Aura Xilonen

Aller en bas

Aura Xilonen

Message par Queenie le Lun 2 Jan - 17:42



Note de l'éditeur :
Aura Xilonen est née au Mexique en 1995. Après une enfance marquée par la mort de son père et des mois d’exil forcé en Allemagne, elle passe beaucoup de temps chez ses grands-parents, s’imprégnant de leur langage imagé et de leurs expressions désuètes. Elle a seulement dix-neuf ans lorsqu’elle reçoit le prestigieux prix Mauricio Achar pour son premier roman, Gabacho. Aura Xilonen étudie actuellement le cinéma à la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla.

Gabacho, 2017 (ed. Liana Levi)

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
avatar
Queenie

Messages : 2620
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par Queenie le Lun 2 Jan - 18:21


Gabacho, 2017 (ed. Liana Levi)
[Il sort le 19 janvier]

Gabacho, avant tout, c'est une langue qui frappe, qui surprend, désarçonne, fait rouler dans la poussière, et se relever les poings dressés, prêt à prendre des coups.

Tenez. Première phrase du livre. Ça donne le ton.
Et donc pendant qu'ils étaient là, ces crevards, à courir après la gisquette, à la harceler, à lui crier des cochonneries, je me suis dit que si je les défonçais tous, ces cons de latinos, je pourrais changer de vie.

Haletant. Saccadé. Une respiration tendue.
C'est toute la vie de Liborio qui surgit dans ces lignes. Lui, le narrateur. Un immigré clandestin. Un mexicain qui a franchit la frontière dans une rage de vivre, de survivre, qui ne le quitte jamais. Qui se retrouve dans une ville obscure des États-Unis, probablement en transition, en tout cas en quête d'une nouvelle vie.

Liborio a un job dans une librairie, exploité mais ça lui donne un logement (dans la mezzanine) et quelques billets. Et, il lit. Tout ce qui lui passe par la main. Il commence par les illustrés, puis plus à l'aise, engouffrera les romans, et la poésie. Très critique. Il ne supporte pas le creux, les belles phrases vides de sens, pour faire joli. Il n'épargne rien. Mais parfois il est touché jusqu'aux tripes.

Liborio est un poète des caniveaux, des laissés pour comptes, des mots bruts, des figures de style urbaines, des punchlines percutantes. Sans le vraiment le savoir (et sans que quiconque croit réellement en son talent, et surtout pas lui-même).

Et surtout, Liborio, il est tombé raide dingue amoureux de la gisquette de l'immeuble d'en face.
Intense. Il raconte son amour, l'étonnement de ses propres bouleversements.

Elle avait les cheveux relevés dans un chignon tout simple, linéaire, comme une colonne grecque, dorique, sans volutes. Elle était belle comme une Vénus au sommet de son chapiteau. Un nez aquilin et des yeux de la taille du ciel. Je l'ai regardée et je suis restée patraque, anéanti. Mon coeur s'évaporait par tous les pores de ma peau. Je respirais plus, j'avais plus d'air, je valsais, traversé par des vagues de tremblements. Je sais pas si cette connerie de coup de foudre, ça existe vraiment, franchement j'y pige que dalle, mais cette gisquette, elle m'a affolé les pupilles à la seconde même où j'ai levé les yeux de mon livre et où je me suis fait estourbir la rétine. D'un coup, j'ai oublié tout ce que j'étais en train de lire, je pouvais plus me concentrer sur ce bouquin à la con. Elle était là, bestialement belle, sauvage. Elle remplissait tout le parc de sa seule présence, insolitement précise.

Évidemment, rien ne va être facile pour Liborio. Ni sa relation avec la gisquette, ni tout ce qui va se mettre sur son chemin.
Il va se prendre des coups, se faire humilier, on va essayer de l'exploiter, il va finir par devoir dormir dehors, se faire voler...
Bref, rien ne lui est vraiment épargné. Sauf qu'il a cette combativité, et cet amour, et il parvient à tout prendre comme un combat dans lequel il se relève toujours.

Aura Xilonen a une richesse de langue (et bravo à la traductrice Julia Chardavoine) incroyable, un mélange de genres qui la rend à la fois poétique et réaliste, des métaphores qui frappent juste, et qui collent parfaitement à son personnage.
Pendant cette lecture, j'ai pensé à Céline et à Calaferte. L'éditeur cite Salinger (que je n'ai toujours pas lu), Queneau (oui, okay, mais y'a toujours quelque chose de trop fabriqué qui me gênait chez Queneau, que je ne ressens pas dans Gabacho), Gary (alors là, je ne vois pas ... )

La description du quotidien de la vie de Liborio, avant et après son départ du Mexique, sont révélés sans état d'âme, comme le reste du livre, dans toute leur brutalité. Pas de concession. Pas de gants.

Et on a envie de prendre soin de Liborio, de le voir trouver un refuge, une éclaircit. Quelqu'un.

Ce livre est intense. Captivant. Coup de poing. Sensible.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
avatar
Queenie

Messages : 2620
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par domreader le Mar 3 Jan - 18:28

Me plait bien celui-là aussi.... C'est traduit de l'espagnol je suppose ?

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
avatar
domreader

Messages : 929
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par Queenie le Mar 3 Jan - 20:33

@domreader a écrit:Me plait bien celui-là aussi.... C'est traduit de l'espagnol je suppose ?

Oui.
C'est ça.

Ça doit être rude à lire dans sa langue originale si on n'est pas parfaitement bilingue. La richesse de vocabulaire avec les néologismes et l'argot mélangés, ouch.


_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
avatar
Queenie

Messages : 2620
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par domreader le Mer 4 Jan - 19:21

@Queenie a écrit:
@domreader a écrit:Me plait bien celui-là aussi.... C'est traduit de l'espagnol je suppose ?

Oui.
C'est ça.

Ça doit être rude à lire dans sa langue originale si on n'est pas parfaitement bilingue. La richesse de vocabulaire avec les néologismes et l'argot mélangés, ouch.


En fait comme cela parlait d'un clandestin aux US, je me demandais juste dans quelle langue elle l'avait écrit. Mais comme elle vit au Mexique en fait la réponse est évidente. Je ne lis pas l'espagnol du tout...

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
avatar
domreader

Messages : 929
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par Queenie le Dim 22 Jan - 16:49

Des petits morceaux autour de la littérature, assez succulents


[La plupart des bouquins que je me suis farcis dans la librairie, ils m'ont juste éclaboussé la rétine de déchets foireux, avec leurs mots diptères comme des aiguilles sans fil.
"Boss, le fou furieux qui raconte qu'il écrivain est passé tout à l'heure ; celui de la navette spatiale sans freins. Il m'a demandé si on avait quelque du Pi 3,1416 Téllez. Un roman de tablettes et de réseaux sociaux qui s'appelle
Conection Facebook. Il aimerait qu'on lui trouve.
- Il aime plus les romans de narcos ?
- Ben, cette fois-ci il voulait pas un truc mexicain.
- Ce drôle d'oiseau dantesque change de goûts comme de chaussettes. Tu vas voir, dans quelques temps, il va aimer Coelho. Aïe, aïe, aïe.
- Et quoi, c'est nul, Boss ?
- Ah, mon sagouin, si tu savais ! ça m'étonnerait franchement pas que ça lui plaise à de drôle d'oiseau, avec toute cette merde qu'il s'injecte dans les yeux.
- Mais c'est ce qui se vend le plus, Boss.
- Et alors ? On peut pas vivre sans chiottes parce qu'on va tous chier au moins une fois par jour, mais c'est pas pour autant qu'on les met sur un piédestal au milieu du salon, ni qu'on se prosterne devant, non ?
- Je vous comprends pas, Boss. Vous chiez plus d'une fois par jour.
- Ah, mon Dieu, libérez-moi de ce gros couillon. Qu'est-ce que tu veux capter si de toute façon t'es qu'un abruti analphabète ? Ce que je te raconte, c'est une métaphore du capitalisme.
- Salaud.
- Qu'est-ce que t'as dit, le débilou bédaveur ?
- Que le capitalisme est un salaud, patron. C'est ce que vous avez dit la dernière fois, non, le salaud de néolibéralisme ?
- Me prends pas pour un con, le bâtard hystéro.
- Moi jamais, Boss. Qu'est-ce que vous allez chercher là !"]

ça me fait marrer !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
avatar
Queenie

Messages : 2620
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par Aeriale le Mar 13 Mar - 11:26

-Gabacho-



@Queenie a écrit:Gabacho, avant tout, c'est une langue qui frappe, qui surprend, désarçonne, fait rouler dans la poussière, et se relever les poings dressés, prêt à prendre des coups.

Queenie en parle bien, Gabacho c'est vraiment ça au départ. Un récit qui démarre à fond la caisse, entre deux bastons et des mots qui frappent, pas de temps pour souffler.

Le récit de ce jeune exilé mexicain qui tente d'échapper à la misère de son quotidien et se retrouve embauché clandestinement par un libraire un peu dingue, puis obligé de fuir suite à une bagarre pour défendre sa "gisquette" (traduire son amoureuse) nous est narré à cent à l'heure. Pas de temps morts et un langage des rues, mélange d'argot et de spanish americanisé, qui bouscule le lecteur, le malmène souvent, puis reprend son souffle et sans crier gare lâche des petites bulles de lumière dont la grâce percute de plein fouet.

Un drôle de roman, un peu fou et très brutal dans sa première partie, qui plus Librerio avance dans son histoire et reprend pied, aidé de quelques rencontres décisives (il ne le perd jamais vraiment en fait, il y croit dur comme fer ) et de son amour indéfectible pour sa belle Aireen, gagne en douceur et disons le, en beauté. La violence fait place à l'empathie, les phrases chocs à d'autres infiniment plus amples et souples, et là j'ai commencé à vraiment aimer.

Surprenant, tendu comme un arc, sans faux semblants: C'est tout l'univers de cette jeune auteure et clairement, ça envoie! @Domreader, tente... mais tu es prévenue, il y a un cap à passer :-)

Merci @Queenie pour la découverte, un roman qui me restera en tête!!
avatar
Aeriale

Messages : 3296
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par Queenie le Mar 13 Mar - 20:28

Je suis contente. J'avais vu que t'étais un peu perdue à un moment. J'ai eu peur. Je le trouve fantastique. Frappant. Marquant.
(Et j'avoue, il me fait penser à moi, à mes 18 ans, tout ça)
Cette petite frappe pleine de colère avec son coeur tout prêt à exploser d'amour.

Je n'ai pas vu les faiblesses. J'étais conquise, aveugle. Peut-être qu'elles existent bien. Mais... pour sa défense, elle était toute jeune quand elle a écrit ce roman (19ans), et c'est déjà une bombe !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
avatar
Queenie

Messages : 2620
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par Aeriale le Mer 14 Mar - 7:59

@Queenie a écrit:Je suis contente. J'avais vu que t'étais un peu perdue à un moment. J'ai eu peur. Je le trouve fantastique. Frappant. Marquant.
(Et j'avoue, il me fait penser à moi, à mes 18 ans, tout ça)
Cette petite frappe pleine de colère avec son coeur tout prêt à exploser d'amour.!
C'est vrai, j'ai peiné au début! Un peu de mal avec les expressions de la rue, ça m'a paru stéréotypé tant il y en avait!

Mais cela vaut le coup de passer outre, le reste est touchant, c'est un beau personnage, ce Liberio (ce poète des caniveaux, comme tu dis :-) toujours à fond, prêt à tout pour sa belle!
avatar
Aeriale

Messages : 3296
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aura Xilonen

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum