Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

Mariana Enriquez

3 participants

Aller en bas

Mariana Enriquez Empty Mariana Enriquez

Message par Queenie Ven 17 Fév - 18:23

Mariana Enriquez Mandar10
:copyright: Nora Lezano
Mariana Enriquez

Née à Buenos Aires en 1973, elle a fait des études de journalisme à l’université de La Plata et dirige Radar, le supplément culturel du journal Página/12. Elle a déjà publié deux livres aux Éditions du sous‑sol, Ce que nous avons perdu dans le feu en 2017 (Points 2021) et le très remarqué Notre part de nuit en 2021 (Points, 2023). Succès de la rentrée étrangère de 2021, elle a reçu les prestigieux prix de l’Imaginaire, prix Imaginales, prix des Libraires du Québec, prix Payot du roman étranger. Son nouveau livre Les Dangers de fumer au lit a été finaliste de l’édition 2021 de l’International Booker Prize.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Mariana Enriquez Empty Notre Part de Nuit

Message par Queenie Ven 17 Fév - 18:42

Mariana Enriquez 27121810
Notre Part de Nuit
Trad. Anne Plantagenet
Éditions du Sous-sol (Sept. 2021) - Poche (Janv. 2023)

Une famille argentine très riche, de celle qui ne craint rien des crises, des différents pouvoirs politiques en place, des dictatures ou des révolutions. De celles qui opèrent dans l'ombre, et forment des sociétés secrètes. Ici, ce sera L'Ordre, un groupe occulte qui croit en un dieu/démon des Ténèbres. Une entité puissante avec laquelle ils peuvent être mis en lien grâce au pouvoir d'un médium.
Juan est l'un d'eux, l'un des plus puissants psychiquement, l'un des plus faibles physiquement. Avec Rosario, l'héritière de cette famille, il tente de trouver un équilibre, entre don de lui pour l'Ordre et vie de famille.
Seulement, les Ténèbres sont avides de sang.

Quand commence l'ouvrage, Juan est en fuite, avec son fils Gaspar. Veuf, qui ne se remet pas de son deuil, soupçonnant sa belle-famille, il veut à tout prix sortir son fils des griffes de l'Ordre.

Mariana Enriquez part de cette trame fantastique, fortement gothique, pour composer une fresque familiale et historique de grande ampleur. Son style est efficace, tantôt lyrique, tantôt dynamique, il s'adapte aux moments racontés, et crée une ambiance intense.
L'autrice est aussi à l'aise dans la description d'une famille dysfonctionnelle, qu'à la narration historique des troubles politiques vécus en Argentine. Elle parvient à donner une dimension métaphorique à sa fiction pour souligner encore plus les horreurs ayant réellement eu lieu.

Elle a aussi l'incroyable force de ne rien céder à la facilité, le monde qu'elle dépeint et les personnages qu'elle fait vivre, ne sont jamais enrobés d'un manichéisme naïf. On pourra aimer et soutenir un personnage pendant des centaines de pages, et finir par le détester et en avoir peur pendant une centaine d'autres.

On peut penser à beaucoup d'auteurs et de livres en parcourant les pages de Notre Part de Nuit (La route de Cormac McCarthy, Stephen King, Clive Barker, Jose Carlos Somoza...) mais finalement, on ne peut que s'incliner devant l'évidence : Mariana Enriquez a sa patte bien à elle, une écriture d'une rare puissance, qui parvient à tenir une histoire sur 700 pages sans que l'on s'ennuie une seconde.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Mariana Enriquez Empty Re: Mariana Enriquez

Message par domreader Ven 17 Fév - 22:55

J'ai lu de bonnes critiques sur ce livre déjà, tu confirmes, mais 700 pages tout de même !  Il devra attendre sauf s'il croise ma route à un moment donné.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3464
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Mariana Enriquez Empty Re: Mariana Enriquez

Message par Queenie Sam 18 Fév - 8:22

Je ne sais pas si j'aurais trouvé le courage de m'y mettre si je n'avais pas eu un long arrêt.
Mais, je ne regrette pas du tout, j'ai même très bien fait. C'était vraiment excellent.

Un recueil de ses nouvelles vient de paraître, apparemment il est très bon, je vous en parlerais.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Mariana Enriquez Empty Re: Mariana Enriquez

Message par Arabella Mar 2 Jan - 20:56

Ce que nous avons perdu dans le feu


Mariana Enriquez est journaliste et écrivaine, et j’ai vu passer son nom régulièrement depuis quelque temps, plusieurs de ses livres ont été traduits en français. Un peu par hasard j’ai eu celui-ci entre les mains : il s’agit d’un recueil de nouvelles, parues en 2016 en Argentine et dès 2017 en France, dans une petite maison d’édition, mais réédité aux Points Seuil.

Il s’agit d’un recueil de 12 nouvelles, qui se passent en Argentine, à l’époque contemporaine. Les personnages principaux en sont souvent des femmes, même si cela n’est pas systématique. Les textes peuvent être classés dans le genre fantastique, et si on s’en tient à la définition de Tzvetan Todorov, ils le sont véritablement, c’est à dire que le lecteur ne peut pas décider suite à la lecture, si nous sommes vraiment en face d’un surnaturel, ou si les personnages sont malades, imaginent ou interprètent des choses. Car la réalité à laquelle ils sont confrontés est angoissante : un fossé entre les pauvres et les riches, au point que des enfants vivent dans la rue, violence, solitude, sans oublier le poids de l’histoire argentine, ou sud américaine d’une manière plus générale, jamais véritablement explicitée, qui revient comme un remord hanter le présent.

C’est cette intrication entre le monde réel, mais dont l’absurdité et l’énorme gâchis font qu’il ne paraît pas complètement vrai, et le monde des monstres, des fantômes, des créatures surnaturelles, qui fait à mon sens l’intérêt de ce livre. Qui laisse entendre que toutes ces apparitions, menaces, venues d’un autre monde sont peut-être là, parce qu’il y a des non dits, une culpabilité, que les personnages plutôt favorisés des récits traduisent de cette manière, menaçante et destructrice, à défaut d’affronter et de remettre en cause l’univers dans lequel ils vivent, comme des sortes de zombis au final, vaquant à leurs petites affaires, pendant qu’autour d’eux les choses dysfonctionnent.

C’est très bien fait, assez angoissant par moments, avec un doute permanent sur ce qui se passe vraiment. Comme dans tout recueil de nouvelles, il y en a dans lesquelles on entre plus facilement que dans d’autres, mais l’ensemble se tient, il n’y a pas baisse de rythme, et chaque texte laisse apparaître un autre morceau de la réalité argentine, présente ou passée.

A découvrir.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Mariana Enriquez Empty Re: Mariana Enriquez

Message par Queenie Ven 5 Jan - 19:40

Chouette, j'aimerais bien le lire celui-ci

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Mariana Enriquez Empty Re: Mariana Enriquez

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum