Le Deal du moment : -25%
Adhérents Fnac : Smartphone Honor 200 Pro ...
Voir le deal
599 €

Jiro Akagawa

2 participants

Aller en bas

Jiro Akagawa Empty Jiro Akagawa

Message par Queenie Mer 5 Juin - 20:49

Jiro Akagawa Akagaw10

Né en 1948, c'est un véritable phénomène de l'édition nippone. Il a produit plus de 480 romans, et vendu des dizaines et des dizaines de millions d'exemplaires.

Pour reprendre l'incontournable Gottlieb (Un siècle de roman japonais), "il passe pour le plus gros contribuable des lettres japonaises, ses impôts se montant à l'équivalent de trente millions de francs par an.
Cécile Sakai, dans son histoire de la littérature populaire japonaise, voit un lui un des représentants de la nouvelle génération du "roman de déduction à portée sociale", courant initié par Matsumoto Seichô au milieu des années cinquante.
En 1976, il a obtenu le prix de la revue Oru Yomimono (Toutes lectures) attribué à un jeune auteur de romans policiers, pour Yûrei ressha (Le train fantôme, non traduit).
Sa série "Le Chat Holmes" (non traduite) a connu un succès extraordinaire, relayé, comme pour la plupart de ses oeuvres, par de nombreuses adaptations cinématographiques et télévisuelles."

Parmi cette surabondante production, seuls deux de ses livres ont été publiés en français, aux Editions Picquier, évidemment, Meurtres pour tuer le temps, et celui dont je vais vous parler, Le piège de la marionnette.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Jiro Akagawa Empty le piège de la marionnette

Message par Queenie Jeu 6 Juin - 22:01

Jiro Akagawa M0287710
Le piège de la marionnette (1977)
(Trad. Rose-Marie Makino Fayolle)


Un jeune étudiant revenu de France trouve un poste de professeur de Français. Son nouveau travail a lieu dans un manoir, perdu au fond d'une forêt. Il doit enseigner à deux sœurs riches et isolées (leur mère est décédée, leur père est un marchand d'art toujours en déplacement). Pendant trois mois Shûichi devra vivre dans le manoir, donner des cours pendant la journée, et aura ses week-ends de libre.
Sauf que le début du livre a commencé par un crime étrange : un camionneur a pris une jeune femme, qui marchait en bord de route, en pleine nuit, sous la pluie. Très vite, un fort désir est monté en lui. Il fait entrer son camion sur un petit chemin, et s'apprête à avoir une relation sexuelle avec la jeune fille, consentie ou non. Celle-ci ne parle quasiment pas, mais semble d'accord... Jusqu'à ce qu'elle poignarde l'homme.
Et ce crime a eu lieu tout près du manoir.
Et un flic rôde autour de la maison.

Très vite, quelques éléments étranges vont alerter Shûichi qui va se trouver embarquer dans une histoire où les cadavres vont se multiplier, les méandres de l'histoire se complexifier.

Akagawa manie parfaitement le mystère et les rebondissements de son livre. Il laisse son lecteur complètement perdu et happé par son histoire, à tel point qu'on pourrait penser qu'il s'agit de plusieurs courtes nouvelles mises bout à bout, jusqu'à ce que le fil se fasse (à la toute fin).

Aux allures de conte horrifique (des gens sont enfermés dans des caves, soi-disant dangereux, un asile psychiatriques cache des pratiques douteuses, les jeunes filles riches se murmurent des secrets, les serviteurs ont un petit côté animal ...), ce roman policier est prenant et efficace. Une écriture en scènes très cinématographiques. On n'a pas le temps de s'ennuyer, ni de tergiverser en longs moments psychologiques.
Akagawa utilise des ficelles, mais les utilise bien !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Jiro Akagawa Empty Re: Jiro Akagawa

Message par Arabella Jeu 6 Juin - 23:03

Le piège de la marionnette / traduit par Rose-Marie Makine-Fayolle


Le roman commence très fort, par un meurtre commis par une mystérieuse et inquiètante jeune femme. Nous suivons ensuite un jeune chercheur en littérature française, engagé par une riche famille pour donner des cours de français pendant trois mois, à demeure, dans un luxueux manoir, proche du lieu du crime. Les habitants du manoir semblent se livrer à d'étranges activités, et notre professeur dispose de pas mal de temps pour essayer de comprendre ce qui se passe vraiment. Mais le jeu présente bien sûr des dangers....

Cela commence plutôt pas mal, mais j'avoue que j'ai trouvé que cela perdait très rapidement de l'intérêt. J'ai crois que j'ai été déçue par une description répétitive en fin de compte de scènes sensées être fortes (je n 'ai pas compté le nombre de meurtres, mais cela doit avoisiner les 10). Et nous n'avons qu'un aperçu des plus sommaires des protagonistes, de ce qui les meut, de leur personnalité. Du coup tout cela a un côté terriblement mécanique, finalement c'est une sorte de pré-scénario pour un film, les lieux et les scènes chocs prennent toute la place, je vois très bien cela en images, et là c'est sans aucun doute très efficace. Mais mis en mots ce n 'est pas vraiment passionnant, la fin censée être un retournement de situation ne m'a vraiment pas surprise, c'était qui plus est artificiel au possible.

C'est vrai que j'ai du mal à comprendre pourquoi cet auteur vend autant d'exemplaires au Japon, et le manque de traductions de ses oeuvres ne me paraît pas vraiment scandaleuse.


Dernière édition par Arabella le Jeu 6 Juin - 23:10, édité 1 fois

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Jiro Akagawa Empty Re: Jiro Akagawa

Message par Arabella Jeu 6 Juin - 23:04

Un vieux commentaire, pas vraiment enthousiaste...

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Jiro Akagawa Empty Re: Jiro Akagawa

Message par Queenie Ven 7 Juin - 9:52

Oui, j'avais lu ton commentaire.

Et au final, je te rejoins sur le côté mécanique, et l'utilisation de ficelles, mais je les ai trouvées tellement bien amenées, et imbriquées, que j'étais prise dans le livre.

Mais oui, ça fait très cinématographique, on l'imagine très bien en film.

La répétition des scènes, et des cadavres, ne m'a pas dérangée. J'ai même bien aimé, car on entre vraiment dans un cycle, et à chaque fois on cherche le petit plus qui va révéler le mystère.

De plus, comme pour Edogawa, Akagawa ne s'étend pas en descriptions, ce qui donne un rythme assez soutenu, tout en étant dans un frôlement des choses, qui marque beaucoup, mine de rien.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Jiro Akagawa Empty Re: Jiro Akagawa

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum