Evan S. Connell

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Evan S. Connell Empty Evan S. Connell

Message par kenavo le Dim 1 Jan - 8:12

Evan S. Connell A23

Evan S. Connell est né le 17 août 1924 à Kansas City, dans le Missouri.

En 1943, il interrompt ses études de médecine pour s'engager dans la Navy et devenir pilote.

En 1959, il publie son premier roman, Mrs. Bridge, qu'il dédie à sa sœur et qui connaît un succès considérable.

Il s'attelle ensuite à l'écriture d'un roman partiellement autobiographique sur une jeune recrue dans la Navy et d'un recueil de poèmes.

En 1969, il marie Mrs. Bridge à Mr. Bridge, ce dernier connaissant lui aussi un très grand succès.
Les deux romans seront adaptés au cinéma en 1990 par James Ivory avec Paul Newman et Joanne Woodward dans le rôle des époux Bridge.

Malgré cette reconnaissance, Evan Connell mène une vie solitaire, quasi-recluse, et reste inconnu du grand public. Et s'il continue d'écrire, il assure son quotidien frugal en devenant tour à tour facteur, employé du gaz ou conseiller dans une agence pour l'emploi.

En 2009, il est nommé au Man Booker Prize pour l'ensemble de son œuvre et reçoit le Robert Kirsh Award décerné par le Los Angeles Times en 2010.

Evan Connell s'est éteint le 10 janvier 2013, à Santa Fe.


Source : Editeur

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13646
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par kenavo le Dim 1 Jan - 8:12

Evan S. Connell A560 / Evan S. Connell A562
Mrs Bridge
Présentation de l’éditeur
Attention, chef(s)-d'œuvre !
Tout allait bien, semblait-il. Les jours, les semaines, les mois passaient, plus rapidement que dans l'enfance, mais sans qu'elle ressentît la moindre nervosité. Parfois, cependant, au cœur de la nuit, tandis qu'ils dormaient enlacés comme pour se rassurer l'un l'autre dans l'attente de l'aube, puis d'un autre jour, puis d'une autre nuit qui peut-être leur donnerait l'immortalité, Mrs. Bridge s'éveillait. Alors elle contemplait le plafond, ou le visage de son mari auquel le sommeil enlevait de sa force, et son expression se faisait inquiète, comme si elle prévoyait, pressentait quelque chose des grandes années à venir.

Mrs. Bridge et son pendant, Mr. Bridge, forment une œuvre en diptyque fondatrice de la littérature américaine d'après-guerre, adulée par des générations entières de romanciers. Portée par une écriture d'une précision redoutable, un ton à l'élégance distanciée et une construction virtuose, une redécouverte à la hauteur de celle d'un Richard Yates avec La fenêtre panoramique ou d'un John Williams avec Stoner.
Lors de la sortie en 1990 du film Mr and Mrs Bridge, j’étais au cinéma. Fidèle de James Ivory, je ne pouvais pas le rater. Depuis, je l’ai revu plus d’une fois… mais je ne m’étais jamais mise à la recherche de la source.

Je viens de découvrir ces deux romans qui forment un tandem enchantant et je plussoie l’annonce de l’éditeur : chef(s)-d’œuvre.

Le livre (version anglaise) a 200 pages et il est divisé en 117 chapitres.

Chaque chapitre est comme une pièce d’un puzzle et à la fin on peut voir une image qui est faite de cette India Bridge au centre, entourée de sa famille et quelques ami(e)s.

Situé dans les années 30-40, appartement à la classe moyenne, India est la femme de son temps : femme au foyer qui s’occupe de son mari et des enfants. Surtout ne pas faire autrement que les autres, ne pas se ridiculiser en public, ne pas causer de scandales où agir autrement qu’il est ‘bon’ de faire.

Elle essaie de transmettre ces mœurs à ses enfants et ne réalise pas que les temps sont en train de changer et qu’elle perd peu à peu le contact avec eux.

Une très belle découverte, écriture et histoire épatantes.

Conquise !

Evan S. Connell A564

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13646
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par kenavo le Dim 1 Jan - 8:12

Evan S. Connell A561 / Evan S. Connell A563
Mr Bridge
Présentation de l’éditeur
Attention, chef(s)-d'œuvre !
Souvent il pensait : " Ma vie a commencé le jour où je l'ai connue. " Elle aurait été ravie, sans aucun doute, de l'apprendre, mais il ne savait pas comment le lui dire. Et les années passaient ; ils eurent trois enfants et s'habituèrent à leur vie conjugale. Puis Mr. Bridge décida finalement que c'était là tout ce que sa femme devait attendre de lui. Après tout il n'était pas poète mais avocat. Jamais il ne pourrait prétendre être ce qu'il n'était pas.
Voilà donc le pendant.

On retrouve la même famille, mais le point de vue change. En plus, Evan Connell n’a pas écrit la même histoire. Quelques faits reviennent naturellement, mais pour la plupart, les incidents qu’il a choisi de faire raconter par Mr Bridge sont nouveaux et ainsi on gagne une plus grande image de ce couple, de leurs enfants et de leur vie.

C’est fascinant ce qu’il arrive à faire. Ces petits chapitres (tout comme Mrs Bridge il y en a plein, 141 pour 300 pages) sont comme des polaroids qui donnent un aspect par image… et qui forment par la suite un ensemble qui est extraordinaire.

Après ma lecture de ces deux livres, j’ai aussi regardé une fois de plus le film. Et avec la connaissance des romans, je comprends mieux la façon de James Ivory qui a choisi aussi d’assembler plusieurs scènes, qui semblent sans rapport entre eux… mais qui finalement sont très proche de l’œuvre d’Evan Connell.


Evan S. Connell Aa287

Joanne Woodward et Paul Newman sont s-u-b-l-i-m-e-s dans le film de James Ivory

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13646
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par Moune le Dim 1 Jan - 10:38

Comment le beau Paul Newman pourrait-il ne pas être sublime ? mdr En plus, jouer avec son épouse bien-aimée devant la caméra d'Ivory…
Moune
Moune

Messages : 613
Date d'inscription : 16/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par kenavo le Dim 1 Jan - 11:30

Evan S. Connell Yes12

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13646
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par domreader le Dim 1 Jan - 17:19

Pas vu le film, pas lu les 2 romans, mais ce que tu en dis me donne vraiment envie !!!

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1488
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par kenavo le Dim 1 Jan - 17:20

oh oui, si tu connais les romans, faut pas rater le film... extra...
ce n'est pas évident pour les adaptations, mais celle-là est vraiment réussie

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13646
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par domreader le Dim 1 Jan - 17:28

@Kenavo a écrit:oh oui, si tu connais les romans, faut pas rater le film... extra...
ce n'est pas évident pour les adaptations, mais celle-là est vraiment réussie


Je ne connais ni le film ni les romans ce sera une vraie découverte ! bounce

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 1488
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par kenavo le Dim 1 Jan - 17:29

oups, j'ai lu en effet trop vite, j'avais cru lire 'lu les 2 romans'... alors oui, d'abord les livres et puis le film... c'est du tout bon Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13646
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par Arabella le Mar 24 Avr - 17:50

Mrs Bridge


Nous sommes au XXem siècle, entre les deux guerre. La Mrs Bridge du titre, est au début du roman une jeune fille, issue d'une classe moyenne aisée, qui se marie, parce qu'il faut bien se marier, c'est cela qu'est censée faire une jeune fille de son milieu à son âge. Elle devient donc Mrs Bridge, a trois enfants, deux filles et un garçons. Elle ne voit pas beaucoup son mari, qui consacre la plus grande partie de son temps à son travail d'avocat, pour que sa famille puisse jouir du confort qui doit leur offrir le bonheur : une grande et belle maison, et tout ce qui va avec. Au fur et à mesure que l'aisance de la famille devient plus importante et que que les enfants grandissent, Mrs Bridge a de moins en moins de choses à faire, et un certain sentiment de vide se fait de plus en plus fort.

Evan S. Connelle décrit une existence d'une parfaite vacuité, nous raconte la vie d'une femme qui a toujours essayé de se conformer à ce qu'elle pensait qu'on attendait d'elle, sans aucune envie véritable, aucun goût personnel, aucune aspiration réelle. Pour qui même son mari et ses enfants sont au final des parfaits étrangers, avec qui on cohabite, mais que l'on ne comprend pas, que l'on a même pas idée d'essayer de comprendre. Alors essayer de comprendre d'autres gens, la façon dont fonctionne le monde, il ne faut vraiment pas y penser. Aucune once d'esprit critique ni aucune amorce d'une idée. Difficile de se sentir en empathie, même si une existence aussi vaine et vide est forcément tragique. D'autant plus que ce type de thématique, la vacuité, l'égoïsme, le conformisme, la bonne conscience des classes moyennes, avec comme corollaire une insatisfaction, voire une souffrance, reviennent, me semblent-il, régulièrement chez les romanciers des USA. L'auteur a poussé son personnage aux extrêmes limites du non-être, ce qui en fait plus un archétype qu'un vrai personnage de chair et de sang.

L'originalité de Evan S. Connelle consiste peut être à apporter une sorte de détachement, d'humour au second degré, de dérision un peu triste tout de même. Quelque chose qui frôle par moments l'absurde, le surréaliste. Ce qui fait pour moi un peu l'intérêt de ce livre en tous les cas.

Ce roman a un pendant, Mr Bridge, censé donner le point de vue du mari, que l'on ne voit que passer d'assez loin au final, et qui demeure un mystère quasi total, comme il l'est pour son épouse. Je serais tenté de voir ce que l'auteur lui a réservé.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 3454
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par Epi le Mar 24 Avr - 21:57

Je n'avais pas vu ce fil, ça a l'air bien !

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par kenavo le Mer 25 Avr - 6:05

tiens, tiens... Arabella s'aventure dans la littérature américaine Wink
@Arabella a écrit:Ce roman a un pendant, Mr Bridge, censé donner le point de vue du mari, que l'on ne voit que passer d'assez loin au final, et qui demeure un mystère quasi total, comme il l'est pour son épouse. Je serais tenté de voir ce que l'auteur lui a réservé.
un livre aussi bien que Mrs Bridge et les deux se complètent à merveille

@Epi a écrit:Je n'avais pas vu ce fil, ça a l'air bien !
oh oui, très bien... tu devrais adorer Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 13646
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par Aeriale le Mer 25 Avr - 8:25

Ah oui, je n'avais pas vu non plus...

Pas mal l'idée des deux points de vue dans chaque roman. Je serais tentée d'y jeter un oeil ;-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 5346
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par Arabella le Mer 25 Avr - 8:52

@kenavo a écrit:tiens, tiens... Arabella s'aventure dans la littérature américaine Wink

Mais je m'aventure absolument partout, y compris régulièrement dans la littérature américaine. Simplement pas plus que dans d'autres littératures. Wink

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 3454
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par Epi le Sam 28 Avr - 21:37

Mrs. Bridge est maintenant tout en haut de ma PAL Very Happy

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1947
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Evan S. Connell Empty Re: Evan S. Connell

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum