Jean-Philippe Toussaint

Aller en bas

Jean-Philippe Toussaint

Message par kenavo le Lun 3 Avr - 6:20



Jean-Philippe Toussaint, né le 29 novembre 1957 à Bruxelles, est un écrivain et réalisateur belge de langue française.


source et suite


« Le Cycle de Marie »
2002 Faire l’amour
2005 Fuir
2009 La Vérité sur Marie
2013 Nue

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10082
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Philippe Toussaint

Message par kenavo le Lun 3 Avr - 6:21


Faire l’amour

C’est l’histoire d’un couple qui se trouve en rupture amoureuse.
En voyage au Japon, ils souffrent du décalage horaire, de la fatigue et de leur relation.
C’est surtout l’homme qui en veut finir et il ne voit pas comment il va le faire sans blesser Marie. Mais il réalise aussi qu’il ne peut plus rester avec elle.
Marie étant invitée comme artiste pour participer à une exhibition, il profite de l’engagement de celle-ci et s’enfuit à Kyoto voir un ami.
En revenant à Tokyo ils vont tourner tous les deux la page.

Avec un style minimaliste, Jean-Philippe Toussaint arrive à dresser devant les yeux du lecteur une image qui ressemble à un dessin à la plume.
En situant cette histoire au Japon il a bien trouvé l’endroit où on ressent ses mots plus intensément.

Qu’avais-je à faire ces jours-ci à Tokyo ? Rien. Rompre. Mais rompre, je commençais à m’en rendre compte, c’était plutôt un état qu’une action, un deuil qu’une agonie.

Cette phrase est peut-être un peu l’essence de ce livre. Il n’y a en tout cas pas trop « d’action ».

Quant à ma première lecture, je venais juste de voir le film Lost in Translation et je me suis dit – mais, ce livre contient les mots de l’atmosphère de ce film.
Avant d'écrire ce commentaire, j’ai fait une deuxième lecture pour vérifier – voir si je me trouvais lors de la première lecture trop sous l’influence de ce film – et je dois dire : il en est toujours comme je l'ai ressenti auparavant. Il y a toujours ces moments flous que j’aimais tant dans les images de Sophia Coppola et Jean-Philippe Toussaint arrive à en faire des ‘images de mots’


En contrebas, à quelques mètres de la fenêtre, apparaissait l’ombre d’un toit plat, en terrasse, recouvert de hautes rampes de néons verticaux qui clignotaient imperturbablement dans la nuit comme des balises aériennes, avec des reflets intermittents et dilatés, rougeoyants, noirs et mauves, qui pénétraient dans la chambre et recouvraient les murs d’un halo de clarté rouge indécise qui faisait briller sur le visage de Marie de pures larmes infrarouges, translucides et abstraites.


De ma vie, je n’avais jamais vu une telle nuance de rouge, cette couleur indéfinissable, ni rose ni vraiment orange, ce rouge dissous, crémeux, exténué – le vermillon du soleil couchant de certaines nuits d’été, quand l’astre rond à l’horizon, pâle et jetant ses dernières lueurs orangées, s’enfonce lentement dans la mer au-dessus d’un ciel bleu clair presque laiteux.

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10082
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Philippe Toussaint

Message par kenavo le Lun 3 Avr - 6:22


Fuir
Présentation de l'éditeur
Pourquoi m'a-t-on offert un téléphone portable le jour même de mon arrivée en Chine ? Pour me localiser en permanence, surveiller mes déplacements et me garder à l'œil ? J'avais toujours su inconsciemment que ma peur du téléphone était liée à la mort — peut-être au sexe et à la mort — mais, jamais avant cette nuit de train entre Shanghai et Pékin, je n'allais en avoir l'aussi implacable confirmation.


La Vérité sur Marie
Présentation de l'éditeur
L'orage, la nuit, le vent, la pluie, le feu, les éclairs, le sexe et la mort. Plus tard, en repensant aux heures sombres de cette nuit caniculaire, je me suis rendu compte que nous avions fait l'amour au même moment, Marie et moi, mais pas ensemble.


Nue
Présentation de l'éditeur
La robe en miel était le point d'orgue de la collection automne-hiver de Marie. A la fin du défilé, l'ultime mannequin surgissait des coulisses vêtues de cette robe d'ambre et de lumière, comme si son corps avait été plongé intégralement dans un pot de miel démesuré avant d'entrer en scène. Nue et en miel, ruisselante, elle s'avançait ainsi sur le podium en se déhanchant au rythme d'une musique cadencée, les talons hauts, souriante, suivie d'un essaim d'abeilles qui lui faisait cortège en bourdonnant en suspension dans l'air, aimanté par le miel, tel un nuage allongé et abstrait d'insectes vrombissants qui accompagnaient sa parade.
Nue est le quatrième et dernier volet de l'ensemble romanesque Marie Madeleine Marguerite de Montalte, qui retrace quatre saisons de la vie de Marie, créatrice de haute couture et compagne du narrateur
Voilà, c'est fait, la boucle est bouclée... le destin de Marie a accompagné le lecteur pendant quatre livres et selon les dires de l'auteur nous voilà à la fin.

En quelque sorte c'est bien puisqu'il l'a terminé avec le plus beau texte de tous les quatre, mais d'autre part je suis triste de voir partir Marie... je m'étais attachée à elle... et ses lubies!

Pour ce dernier volet, Jean-Philippe Toussaint reprend quelques scènes et personnages des trois livres d’avant, surtout le premier lors de leur séjour au Japon, et en quelque sorte on reçoit aussi avec ce roman le « plan » de cette année (bien que les livres sont parus pendant une période de presque dix ans, l’histoire même de Marie et du narrateur se fait dans une année, un livre pour chaque saison).

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10082
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Philippe Toussaint

Message par Aeriale le Mar 4 Avr - 16:09

Merci pour ce fil, Kena. Je pensais aussi l'ouvrir un de ces quatre :-)

-Faire l'amour-

@Kenavo a écrit:Quant à ma première lecture, je venais juste de voir le film Lost in Translation et je me suis dit – mais, ce livre contient les mots de l’atmosphère de ce film.
Avant d'écrire ce commentaire, j’ai fait une deuxième lecture pour vérifier – voir si je me trouvais lors de la première lecture trop sous l’influence de ce film – et je dois dire : il en est toujours comme je l'ai ressenti auparavant. Il y a toujours ces moments flous que j’aimais tant dans les images de Sophia Coppola et Jean-Philippe Toussaint arrive à en faire des ‘images de mots’
J'ai lu ce livre il y a un moment et je n'en n'ai plus grand souvenir, mais effectivement il y a des liens avec des personnages et des scènes se passant au Japon dans ses précédents romans. J'ai bien aimé ces passages, un peu déconnectés du réels, où il est entre le rêve et le tangible. Ca m'a bien sûr fait penser à Lost in translation, j'étais aussi pas mal fascinée.

...

Par contre J'ai retrouvé mon com pour La vérité sur Marie (2009)

Un roman agréable à lire et bien construit. Riche en symboles (une amie les a relevés, pas moi j'avoue!) et avec ce qu'on appelle du style. Il se lit vite et j'ai été prise par le rythme endiablé de la séquence du cheval échappé sur le tarmac. J'ai même été amusée et, c'est vrai, sous le charme de ces descriptions sensuelles et très imagées.

Mais je me demande aussi s'il me restera de cela autre chose que la fuite du canasson et les caprices de Marie? En gros, est-ce assez pour parler de roman génial dont la presse le qualifie presque unanimement?

J P Toussaint écrit bien, mais il a pour moi les défauts de ses qualités. A force de jouer sur le style il en oublie l'authenticité. Qui est Marie, on ne le saura jamais. Une image fantasmée, éthérée ou parfois carrément agaçante- J'ai admiré la placidité du Christophe de G à la douane. Et pourtant je sais de quoi on parle ici -

Je ne me suis pas ennuyée mais on ne peut pas dire que ce livre m'a scotchée. Et j'ai cette impression un peu dérangeante d'un auteur qui se complait dans les métaphores et les images sans se dévoiler vraiment. Il est malin, ce Toussaint ;-)

Spoiler:
PS: j'ai souris plusieurs fois par contre. Il a une façon un peu décalée de décrire les scènes. Et l'image de ces pauvres petits japonais en costards façon louveteaux arrimés désespérément au harnais du pur-sang m'a carrément pliée. Il y a d'autres petites choses aussi. j'ai dû oublier.
avatar
Aeriale

Messages : 3950
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Philippe Toussaint

Message par Aeriale le Mar 4 Avr - 16:18

-Nue-

Je dirais simplement que sur cette histoire là, la dernière de la série, Toussaint m'a emportée. Une ouverture grandiose (le défilé autour de la robe miel, un must) une partie saugrenue (le narrateur caché sur les toits, espionnant la réception) une suite un peu mystérieuse (l'arrivée dans cette maison abandonnée, un gardien plutôt fourbe les y conduit) pour un final de toute beauté, où les coeurs se retrouvent enfin, apaisés.

La vérité sur Marie m'avait laissée entre deux, du fait de son côté trop éthéré, de ses images sublimées mais qui laissaient sur la faim. Du fait aussi de cette Marie inconsistante, si idéalisée qu'elle en devenait insaisissable. Ici Marie prend corps, l'écriture éminemment sensuelle de Toussaint enveloppe l'objet tant désiré qu'il finit par en révéler son être. Un peu comme cette robe de miel apposée sur le mannequin, que l'on finit par voir réellement.

Voilà un auteur qui sait rendre hommage à la femme: Une magnifique déclaration d'amour, une façon d'effleurer les choses ou les personnages sans s'appesantir, avec une élégance à la fois distante et subtile, mais qui impose une évidence. Un vrai bonheur, en tout cas: Classe!


    Marie était là. Marie était là, je l'avais sous les yeux maintenant, je l'apercevais dans la foule, et il émanait d'elle quelque chose de lumineux, une grâce, une élégance, une évidence. Elle portait un chemisier blanc à col lavallière, et elle ne disait rien, mais sans rien dire, sans rien faire, sans bouger, sans un mot, sans un battement de cil, elle saturait l'espace de sa présence immobile, pas précisément froide, mais distante, lointaine, non concernée, comme égarée dans cette exposition qui ne semblait pas être la sienne, et qui paraissait supporter, avec quelque chose de résigné et de foncièrement mélancolique, les frivolités de ces soirées de vernissage, la superficialité des conversations, toute cette écume frissonnante qui ne l'éclaboussait même pas, qui ne l'atteignait pas, comme si sa peau était blindée, son enveloppe cuirassée, et que son âme était simplement étrangère à la médiocrité, étanche à toute forme de vulgarité.
avatar
Aeriale

Messages : 3950
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Philippe Toussaint

Message par kenavo le Mer 5 Avr - 5:30

@Aeriale a écrit:Merci pour ce fil, Kena. Je pensais aussi l'ouvrir un de ces quatre :-)
merci pour l'ajout de tes impressions Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
avatar
kenavo

Messages : 10082
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Philippe Toussaint

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum