-36%
Le deal à ne pas rater :
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
69.99 € 109.99 €
Voir le deal

Hugo Hamilton

2 participants

Aller en bas

Hugo Hamilton Empty Hugo Hamilton

Message par kenavo Jeu 31 Mar - 2:21

Hugo Hamilton A5491

Hugo Hamilton, né Johannes Ó hUrmoltaigh le 28 janvier 1953 à Dublin, est un écrivain irlandais.


source et suite

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31152
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Hugo Hamilton Empty Re: Hugo Hamilton

Message par kenavo Jeu 31 Mar - 2:21

Hugo Hamilton Aa3506 / Hugo Hamilton Aaa2494
The Speckled People / Sang impur
Présentation de l’éditeur
Roman autobiographique ou autobiographie en forme de roman, Sang impur évoque l'enfance de l'auteur dans le Dublin pauvre des années 50 et 60, entre une mère allemande que les braves gens du coin traitent de nazie - alors qu'elle est issue d'une famille où l'on détestait Hitler - et un père. délirant engagé dans le combat nationaliste irlandais pur et dur, qui exige qu'aucun mot d'anglais ne soit prononcé sous son toit. Pour les gamins de cette drôle de famille, la violence est partout : à l'école où on les traite en parias, dans la rue où les graffitis en forme de croix gammée fleurissent sur leur passage, et jusqu'à la maison par la main du père frappeur, pitoyable et risible tout ensemble, qui impose ses lubies à coups de taloches, mais échoue lamentablement dans toutes les entreprises de la vie.
Après avoir visité l’Irlande aux côtés de Heinrich Böll, je voulais quand même aussi retrouver une « vraie » voix irlandais… ce qui est un peu marrant dans le cas de Hugo Hamilton puisque son père était Irlandais, mais sa mère était Allemande.
Mais il a grandit à Dublin, cela compte pour mon projet de lecture Wink

Il ne s’agit pas de mon premier livre avec des souvenirs d’enfances et non plus de ma première rencontre avec un père tendance violent. Bien que je dois dire que j’éprouve ce père surtout comme « bizarre » au lieu de violent.

Forcer sa famille de ne parler qu’en irlandais (ou éventuellement encore l’allemand quand il s’agit de communiquer avec sa femme), refusant tout mot anglais et même distribuer des gifles aux enfants quand il ne se tenaient pas à ses règles… je dirais que c’est trèèès étrange.

Oui, je veux bien qu’on soit fière de son pays, de sa langue, de son héritage… mais de là à imposer sous force ces propres lois ?

On va dire que le pauvre petit Hugo Hamilton, oups, excusez, Johannes Ó hUrmoltaigh, n’a pas eu toujours la vie facile. Ni au foyer avec un père aussi stricte (mais pour compensation une mère adorable), ni dans les rues ou cette mère leur causait des soucis puisque les gens la traitaient de nazie et ainsi aussi les enfants. La bêtise des gens n’a vraiment pas de limites.

Écrit très fluidement, on parcourt ces années avec beaucoup de plaisir et compassion pour le petit garçon qu’était Hugo.

Hugo Hamilton A892

Dublin, 1950s

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31152
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Hugo Hamilton Empty Re: Hugo Hamilton

Message par Aeriale Jeu 31 Mar - 7:53

Kenavo a écrit:Forcer sa famille de ne parler qu’en irlandais (ou éventuellement encore l’allemand quand il s’agit de communiquer avec sa femme), refusant tout mot anglais et même distribuer des gifles aux enfants quand il ne se tenaient pas à ses règles… je dirais que c’est trèèès étrange

J’ai déjà entendu ce genre d’anecdotes lorsqu’il s’agit de famille à double nationalités, et c’est vrai qu’on a du mal à se les imaginer!

J’avais lu et aimé Sang impur, je vais chercher mon commentaire..

...

Hugo Hamilton 61p30z10
Commentaire de 2010 


Roman cadeau, un de ces livres hyper touchants dont on a du mal à se défaire. C'est écrit avec des mots simples, ça parait naîf car c'est Hugo qui nous parle, mais la portée en est d'autant plus puissante. Pas de larmes, pas de vindicte, juste les faits rendus dans un style limpide d'où nait cette poésie de l'enfance.

Il y a beaucoup de moments drôles, c'est tendre et grave à la fois, une écriture qui percute.

Les portraits qu'il fait de sa famille sont très fins, tout en demi-teintes. Face à la cruauté de ce père illuminé, la figure de la mère rayonne. Mais cet acharnement pathétique du premier à vouloir maintenir coûte que coûte une culture en faillite finit par toucher. Et au delà, Hugo Hamilton a l'habilité d'aborder un thème brûlant par le biais de cet enfant qu'il était, sans appuyer le trait, en nous laissant seul juge. 


Nous n'avons pas qu'une seule langue, qu'une seule histoire. Nous dormons en allemand et nous rêvons en irlandais. Nous rions en irlandais et nous pleurons en allemand. Nous nous taisons en allemand et nous parlons en anglais. Nous sommes les gens tachetés.
Aeriale
Aeriale

Messages : 11542
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Hugo Hamilton Empty Re: Hugo Hamilton

Message par Aeriale Jeu 31 Mar - 8:50

-Je ne suis pas d'ici-

Hugo Hamilton Tzolzo94

(commentaire de 2012)


Un roman touchant, écrit sans fard, sur l'errance d'un jeune immigré serbe à Dublin, cherchant désespérément à se faire accepter au sein d'un pays dont il ne maîtrise ni les codes ni la langue, ni même l'humour. Les débuts sont d'ailleurs très drôles et on sourit souvent face à l'ingénuité rafaichissante de Vid dans laquelle pourrait se reconnaître tout étranger débarquant dans une ville inconnue. Lorsqu'il tombe par hasard sur Kevin, brillant avocat et image de la réussite, Vid croit trouver l'ami qui l'aidera à s'intégrer, d'autant que certains secrets les rassemblent. Mais le ton alerte et plein d'espoir du début va changer assez vite, une rixe qui tourne mal et Vid se retrouve face à un engrenage infernal, coincé dans une dépendance qu'il n'entrevoit même pas.

J'ai encore une fois beaucoup aimé cette lecture de Hugo Hamilton, on est en pleine empathie envers le héros dont la naïveté est émouvante, un peu surprise par le temps qu'il met à ouvrir les yeux, mais d'un côté il est une proie facile. Aveuglé par l'admiration qu'il voue à Kevin, son aisance, sa famille, tout ce qu'il n'a pas et dont il manque cruellement, il accepte beaucoup au nom de cette confiance indéfectible et cette promesse d'amitié que lui offre Kevin. C'est toujours très cruel de voir quelqu'un désarmé se laisser piéger dans une rapport de force inégal, le second exploitant insidieusement la supposée culpabilité du premier. Tout au long du récit il parvient à lui faire croire qu'il lui est redevable, usant de sa "générosité" pour mieux l'assujettir.

J'ai bien aimé cet aspect là, l'histoire en parallèle du père mal aimé et cette volonté qu'a Vid de recréer des liens familiaux dont lui même est privé. J'ai moins compris le besoin de rattacher l' enquête sur la noyée de Furbo au reste, mais cela ajoute une connotation épique au roman. En tout cas une lecture sensible et troublante sur l'amitié et la notion d'appartenance, entre autres, bourrée de tendresse et dont la force se cache sous l'apparente candeur du héros.


Son père charriait avec lui une paralysie- dans son rire, dans le cynisme et le manque de perspectives d'avenir de son époque. Il venait d'un temps où les gens se défiaient de la réussite, où ils se moquaient de l'esprit d'entreprise, où ils ne pouvaient même pas se reposer sur l'amitié, à cause de l'émigration qui, telle une contamination, se propageait à une vitesse folle. Chaque ami qu'il avait était comme une trappe qui s'ouvrait sous ses pieds: un jour ou l'autre, il partirait. Au fil des années, tous ces départs avaient dû modifier la façon dont les gens d'ici envisageaient l'amitié, pour la muer en quelque chose d'encore plus précieux et plus intense, plus urgent,, plus temporaire. Quelque chose qu'on pourrait avoir à laisser derrière soi du jour au lendemain. Quelque chose de portatif qu'on pourrait amener avec soi dans une histioire pour s'en souvenir bien plus tard.
Aeriale
Aeriale

Messages : 11542
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Hugo Hamilton Empty Re: Hugo Hamilton

Message par kenavo Ven 1 Avr - 4:12

merci pour tes commentaires, un auteur dont je vais aussi encore lire autre chose Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31152
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Hugo Hamilton Empty Re: Hugo Hamilton

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum