comment le pouvoir va se servir des médias pour manipuler son peuple et le retourner contre les manifestants. C’est terrifiant, que d’hypocrisie, que de mensonges ! Mais en même temps l’auteur ne se prive pas de se moquer de ces dirigeants corrompus, qui en réfèrent en permanence à la religion pour se donner bonne conscience, et certains passages sont vraiment drôles ! 
On se prend à se demander ce que sont devenus toutes ces femmes et ces hommes qui se sont battus pour leur liberté et leur dignité, beaucoup ont été tués, emprisonnés, certains sont partis à l’étranger et tous les autres ? Réduits au silence ? Cela fait froid dans le dos quand on sait qu’il se passe la même chose, à Hong Kong, en Biélorussie, en Birmanie et j’en passe…
Un roman prenant, toujours d’actualité, à lire pour ne pas oublier.

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4141
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par domreader Ven 9 Juil - 20:04

Tous ces personnages qui se croisent donnent un élan formidable au récit je trouve, et permettent en plus de montrer toutes les facettes de cette révolution étouffée dans l'oeuf. Tu l'as dit @Liseron ça rend le roman très vivant !

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3465
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par Aeriale Sam 10 Juil - 8:16

Oui, c'est vraiment un très bon témoignage de ce qui s'est passé durant ce printemps 2011.

Terriblement prenant car on est plongé au coeur des évènements suivant différents points de vue et intérêts, et très glaçant quand on en voit leur déroulé, au final.

Il me reste plus d’une centaine de pages, tu l'a lu plus vite que moi, @Liseron!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11549
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par Aeriale Lun 19 Juil - 13:00

J'ai couru vers le Nil

Alaa El Aswany, exilé depuis, reprend ici la révolution égyptienne de 2011 vécue au plus près par une galerie de personnages tous indirectement reliés, et représentant chacun des approches différentes. Le livre s'ouvre sur le général  Alouani, le parfait musulman dévoué à sa cause (entre autres "L'organisation" chargée d'interroger les prisonniers politiques) militaire tortionnaire et radical, puis  un acteur copte, Achraf désoeuvré et amoureux de sa belle servante Akram, spectateur passif qui mesurera peu à peu l’ampleur du gâchis et deviendra fervent activiste. D'autres personnages vont ainsi se croiser, tels ces deux jeunes idéalistes, Asma l'institutrice et son ami Mazen, ingénieur d'une cimenterie dont le dirigeant, ancien ami de son père, fut torturé sous l'ancien régime et a préféré s'aligner sur la nouvelle dictature, Madani, l'étudiant en médecine sacrifié. Et d'autres corrompus, aux ordres du pouvoir comme Dania la présentatrice télé arriviste, Khaled le religieux fanatique, etc...

On est plongé avec eux dans ce mouvement révolutionnaire, partageant au plus près ce fol espoir de liberté battu en brèche par l'armée, associée secrètement aux frères musulmans, qui se dépêchera d'ouvrir les prisons pour semer le chaos et rendre le soulèvement impopulaire. Tout est retranscrit, de la démission de Moubarak à leur reprise en main musclée, les humiliations réservées aux militantes, le musèlement de la presse, les fausses informations, les témoignages truqués, jusqu'à la répression sauvage aidée de tanks où des centaines de manifestants mourront écrasés.  

C'est un constat effrayant comme vous le dites plus haut. On prend réellement conscience de l'impunité de certains, protégés par un pouvoir jouant sur la peur et les croyances d'une religion détournée de ses principes de base pour mieux mater un peuple privé de conscience. L'auteur n'épargne personne, il vise une société entière, gangrénée par la compromission et les passes droits, embourbée dedans, la maintenant aliénée.

La fin est terrible, elle montre bien comment ces hommes et femmes ont pu se sentir réduits à néant, victimes résignées obligées de fuir sous peine de "n'être plus rien". Heureusement l'écriture est fluide, très vive, et l'humour comme le souligne @Liseron, largement teinté d'ironie, est toujours bien présent. Très marquant, merci pour le conseil @Domreader. Je garde en tête quelques passages très forts.  

C'est la verité Mazen. Je ne suis vraiment rien du tout et toi, tu n'es rien du tout et tous les jeunes de la révolution ne sont rien du tout. Ils ont toujours fait et ils continueront à faire ce qu'ils veulent, ils nous tueront, nous outrageront, tireront sur nos yeux et personne ne les jugera, personne ne leur demandera de comptes. Tu sais pourquoi? Parce que nous ne sommes rien. Parce que nous avons fait une révolution dont personne n'avait besoin et dont personne ne voulait.
Aeriale
Aeriale

Messages : 11549
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par Liseron Lun 19 Juil - 20:30

cheers
Et une de plus ! Quand je l’ai rendu à la bibliothèque, la bibliothécaire m’a demandé ce que j’en avais pensé, elle ne l’avait pas encore lu, j’espère qu’elle sera conquise aussi !

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4141
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par domreader Mar 20 Juil - 7:13

Contente vous voir conquises par ce beau roman !

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3465
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Alaa El-Aswany Empty Re: Alaa El-Aswany

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum