-42%
Le deal à ne pas rater :
Acer Chromebook Plus Vero 514 – PC portable 14″ (via ODR 50€)
319.99 € 549.99 €
Voir le deal

Sylvia Townsend Warner

3 participants

Aller en bas

Sylvia Townsend Warner  Empty Sylvia Townsend Warner

Message par kenavo Sam 3 Déc - 9:01

Sylvia Townsend Warner  A287

Sylvia Townsend Warner (6 décembre 1893, Harrow on the Hill - 1er mai 1978) est une écrivaine anglaise.

Biographie
Fille unique de Nora Huddleston Warren et George Townsend Warner, professeur d'histoire à la Harrow school, la jeune Sylvia est élevée par ses parents après un essai catastrophique au jardin d'enfants. Passionnée de musique et très douée, elle désire étudier en Allemagne auprès d'Arnold Schönberg, mais la guerre de 1914 l'en empêche. Elle est très proche de son père, mais celui-ci meurt brutalement en 1916.

En 1917, elle travaille avec trois autres musicologues sur les partitions de William Byrd, Orlando Gibbons, Thomas Tallis ou John Taverner, pour la préparation des dix volumes de la Tudor Church Music, publiés entre 1922 et 1929 par les presses de l'Université d'Oxford. Dans l'équipe se trouve Percy Buck, un homme marié de douze ans son aîné, avec qui elle a une liaison.

En 1922, un ancien élève de son père, Stephen Tomlin, la persuade d'aller à Chaldon Herring dans le Dorset rencontrer l'écrivain Theodore Powys, frère de John Cowper Powys. Elle y rencontre David Garnett, qui deviendra un ami durable. Avec Tomlin et Garnett, elle travaille à la publication des récits de Theodore Powys. Elle écrit de son côté des poèmes, que David Garnett montre à l'éditeur Charles Prentice. Celui-ci les publie dans la revue L'Espalier en 1925, et demande à Sylvia d'écrire un roman. Lolly Willowes paraît en 1926. Cette histoire d'une célibataire qui part vivre sa vie à la campagne avant de passer un pacte avec le diable démontre déjà son anticonformisme.

Chez Theodore Powys, toujours en 1926, elle fait aussi connaissance avec la poétesse Valentine Ackland, qui devient sa compagne jusqu'à la mort de Valentine, en 1969, d'un cancer du sein, avec une séparation en 1938. Elles publient ensemble un recueil de poèmes, Whether a Dove or Seagull. En 1930, Sylvia achète un cottage à Chaldon Herring et invite Valentine à vivre avec elle. La revue américaineThe New Yorker commence à publier des nouvelles de Warner. En 1935, elles s'engagent au sein du Parti communiste. Elles défendent les droits des travailleurs agricoles et vont à deux reprises en Espagnedurant la guerre civile. Ces préoccupations transparaissent dans son roman Summer Will Show, qui se déroule à Paris en 1848. En 1937, elles s'installent à Frome Vauchurch.

Pendant la guerre, Warner ouvre des centres de réfugiés, tout en poursuivant son œuvre littéraire. Elle publie en 1948 son chef-d'œuvre, The Corner That Held Them, qui suit l'évolution d'un couvent sur plusieurs siècles du Moyen Âge. Elle doit aussi s'occuper de sa mère, qui décline et meurt en 1950. En 1958, elle traduit le Contre Sainte-Beuve de Marcel Proust, et en 1967, elle publie une biographie deTerence Hanbury White.

Après la mort de Valentine Ackland en 1969, elle fait publier une anthologie des poèmes d'Ackland, continuant à vivre à la campagne, entourée de ses chats, et publiant des nouvelles plus que jamais insolites (Kingdoms of Elfin, 1970). Atteinte de surdité et d'arthrite, elle s'éteint en 1978. Les cendres de Warner et d'Ackland reposent sous une même pierre à l'église de Chaldon.

En France, elle est surtout connue grâce à Jacques Roubaud, qui a préfacé les traductions françaises de Laura Willowes, Le Cœur pur et Une lubie de M. Fortune (la dernière réédition de ce roman est préfacée par Geneviève Brisac).


Bibliographie

Romans
1926 Laura Willowes,
1927 Une Lubie de Monsieur Fortune,
1929 Le Cœur pur,
1948 Le Diable déguisé en belette,

Nouvelles
1960 Le Château de Carabas, dans l'anthologie Les Chats fantastiques 2
1972 Les Royaumes des elfes


Source : Wikipédia


Dernière édition par Kenavo le Lun 23 Jan - 7:53, édité 2 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31152
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Sylvia Townsend Warner  Empty Re: Sylvia Townsend Warner

Message par kenavo Sam 3 Déc - 9:02

Sylvia Townsend Warner  Aa163 / Sylvia Townsend Warner  A288
Lolly Willowes / Laura Willowes
Présentation de l’éditeur
A la mort de son père, Laura Willowes quitte sa campagne du Somerset pour vivre chez son frère à Londres. " Laura, qui avait un peu l'impression d'être un morceau du patrimoine que l'on aurait oublié dans le testament était toute prête à admettre que l'on disposât d'elle au mieux des besoins de la famille. " Ce qui bien entendu fut fait. Elle n'a que vingt-huit ans, mais devient rapidement pour tout le monde la docile, l'insoupçonnable, l'immuable tante Lolly. Des années plus tard, elle commet quelques excentricités, jusqu'au jour où, lassée par la vie londonienne qu'elle trouve décidément trop étriquée pour elle, il lui prend la fantaisie de s'installer, seule, à Great Mop, dans la région des Chilterns. Dans cette nature fantastique, Laura Willowes se sent chez elle. Elle peut enfin assouvir sa soif de liberté. " Elle avait l'impression de se réveiller d'un sommeil de plus de vingt ans ", écrit Sylvia Townsend Werner à propos de son héroïne.

J’ai déniché ce livre dans une liste de « livres anglophones qu’il faudrait lire » et je plussois. Lolly Willowes est un petit bonbon tout à fait exquis.

Heureusement la situation des femmes a changé lors des derniers cent ans, j’aurais eu le malheur (ou le bonheur?) de devenir une ‘tante Lolly’ et qui sait si je n’aurais pas aussi vendu mon âme au diable.

Pas trop friande d’un côté mystérieux dans mes lectures, je dois dire que le fait que Laura se ‘transforme’ en sorcière ne m’a pas choqué autant dans ce livre.

Surtout qu’il faut bien sûr le lire comme une parabole du temps (1920).

Silvia Townsend Warner était une précurseur, peu avant Virginia Woolf elle a montré dans ce roman qu’une femme peut faire un choix et réclamer son droit à une vie autonome.
Dommage qu’elle ne soit pas aussi connue que sa compatriote.

Sylvia Townsend Warner  Achilt10

Carolyn Beale, Chilterns

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31152
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Sylvia Townsend Warner  Empty Re: Sylvia Townsend Warner

Message par Epi Sam 3 Déc - 10:01

Elle est sur ma LAL  Wink
Epi
Epi

Messages : 1943
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Sylvia Townsend Warner  Empty Re: Sylvia Townsend Warner

Message par kenavo Mer 22 Fév - 2:05

Sylvia Townsend Warner  A6784
Winter in the Air
& Other Stories

Présentation de l’éditeur
Decades after her divorce, a lady returns to the village of her tumultuous marriage. A railway carriage hosts a charged schoolboy encounter. A murder raises fears of blackmail. A woman waits anxiously in a café before eloping to Paris. Another steals a friend's kitchen knife.

In these bittersweet tales, the author of Lolly Willowes reveals her mastery of the short story, celebrated by the New Yorker for decades. Sylvia Townsend Warner is a tragicomic chronicler of the heart's entanglements, from marriages and affairs to widowhood; and a champion of outsiders, whether single women, the elderly or wartime refugees.

Witty and subversive, her stories meld tradition and transgression, with secret sins and fetishes as much a feature of English life as eccentric aunts, country houses and parish churches.
@Moinette en a parlé sur sa page FB … en plus il y a cette couverture… vous savez qu’il ne me faut pas plus pour tenter une lecture.

Et cela faisait surtout bien longtemps que je n’ai rien lu de cette auteure. En plus il s’agit de nouvelles, j’en lis pour l’instant pas mal. Il me semble que cette forme me convient beaucoup pour ce début de l’année.

Concernant les recueils de nouvelles, il y a différentes façon d’y procéder. Le plus souvent je ne les lit pas d’une traite. Une nouvelle ici et là, cela me convient très bien.

Et puis il y a ces auteurs qui m’enchantent tellement que je ne peux pas me retenir… c’était le cas avec Winter in the Air – je l’ai dévoré !

Bien que naturellement on change de personnes, décors, situations… d’une nouvelle à l’autre. Mais c’est vraiment l’écriture qui les relie. Magique.

Sylvia Townsend Warner m’a ensorcelé drunken

Sylvia Townsend Warner  A1287

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31152
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Sylvia Townsend Warner  Empty Re: Sylvia Townsend Warner

Message par Aeriale Mer 22 Fév - 8:15

Mais oui, c'est celui dont nous parlait @Moinette, et qu'elle a beaucoup aimé!

S'il n'est pas trop compliqué en anglais, je le commanderai. Sinon je chercherai d'autres traduits...
Aeriale
Aeriale

Messages : 11542
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Sylvia Townsend Warner  Empty Re: Sylvia Townsend Warner

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum