Le deal à ne pas rater :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : où le précommander ?
14.50 €
Voir le deal

Enrique Vila-Matas

4 participants

Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Enrique Vila-Matas

Message par Arabella Mer 12 Mai - 10:53

Enrique Vila-Matas (1948 -   )


Enrique Vila-Matas Vila-m10



Enrique Vila-Matas est né à Barcelone en 1948. Il commence à écrire vers douze ou treize ans. À dix-huit ans, il est embauché comme rédacteur dans une revue de cinéma barcelonaise, Fotogramas, pour laquelle il réalise parfois de fausses interviews. Il entame des études de droit. Il tourne des court métrages et a quelques expériences d'acteur, dans des films interdits par la censure franquiste. Il séjourne ensuite à Paris. De retour à Barcelone en 1976, Enrique Vila-Matas se consacre à l'écriture et collabore à des journaux. Il obtient son premier succès avec Abrégé d'histoire de la littérature portative. Il a depuis remporté le prix Herralde de Novela en 2002, le prix de la Critique espagnole en 2003 et le prix Médicis étranger en 2003 pour Le Mal de Montano.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Arabella Mer 12 Mai - 10:55

Paris ne finit jamais


Le narrateur, qui est aussi l'auteur, se remémore, à l'occasion d'un voyage et d'une conférence qu'il doit donner, les années qu'il a passé à Paris pendant sa jeunesse, années pendant lesquelles il a tenter de débuter une entrée en littérature. Cette carrière littéraire naissante a été placée sous le haut patronage d'Ernest Hemingway, et le livre de Vila-Matas revendique l'héritage du fameux « Paris est une fête ». Mais le jeune aspirant littéraire espagnol n'a pas la même personnalité, ni le même état d'esprit que le grand Américain : il soutient qu'il a été très malheureux pendant son séjours parisien. On peut le croire à demi, car le maître mot de son ouvrage, comme de la conférence qu'il est censé donner, est l'ironie. C'est donc avec la même distance et le même second degré que l'auteur, que le lecteur doit aborder la lecture de ce livre.

Au-delà des tribulations de notre jeune homme, qui nous livre finalement relativement peu de factuel, et des choses, somme toute, relativement banales, ou métaphoriques, c'est à la littérature que le livre s'intéresse avant tout. On pourrait presque remplacer le Paris du titre, par la littérature, qui n'a ni de début, ni de fin. le souvenir d'Hemingway, est précédé par la réminiscence d'autres auteurs qui l'ont précédé, comme évidemment Proust, mais bien d'autres encore. Et il y a les auteurs de l'époque du fameux séjour parisien de Vila-Matas (années 70 du siècle dernier), dont certains sont toujours en activité. Évidemment Marguerite Duras, qui loge l'apprenti écrivain dans une chambre de bonne, où d'autres célèbres ou moins célèbres sont passés avant lui. Il en fait un portrait amusant, mais tendre aussi, entre dérision et admiration. Mais d'autres passeront, surtout en tant que silhouettes. C'est d'ailleurs extraordinaire à quel point Vila-Matas croise presque à chaque pas des célébrités, des gens connus, qu'il admire ou découvre. Mais c'est sans doute que dans son livre, il fait le choix de ne se souvenir que de ces moment-là, comme si c'était la seule chose qui subsistait de son passage dans la capitale française. de même, les lieux qu'il évoque, sont toujours plus ou moins liés à la littérature, il ne semble rechercher que ces lieux-là. Plutôt que de visiter des musées ou lieux touristiques habituels, il préfère se rendre devant un immeuble banal, mais où un jour, un écrivain a vécu, ou un événement en lien avec la littérature a eu lieu. Même si plus rien ne semble rappeler ces moments-là, ils vivent dans les livres, et dans la mémoire de l'auteur. Ils sont éternels par la grâce du mot. le monde de la littérature est aussi réel que le monde physique, et c'est le premier que l'auteur explore et partage avec nous.

C'est brillant, drôle, touchant aussi, et il est tellement agréable de faire ce voyage, de voir des lieux connus sous cet angle différent, celui des réminiscences littéraires, sans que cela soit pédant. Sans doute un certain nombre de références échappent à tout lecteur, tant le livre en regorge, mais c'est au final sans grande importance. Chacun peut y retrouver tel ou tel auteur, livre, moment de l'histoire littéraire ou culturelle. Et sourire à la fine ironie de l'auteur, qui cache sous une légèreté et désinvolture apparente, un rapport au livre et à la culture, une sorte de philosophie élégante du rapport au monde.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Luciole Mer 12 Mai - 12:03

Cela donne très envie ! Merci @Arabella

_________________
geek  “Il n’y a point de génie sans un grain de folie.” Aristote
Luciole
Luciole

Messages : 1046
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 48
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Arabella Mer 12 Mai - 19:08

Très mon moment de lecture pour moi, j'y retournerai à coup sûr.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Luciole Mer 12 Mai - 19:36

En plus, je trouve la couverture à mon goût ! Donc, je viens de le réserver auprès de ma librairie !

_________________
geek  “Il n’y a point de génie sans un grain de folie.” Aristote
Luciole
Luciole

Messages : 1046
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 48
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Arabella Mer 12 Mai - 21:20

Décidément ! Tu dois être une de ses meilleures clientes !

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Arabella Mer 12 Mai - 21:21

Moi je l'avais acheté chez ma libraire préférée

Spoiler:

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par kenavo Jeu 13 Mai - 1:01

j'ai lu plusieurs livres de cet auteur, mais je pense que Paris ne finit jamais est mon préféré

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31400
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Queenie Jeu 13 Mai - 7:58

Arabella a écrit:Moi je l'avais acheté chez ma libraire préférée

Spoiler:

Spoiler:

Ça donne envie cette balade parisienne

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7038
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Luciole Jeu 13 Mai - 11:00

Arabella a écrit:Décidément ! Tu dois être une de ses meilleures clientes !
En ce moment, peut-être !  Laughing
Et puis, je suis trop loin pour aller chercher mes livres chez @Queeniegeek

_________________
geek  “Il n’y a point de génie sans un grain de folie.” Aristote
Luciole
Luciole

Messages : 1046
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 48
Localisation : France - Pays de la Loire

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Arabella Mar 3 Oct - 18:54

Cette brume insensée

Cette brume insensée est l'avant-dernier opus d'Enrique Vila-Matas, paru en 2019 en langue originale, il est traduit dès 2020 en français.

Le narrateur, Simon Schneider, est un personnage de grande culture, mais qui semble un raté total, selon les normes en vigueur. Il survit tant bien que mal dans une masure sur le point de s'écrouler, de travaux littéraires. Il officie par exemple comme « traducteur préalable », celui qui défriche les difficultés des traductions pour ceux qui vont mettre leur nom sur la couverture. Mais sa principale passion et source de revenus, sont les citations. Il les collectionne de manière compulsive, et se fait payer pour en offrir un choix à son frère, Rainer, devenu Bros. Ce dernier, après quelques écrits ratés en Espagne, a émigré aux USA où il a commis quelques romans devenus cultes, et qui ont donné lieu à des tirages importants, en faisant une star de leur auteur. A l'instar de Pynchon et Salinger, il se cache, et personne n'arrive à le rencontrer. Suite au décès de leur père, Bros convoque Simon à un rendez-vous à Barcelone, en plein referendum pour l'indépendance de la Catalogne.

C'est un livre fascinant, amusant par moments, angoissant parfois, et qui l'air de rien posent un certain nombre de questions sur la littérature, et notre rapport au monde. le monde de Simon, construit sur la littérature, semble s'effilocher, se dissoudre, les gens disparaissent, sa maison est prête à s'écrouler. Cela paraît en opposition avec le monde de succès de Bros, riche et célèbre, vivant au centre, à New York. Mais le monde de Bros ne paraît pas plus solide : personne n'a de contacts ni de certitudes sur ce qu'il est, la qualité réelle de ses ouvrages questionne. D'autant plus qu'il se présente comme Pynchon, enfin un des Pynchon, groupe d'auteurs qui écrivent à tour de rôle des livres sous ce nom. Simon laisse entendre que ce sont les citations et suggestions qu'il fait à son frère qui sont le matériel essentiel des ouvrages de Bros, qui en eux-mêmes sont en réalité assez creux ; ce sont les interprétations qu'on en fait qui construisent le sens pas forcément intrinsèquement présent. Entre des livres morts, dans lesquels Simon va chercher des extraits, et les livres de Bros qui se construisent à partir de ces extraits, et qui d'une certaines manières ne sont pas vivants, puisqu'ils sont bâtis sur des dépouilles, sans véritables transmutation, résurrection, la littérature ne semble plus pouvoir exister. Simon et Bros, opposés, mais tous les deux dans une sorte d'impasse, comme les deux faces d'une même pièce, semblent incapables de donner un nouvel élan au monde, aux mots.

Le paradoxe de ce roman, au combien brillant, est de nous donner à lire une fiction très prenante sur la thématique de la disparition, de l'impossibilité de la fiction. Vila-Matas n'est certes pas le premier à le faire, mais son livre est vraiment très réussi, et malgré son propos il nous laisse sur la sensation que la littérature a encore de beaux jours devant elle.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Queenie Mer 4 Oct - 8:08

malgré son propos il nous laisse sur la sensation que la littérature a encore de beaux jours devant elle

C'est bien paradoxal avec ce qui précède, en effet.

Mais alors ? C'est cynique son propos ? Ou ses livres à lui sont "vivants" et ils parlent d'une certaine littérature, ou d'une certaine façon de s'approprier la littérature ?

Ça m'intrigue, en tout cas.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7038
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Arabella Mer 4 Oct - 9:56

Cela donne une impression de grand désenchantement, mais c'est très prenant, et on prend plaisir à le lire, à suivre les paradoxes, les pirouettes. Il donne un aspect fictionnel à une problématique sur la fiction, sa disparition. Et donc arriver à faire une fiction passionnante alors qu'on évoque la disparition de ladite fiction, montre qu'elle n'est pas morte.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Enrique Vila-Matas Empty Re: Enrique Vila-Matas

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum