Le Deal du moment :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited ...
Voir le deal

Judith Perrignon

5 participants

Aller en bas

Judith Perrignon Empty Judith Perrignon

Message par kenavo Lun 11 Jan - 3:33

Judith Perrignon Aa1985

Judith Perrignon, née en 1967, est une journaliste, écrivaine et essayiste française.


source et suite

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par kenavo Lun 11 Jan - 3:33

Judith Perrignon A2954
Là où nous dansions
Présentation de l’éditeur
Detroit, 2013. Ira, flic d’élite, contemple les ruines du Brewster Douglass Project où s’est déroulée son enfance. Tant d’espoirs et de talents avaient germé entre ces murs qu’on démolit. Tout n’est plus que silence sous un ciel où planent les rapaces. Il y a quelques jours, on y a découvert un corps – un de plus.
Pour trouver les coupables, on peut traverser la rue ou remonter le cours de l’Histoire. Quand a débuté le démantèlement de la ville, l’abandon de ses habitants ?
La prose puissante de Judith Perrignon croise ici les voix, les époques, les regards, l’histoire d’une ville combative, fière et musicale que le racisme et la violence économique ont brisée.


L’année commence bien avec un vrai grand coup de cœur drunken

Judith Perrignon en parle si bien dans cette vidéo… même pas besoin d’ajouter encore quoi que ce soit.

Vous connaissez certainement ces livres qui vous enthousiasment tellement qu’il n’y a qu’une envie : les lire le plus vite que possible… et en même temps ils sont si extraordinaires, faudrait qu’ils ne se terminent jamais.

Là où nous dansions va faire partie de ces lectures qui a produit plein d’étincelles, qui m’a enthousiasmé, elle m’a fait rire et pleurer, j’ai visité Detroit et j’ai eu envie de rester plus longtemps.

Une ville qui ne laisse pas de glace mais dans ce récit il y a aussi la triste réalité du jeune artiste tué à Detroit…

Que de moments forts j’ai vécu avec ce livre, réalité et imaginaire de l’auteur se mélangent pour un résultat sublime.



Extraits

visite de Eleanor Roosevelt en septembre 1935 à Detroit

Judith Perrignon A3068

La petite fille noire, aux cheveux soigneusement lissés, puis bouclés autour d’une raie bien dessinée, est soulevée, elle ne sait pas où poser ses pieds, ses yeux, elle atterrit devant la première dame qui l’embrasse, la serre contre elle, consciente des photographes qui mitraillent la femme blanche et l’enfant noire. Elle sourit, la mais sur le ventre de la petite fille, geste à la fois tendre et politique, qui veut dire, Ne t’inquiète pas, toi et moi on fait du bon boulot. Elle sait quelle est la portée de cette image, comme elle fera tousser dans les rangs sudistes de son propre parti et même jusqu’à Washington. Tout change. Depuis quelques années, les Roosevelt font glisser le regard des Noirs vers les démocrates, celui des plus jeune en tout cas, car les vieux demeurent fidèles aux républicains de Lincoln qui les a libérés.



Judith Perrignon A3069

Michigan Central Station

Elle longe la gare monumentale fermée depuis plus de vingt ans, sans même un regard pour ce bâtiment fantôme naguère chargé de tant d’ambitions qu’il semble annoncer qu’il restera debout quoi qu’il arrive. Le vent qui s’y engouffre et siffle à l’intérieur ne ressasse plus ien depuis longtemps, il ne transporte ni les adieux, ni les mots d’amour, ni les serments prononcés sur un quai. Il brasse le vide, la violence et les démentis du présent comme du passé. Les mots s’en sont allés avec les gens.
Même ceux d’une première dame, on les a oubliés.


Judith Perrignon Aaa1446

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par domreader Lun 11 Jan - 11:38

Ça me plait bien comme thème, je note. D'autant plus que j'avais lu un livre d'elle qui m'avait bien plu il y a quelques années. Il va falloir que je cherche si j avais écrit quelques chose.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3465
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Nightingale Lun 11 Jan - 12:50

kenavo a écrit:
L’année commence bien avec un vrai grand coup de cœur drunken

Tu as plus de chance que moi pour commencer l'année ! Very Happy


Très intéressant, je note.

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2720
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Aeriale Lun 11 Jan - 20:55

domreader a écrit:Ça me plait bien comme thème, je note. D'autant plus que j'avais lu un livre d'elle qui m'avait bien plu il y a quelques années. Il va falloir que je cherche si j avais écrit quelques chose.
Oui moi aussi, son nom m’a rappelé ce roman, Les chagrins, que j’avais lu à sa sortie! 

Je me souviens d’une belle sensibilité, une écriture fine et toute en douceur. Sa vidéo la présente parfaitement :-) 

Merci Kena, je vais rechercher mes posts..
Aeriale
Aeriale

Messages : 11549
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par kenavo Mar 12 Jan - 3:37

je ne peux que vous encourager de découvrir ce roman extraordinaire Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Queenie Mar 12 Jan - 10:06

Très doux et beaux et justes les extraits !

On commence à en entendre pas mal parler de ce livre, merci Kena de ce mot, ça me donne envie d'y plonger.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par kenavo Mer 13 Jan - 3:33

Queenie a écrit:On commence à en entendre pas mal parler de ce livre
elle mérite toute l'attention, n'hésite pas de partir à Detroit avec elle à ton tour Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Aeriale Ven 15 Jan - 9:09

J'ai retrouvé mes commentaires!

-Les chagrins-
(2010)


Judith Perrignon 317anj10


Il n’y a plus trace de rien, là-bas. On a déversé des tonnes de sable, vissé des balançoires, planté des arbres et décrété l’insouciance. Mais la mémoire complote. Les chemins serpentent. Le terrain fait des vagues. Le toboggan est habillé d’une tour qui ne guette plus rien. Sous le sable de ce square parisien, il y a la poussière et les secrets d’une prison de femmes. La Petite Roquette, détruite en 1973. Tout le monde a préféré l’oublier. Sauf Angèle. Nul ne lui avait jamais dit qu’elle était née ici, quelque part sous les balançoires, le 16 novembre 1967, un quart d’heure avant l’extinction des feux. Mais sa mère vient de mourir. Helena Danec 1945-2007. Femme sèche et silencieuse. Elle laisse des lettres reçues en prison, un vieil article de presse racontant son procès, et le nom de l’homme qu’elle aimait. Alors le passé ne demande qu’à surgir, qu’à faire entendre les vertiges de l’amour, la beauté d’une époque révoltée et la puissance de la musique. Il réclame des explications, il cherche et emprunte toutes les voix ; celle d’Angèle, celle de Mila sa grand-mère, celle d’un vieux journaliste qui en sait beaucoup plus long que ce qu’il avait écrit, et même celle de l’homme qui s’est enfui. Tous racontent l’histoire d’Helena. Son chagrin. Leurs chagrins


Joli roman tout en délicatesse qui fait s'entrecroiser plusieurs voix sans forcément les laisser se rejoindre. Il y a au final beaucoup de désenchantement dans ce kaléidoscope de vies souvent solitaires même si l'auteure nous laisse entrevoir une petite lueur dans la rencontre supposée d'Angèle et de son père dont la confession clôture le récit .

C'est écrit tout en douceur, on sent une sensibilité à fleur de peau, et l'auteure nous trace quelques beaux portraits qu'il tient à nous de reconstruire à partir de ces lettres ou confessions à demi-chuchotées. Le personnage de Héléna autour duquel tout gravite est de loin le plus complexe, pourtant il reste flou, enfermé dans ses attentes déçues autant que dans les murs de sa prison, et c'est peut-être ce qui m'a le plus manqué.

Je garde surtout en tête l'image terrible de cette petite fille qui attend sa maman et qui ne comprend pas l'histoire des grandes personnes. Pour moi ce sont les plus poignantes.

Ma mère arriva dans ma vie à pied. C’est moi qui ouvris la porte. Je venais d’avoir cinq ans. Elle était grise comme la pierre, elle avait un regard froid et des yeux de feu. Elle entra, me dévisagea, Mila s’agenouilla aussitôt et me dit, C’est Helena, elle est fatiguée. Mais ses efforts pour me rassurer étaient vains, quelque chose en moi se brisa, si profondément que je ne sus pas quoi. À compter de ce jour, je ne fis plus aucune différence entre l’absence et la mort. Celle qui arrivait ne pouvait pas être Helena.
Aeriale
Aeriale

Messages : 11549
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Aeriale Ven 15 Jan - 9:13

-Les faibles et les forts -
(2014)


Judith Perrignon Cvt_le16



C'est l'histoire d'un fait divers, très triste, qui eut lieu en Louisiane, l'été 2010:  la noyade de 6 jeunes noirs issus de la même famille. A partir de là, Judith Perrignon entrecroise plusieurs récits, le premier se déroulant de nos jours, avec la fouille d'un de jeunes, Marcus, par la police persuadée qu'il cache de la drogue. Le second nous renvoie dans les années cinquante avec Marie Lee la grand mère et les souvenirs liés à un épisode précis, toujours à Saint Louis. Celui de l'ouverture officielle d'une piscine municipale pour la première fois admise aux noirs. Evènement tragique puisqu'il se termina par des émeutes et une ségrégation encore plus virulente. La dernière partie est une interview à la  radio, commentée de nos jours suite à cette noyade.

Avec justesse et sensibilité, Judith Perrignon nous brosse le portraits d'une de ces familles noires américaines. Des gens humbles mais fiers, subissant quotidiennement un racisme toujours présent. Le constat est sans appel et l'auteure dénonce avec force une injustice qui perdure malgré toutes ces décennies. Comment expliquer cette incapacité à nager? cette peur innée de l'eau? Judith Perrignon ne donne pas de réponses mais nous laisse avec des chiffres accablants et une interrogation qui nous laisse sur un sentiment évident de malaise. L'écriture est simple, mais la résonance est puissante. Un second roman plein de promesses en tout cas!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11549
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Aeriale Mar 26 Jan - 19:17

-Là où nous dansions-


Aout 2013. Alors que les bulldozers s'activent à raser ce qu'il reste du Brewster Project survolé par des rapaces, Ira, un flic qui y a grandi, cherche les traces d'un passé autrefois prestigieux. Au même moment Sarah, de la police scientifique, tente de redonner une identité au corps d'un jeune découvert sur un terrain vague tout proche. Elle ne lui connait pas de nom, s'imagine son parcours, surement un étudiant piégé par la criminalité qui gangrène le quartier déserté depuis longtemps. Comment en est on arrivé là?


Judith Perrignon Bd6_110


A partir de ce fait divers et enquêtant sur place, Judith Perrignon, en véritable journaliste qu'elle est, revient sur la construction de ces emblématiques tours, lorsque Eléonore Roosevelt y vint poser la première pierre en 1937, portée par l'ambition d'offrir des logements décents à une communauté noire en pleine expansion, dans un pays grisé par le New deal et un capitalisme effréné. 

En interférant les époques et jouant sur les retours en arrière, l'auteure nous plonge au coeur de la ville, la faisant revivre au travers de ceux qui l'ont réinventée, des groupes nés du Motown, les Suprêmes, Diana Ross, Marvin Gaye ou Stevie Wonder encore ado. Ses années de gloire avec la flambée des usines Chrysler ou Ford, puis celles de la faillite, des émeutes en 67, du racisme jamais éteint et cette percée incontrôlable de la violence. 

Judith Perrignon 9caa6710

C'est une magnifique balade dans Détroit qu'elle nous offre. Entre désarroi et fascination, on y perce un peu de son mystère, sa fulgurante ascension, ses dérapages, les fantômes qui y restent cachés. On cherche les photos, les traces, j'ai constamment cliqué sur Google à l'affût de ces images du passé. Mais Détroit n'a pas dit son dernier mot, et peut-être renaîtra t'elle de ses cendres, c'est en tout cas ce que laisse penser Judith Perrignon qui termine son roman sur une note optimiste. 

Un très beau roman qui, après un début chaotique du fait de ces retours en arrière, m'a totalement emportée et va me laisser une forte impression. Puissant et sensible, il mêle la poésie à la réalité, c'est vraiment un coup de coeur!!

 Grand merci à @Kenavo sans qui je serais sans doute passée à côté  cheers
Aeriale
Aeriale

Messages : 11549
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par kenavo Mer 27 Jan - 4:47

comme je suis contente de lire ton commentaire... cela fait toujours plaisir de partager un si grand coup de coeur Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Nightingale Mer 27 Jan - 8:22

Aeriale a écrit:-Là où nous chantions-

Et du coup, tu as décidé de changer le titre ?   drunken  Eh bien, dansez maintenant !... Very Happy

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2720
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Aeriale Mer 27 Jan - 8:56

kenavo a écrit:comme je suis contente de lire ton commentaire... cela fait toujours plaisir de partager un si grand coup de coeur Very Happy
Tout à fait! J'espère qu'on va en parler davantage, il le mérite drunken  


Nightingale a écrit:
Aeriale a écrit:-Là où nous chantions-
Et du coup, tu as décidé de changer le titre ?   drunken  Eh bien, dansez maintenant !... Very Happy

Ah mais oui!!  mdr

J'adore ce titre d'ailleurs, j'ai fait un mix avec celui de Richard Powers (Le temps où nous chantions)
Aeriale
Aeriale

Messages : 11549
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par kenavo Jeu 28 Jan - 6:50

Aeriale a écrit:J'adore ce titre d'ailleurs, j'ai fait un mix avec celui de Richard Powers (Le temps où nous chantions)
ouiii... très belle nouvelle création Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Judith Perrignon Empty Re: Judith Perrignon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum