Le deal à ne pas rater :
Display One Piece Card Game Japon OP-08 – Two Legends : où la ...
Voir le deal

Irmgard Keun

Aller en bas

Irmgard Keun  Empty Irmgard Keun

Message par kenavo Mar 3 Jan 2017 - 5:54

Irmgard Keun  A210

Irmgard Keun est née à Berlin en 1905, bien qu'elle ait raconté toute sa vie être née en 1910.
Après s'être essayée au cinéma, elle commence à écrire en 1929 et connaît un succès fulgurant avec ses deux premiers romans, Gilgi et La Jeune Fille en soie artificielle.

Mais le portrait qu'elle y fait de la jeune Allemande moderne déplaît aux autorités nazies, qui mettent ses livres sur liste noire. Après avoir intenté un procès perdu d'avance à la Gestapo, Irmgard Keun choisit l'exil.

Entre 1936 et 1938, elle écrit plusieurs romans, dont Après minuit, et voyage en Europe en compagnie de son amant, l'écrivain Joseph Roth, et côtoie d'autres exilés célèbres, comme Stefan Zweig.

À la suite de la défaite française de 1940, elle fait publier l'annonce de son suicide et rentre clandestinement en Allemagne, où elle se cache pendant toute la guerre sous une fausse identité.

Oubliée après 1945, son œuvre est redécouverte en Allemagne et dans le monde entier par la jeune génération féministe des années 1970.

Irmgard Keun meurt en 1982 à l'âge de soixante-dix-sept ans – ou plutôt, comme elle l'aurait maintenu, à soixante-douze ans.


Source : Editeur


Dernière édition par Kenavo le Lun 23 Jan 2017 - 8:28, édité 1 fois

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 30636
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Irmgard Keun  Empty Re: Irmgard Keun

Message par kenavo Mar 3 Jan 2017 - 5:56

Irmgard Keun  A44 / Irmgard Keun  A652
Nach Mitternacht / Après minuit
Présentation de l’éditeur
Un chef-d'oeuvre de la littérature allemande, écrit en 1937 et injustement oublié pendant des années, témoignage unique sur les tensions, les ambiguïtés et l'hystérie régnant dans l'Allemagne des années 30, dénonciation sans appel de l'idéologie nazie, un roman plein de charme et d'humour, lors même qu'il décrit les premiers instants d'un cauchemar. Et au passage, la redécouverte – ou la réhabilitation – d'une des personnalités les plus fascinantes de la littérature : Irmgard Keun.

Nous sommes à Francfort, en 1936, et la ville est surexcitée. Partout des banderoles, des oriflammes, les uns ont mis leurs plus beaux habits, les autres leurs uniformes tout neufs. Le Führer vient d'arriver, il prendra la parole à l'Opéra. C'est la fête.
Gaie, vive, jolie, Suzanne Moder a dix-huit ans. Avec ses amies, elle se moque des garçons dans leurs tenues de parade. Amourettes, chansons, discussions passionnées, pourquoi ne pas s'abandonner à ce monde nouveau, enthousiaste et fascinant ?
Mais en réalité, Suzanne a peur. Certains signes l'inquiètent : la police et ses perquisitions, les juifs et leurs regards traqués, les ouvriers qui murmurent...

Témoignage unique sur les tensions, les ambiguïtés et l'hystérie régnant dans l'Allemagne des années 1930, dénonciation sans appel de l'horreur totalitaire, un roman plein de charme et d'humour, lors même qu'il décrit les premiers instants d'un cauchemar. Un chef-d'oeuvre à redécouvrir, par une des personnalités les plus fascinantes et les plus injustement méconnues des lettres allemandes.
Ce qu’on peut lire sous forme de récits chez Erika Mann et son livre Quand les lumières s'éteignent, se retrouve dans ce roman d’Irmgard Keun. Un reflet du quotidien en Allemagne avant la guerre.

À côté de l’enthousiasme de ceux qui accueillent l’esprit du nouveau gouvernement il y a la peur de ceux qui ne savent pas à quoi s’attendre.

Chaque jour il y a de nouvelles lois, et même si on n’est pas juif, rien de plus facile de se retrouver dénoncé par un voisin. Faut faire attention à ce qu’on dit, ce qu’on fait… ce qu’on pense. Et dans cet esprit de chasse aux sorcières, les fausses accusations s’épanouissent. Tout un peuple devient espion de son proche.


« …das ganze Volk sitzt im Konzentrationslager, nur die Regierung läuft frei herum“
…tout le peuple se trouve dans un camp de concentration, seulement le gouvernement est encore en liberté


Irmgard Keun était une représentante de la nouvelle objectivité. Son écriture est sobre et assez ‘clinique’ mais c’est d’autant plus efficace pour faire passer ce texte qui donne des frissons.

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 30636
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Irmgard Keun  Empty Re: Irmgard Keun

Message par kenavo Mer 31 Mai 2017 - 5:32

Irmgard Keun  Aa272 / Irmgard Keun  A420
Das kunstseidene Mädchen / La jeune fille en soie artificielle
Présentation de l’éditeur
"Mon projet ce n'est pas un journal - c'est ridicule pour une fille de dix-huit ans et qui est dans le coup. Non, je veux écrire une sorte de film parce que ma vie est comme ça et qu'elle le sera encore davantage."
Ainsi rêve et griffonne Doris, modeste secrétaire dans une petite ville de Rhénanie, en l'an 1931. Jusqu'ici pourtant sa vie n'a rien d'un film!
Mais soudain tout change : Doris s'achète une garde-robe de vamp et part à la conquête de Berlin: elle sera actrice, puis elle fera un riche mariage !
Dans la grande cité trouble et corrompue, Doris se trouve loin du compte. Mais que peut la réalité contre son appétit de vivre, son cynisme naïf et intrépide?
Superficiellement on pourrait considérer ce roman comme le récit naïf de la jeune innocente qui vient à Berlin et va sombrer dans cette ville grouillante.

Mais il s’agit de beaucoup plus. Doris montre une image de la capitale de ces années qui est plus que prenante.

C’est beaucoup moins politique que son récit Après minuit, mais cela reste un roman extraordinaire.

Tout comme chez Gabriele Tergit, le lecteur va vivre quelques moments intensifs à Berlin.

Son écriture reste vibrante et figurée. J’ai beaucoup aimé cette lecture.

Décidément, Irmgard Keun garde toute sa justification de nos jours.

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 30636
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Irmgard Keun  Empty Re: Irmgard Keun

Message par kenavo Mer 4 Nov 2020 - 7:16

Irmgard Keun  A2564 / Irmgard Keun  Aa1745
Das Mädchen, mit dem die Kinder nicht verkehren durften / Quand je serai grande je changerai tout
Présentation de l’éditeur
La bourgeoisie allemande réactionnaire de 1918 vue par une petite fille unanimement décrétée infréquentable.

« Les filles sont de sexe féminin. J'ai appris en sciences naturelles que tous les animaux sont féminins quand ils produisent des choses de valeur. Quand ils sont féminins, ils peuvent avoir des petits, donner du lait et pondre des œufs. Les coqs sont masculins et peuvent juste être de toutes les couleurs, faire cocorico et abîmer les plumes des poules avec une grande brutalité. D'ailleurs, tout va en fait bien mieux chez les animaux. Si je pouvais pondre des œufs, tout le monde se disputerait ma personne, je pourrais nourrir ma famille et nous n'aurions plus besoin d'argent. »

Dans l'Allemagne de 1918, une petite fille écrit à l'empereur qu'il ferait mieux d'abdiquer, force son père à lancer une bombe à eau sur une voisine moralisatrice, tente de transmettre la scarlatine à un soldat pour lui éviter le front... et s'offusque qu'en plus d'être bornés et ennuyeux, les petits bourgeois réactionnaires qui l'entourent cherchent encore à la punir.
Avec une absence totale de sens de la nuance, cette jeune narratrice sape efficacement les bases idéologiques de l'Allemagne nazie et présente l'humanisme comme une conviction relevant d'un bon sens élémentaire.
Ce roman est plutôt considéré comme un livre pour jeunes adultes.

On pourrait dire que cette fille est d’une naïveté extrême. Mais quand elle pose des questions, met en doute certaines certitudes, questionne le mode de vie de ses parents… on voit que Irmgard Keun n’a pas écrit un roman rigolo.

Bien qu’il y ait beaucoup de scènes drôles et j’ai dû rire plus d’une fois à cause des actions bien pensées mais qui ont mal tournées.

Il s’agit d’un texte moins « sérieux » de la part de cette auteure. Au premier degré. Mais il y a beaucoup de sous-entendus et son regard sur cette société allemande après la première Guerre Mondiale m’a fait penser au film Le ruban blanc de Michael Haneke.
La génération qui sera prête pour applaudir la venue de Hitler se forme lors de ces années…

Irmgard Keun  A2615

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 30636
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Irmgard Keun  Empty Re: Irmgard Keun

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum