Le Deal du moment : -50%
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif ...
Voir le deal
69.99 €

Cătălin Mihuleac

Aller en bas

Cătălin Mihuleac Empty Cătălin Mihuleac

Message par Arabella Mar 10 Aoû - 14:11

Cătălin Mihuleac (1960-    )



Cătălin Mihuleac Mihule10



Sources : Editions noir sur blanc



Cătălin Mihuleac, né en 1960 à Iași, dans le nord-est de la Roumanie, a travaillé une demi-douzaine d’années en tant que géologue. À la chute du régime communiste, il a entamé une carrière de journaliste, tout en publiant ses premiers textes satiriques. La parution de son roman Les Oxenberg & les Bernstein fut un événement en Roumanie, ainsi qu’en Allemagne où l’on a salué sa très grande originalité et sa force narrative imparable pour évoquer l’un des plus grands tabous de l’histoire roumaine contemporaine, le pogrom de Iași.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Cătălin Mihuleac Empty Re: Cătălin Mihuleac

Message par Arabella Mar 10 Aoû - 14:12

Les Oxenberg et les Bernstein


Nous suivons dans ce roman les destinées parallèles de deux familles juives originaires de Roumanie, les Oxenberg qui ont fait le choix de rester dans leur pays d'origine pendant les années de la seconde guerre mondiale et les Bernstein, dont une partie de la famille a émigré, et qui possèdent dans les années 90 du siècle dernier une prospère affaire de vêtements et d'objets de « seconde main ». le récit est effectué par Suzy, une jeune roumaine, qui rencontre Ben Bernstein et sa mère, lors d'un séjour en Roumanie, où ils sont venus pour ouvrir une succursale à leur florissant commerce. Suzy va les suivre aux USA, épouser Ben, et mener d'une main de fer le commerce familial. Elle va se convertir au judaïsme et s'intéresser à l'histoire, ce qui va l'amener à approfondir la question du pogrom de Iași de 1941, dans lequel plus de 13 000 juifs sur la cinquantaine de milliers qui y habitaient ont trouvé la mort. Ce qui la ramera à croiser le chemin des Oxenberg, et découvrir les liens qui les unissent aux Bernstein.

J'aurais voulu plus aimer ce livre. Il traite d'un sujet important, et le rend accessible et sensible à un public plus large qu'un livre historique, ce qui est sans doute un grand mérite. Les descriptions du pogrom lui-même sont sans conteste vraiment réussies, et rendent compte d'une manière touchante mais en même temps qui fait comprendre tout ce qui est en jeu, les mécanismes, les culpabilité, les réactions des victimes etc. C'est par moments un peu didactique, mais incontestablement efficace et nécessaire.

Ce qui m'a moins convaincue, voire par moments ennuyée, c'est ce qui est autour. Je n'ai pas trouvé grand intérêt au personnage de Suzy, un peu artificiel à mon goût, par exemple dans sa soudaine passion pour l'histoire du pogrom, pour l'histoire du judaïsme etc. Il fallait donner des explications aux lecteurs, donc elle s'en charge. Ben quand à lui n'a pas de réel consistance, et les relations du couple, restent pour moi un total mystère. La psychologie des autres personnages m'a paru souvent caricaturale. J'ai par exemple été très gênée par la description de deux jeunes garçons juifs, que de leur plus jeune âge montrent un intérêt et des disposition pour gagner de l'argent par n'importe quel moyen : en les extorquant à leurs soeurs, camarades de classes etc, aptitude encouragée et valorisée par leurs parents. Et la fin dans laquelle la terrible belle-mère révèle son passé douloureux et son humanité, m'a paru un brin artificiel, ainsi que la lettre trouvée in extremis par Suzy et qui explique ce qui reste à expliquer.

Le livre a sans conteste une visée pédagogique, et rend bien compte des terribles événements, en n'essayant pas de diluer les culpabilités, mais en les regardant bien en face. Il est incontestablement très utile. Mais à mon sens sa première qualité est d'expliciter, de garder à la mémoire, ce qui s'est passé. Au détriment de qualités à proprement parlé littéraires, ce qui me gêne toujours dans la lecture d'une oeuvre de fiction, où je recherche aussi la voix d'un artiste, que je n'ai pas trouvée ici, ayant eu plus la sensation d'être devant une prose journalistique.

Mais le roman est à lire pour découvrir un épisode douloureux et pas forcément mis en avant de l'histoire de cette époque trouble et terrible.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum