Ben Hobson

Aller en bas

Ben Hobson Empty Ben Hobson

Message par kenavo Lun 6 Juin - 3:48

Ben Hobson A_web112

Ben Hobson vit à Brisbane en Australie, où il exerce la profession d'enseignant.

Le rêve de la baleine, son premier roman, a connu un formidable accueil critique dans son pays et a été nommé dans plusieurs prix littéraires. 


Source : Éditeur


son site

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31168
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Ben Hobson Empty Re: Ben Hobson

Message par kenavo Lun 6 Juin - 3:49

Ben Hobson Aa3676 / Ben Hobson Aaa2615
To Become a Whale / Le rêve de la baleine
Présentation de l’éditeur
Premier roman australien, Le rêve de la baleine est un conte initiatique d'une grande beauté.
Après la mort de sa mère, un jeune garçon doit apprivoiser son chagrin et celui de son père. L'homme, qui travaille en mer sur un baleinier, est taiseux et a du mal à faire face à cette proximité nouvelle avec son fils. Il décide de l'emmener avec lui au large pour lui apprendre son métier. L'enfant découvre un monde à la fois sublime et brutal.
Mêlant récit légendaire, réalisme et nature writing, Le rêve de la baleine renouvelle un mythe biblique et littéraire - celui de Jonas, de Moby Dick mais aussi du Vieil homme et la mer - avec une sensibilité remarquable.
La présentation anglaise parle de « devastatingly beautiful », tandis que l’éditeur français fait un peu de même avec « grande beauté ».

Et ben… oui, rien à dire, l’écriture est vraiment très belle… mais ce qu’elle raconte est quand même terrible.

Dès le début j’avais de la peine pour ce jeune garçon… mais plus encore envie de taper ce père incapable !

Emmener son fils à l’âge de treize ans sur cette station balnéaire avec l’idée qu’il va commencer à travailler là-bas ?? Non, mais il vient d’où ??

Mais l’auteur a seulement fait le portrait de cet homme/père des années 50/60. Oui, probablement le rôle des hommes était lors de ces années définit ainsi.

Chapeau bas à ce jeune qui veut tout d’abord ne pas décevoir son père mais qui va trouver par la suite le moyen de lui faire face.

Je l’ai trouvé exprimé en mieux par Willy Vlautin :

Hobson takes us to the depths of cruelty to show us life. A boy tries to be a man, a man tries to be a father, and both struggle to navigate what it means to be men. A great study in masculinity.'

Après le début et le comportement du père qui est parfois à côté de la plaque, le plus dur est encore à venir quand il emmène son fils à Tangalooma.

Devenir témoin de ce carnage… non, ce n’est pas tout à fait ce que je cherchais dans mes lectures autour de la baleine ! Mais heureusement Ben Hobson choisit de montrer tout cela à travers les yeux de Sam et c’est tellement touchant quand le petit touche la carcasse d’une baleine et chuchote « Je suis navré » !

En voici un auteur qui m’a convaincu…

Ben Hobson A_web113

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31168
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum