-16%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
669 € 799 €
Voir le deal

Annie Ernaux

+6
kenavo
Aeriale
Luciole
domreader
Epi
Ovalire
10 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Queenie Mar 8 Nov - 7:50

Nightingale a écrit:Toujours difficile pour moi d'exprimer certains ressentis littéraires.

Quand je qualifie le style de froid et distant, je pense que je m'exprime mal. 
Ce n'est pas le style, c'est la relation des faits, c'est le rapport de la narratrice aux faits, qui me donne cette sensation de distance.
Et je ne dis pas que c'est négatif. 

Je vois ce que tu veux dire.
Comme elle énonce les choses sans fard, sans développer ce qu'elle y met derrière, cela peut rendre les choses froides. Elle a un recul sur ce qu'elle a vécu qui peut rendre l'écriture opaque, factuelle, documentaire peut-être ?
Mais j'aime bien. Car je trouve, que justement, c'est là une façon déjà, de dire les choses sans en faire un pataquès. "C'est la vie". Pas de tabou, pas de censure, pas de drame.
Et il me semble que l'émotion, la réflexion, se jouent plus dans l'esprit de la personne qui lit. De ne pas mettre trop d'affect laisse la porte ouverte aux sensations, à la réflexion.
Peut-être que cela demande de se projeter dans l'écriture, sans trop d'aide.

En la lisant, je ne sais pas si je trouve son texte très sensible parce qu'il l'est, parce que je perçois l'indicible, ou si c'est parce que j'y met immédiatement de moi dedans, de mes ressentis et expériences, qui font écho.

Queenie a écrit:Il y a comme une pudeur dans le direct (si je suis compréhensible), quelque chose qui part du très intime mais touche à l'universel.
Oui, tu es à peu près compréhensible... et c'est tout à fait vrai ce que tu dis.

Je sais !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7010
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Arabella Sam 14 Jan - 21:48

Les années


Publié en 2008, Les années sont un texte long pour l'auteure (250 pages) : elle passe en effet en revue toute son existence, de la naissance, et même d'avant (la mémoire familiale) jusqu'au début du XXIe siècle. Trois sortes de narration coexistent dans le livre. La première, la moins utilisée, qui n'intervient qu'au début et à la fin, consiste en une énumération, de moments, d'images, de personnes. Par la suite le livre oscille entre un récit à l'imparfait, qui utilise le nous ou le on, et qui détaille des événements, des pratiques sociales et culturelles, des normes, un monde en permanente mutation, fait de moments, il s'agit de traquer les marqueurs d'une époque qui vont faire la faire revenir, la rendre sensible et des sortes d'arrêts sur image, dans lesquels à partir de photos puis aussi de films concernant l'auteure, dans lesquels elle tente d'évoquer un moment de sa vie, en utilisant dans la narration, « elle » au lieu du nous et on. Les souvenirs d'une génération alternent avec des « arrêts sur mémoire » propres à l'auteur elle-même. le tout dans une approche relativement impersonnelle, distanciée.

La mémoire est donc le matériau essentiel du livre. Une mémoire à la fois collective, celle d'une génération, y compris dans les rapports qu'elle entretient avec la mémoire de la génération qui l'a précédée, et individuelle, celle d'Annie Ernaux, qui n'est au final qu'une représente parmi d'autres des gens qui ont vécu à la même époque dans une position sociale comparable à la sienne. L'auteure se place en retrait, se donne le statut d'une figure non singulière, et décrit une vie qui la dépasse qui n'est pas seulement la sienne. A travers le parcours d'une femme ordinaire, c'est le parcours d'un groupe qui prend vie. Annie Ernaux a utilisé pour qualifier son approche (pas seulement dans ce livre) « d'auto-socio-biographie », d'autres ont évoqué une « auto-ethno-biographie ». le moi baigne dans un monde social qui le dépasse, la voix du sujet est aussi la voix du monde, et l'individu ne peut s'extraire de son monde social, ne peut aller chercher une illusoire identité affranchie du contexte dans lequel il évolue. Les identité socio-culturelle, professionnelle, sont des identités authentiques du sujet. Chercher à se connaître, tenter d'élucider le soi, doit tenir compte du contexte social ; le soi se trouve quelque part à l'intersection d'un moi intime, et d'un moi social, c'est un soi éclaté, entre ses différents états et ses différentes identités. D'où des textes hybrides, qui essaient d'approcher une forme de vérité, entre littérature, histoire, sociologie.

Le temps d'Annie Ernaux est aussi fragmenté que le soi, il avance par vagues, il faut refuser la fausse sensation de stabilité, de continuité, il faut plutôt tenter de saisir la matière du temps, le flux du temps en soi.

Le tour de force, c'est que malgré la mise à distance, la mise en retrait revendiquée par l'auteure, et une construction qui peut paraître très cérébrale, le livre puisse sembler sensible, produire une émotion. Parce que les moments qu'évoque Annie Ernaux sont des moments partagés, qu'une forme de complicité peut s'établir autour d'eux, qu'on peut s'y reconnaître. Et que malgré tout, elle n'est pas si extérieure à ce qu'elle écrit, par exemple une sorte d'ironie, de mise en cause, de questionnement de ce qui paraissait être évident à une époque, est là, indubitablement. Aussi discrète soit-elle, une prise de position. le choix en lui-même de tel ou tel élément ne peut être neutre, et dessine aussi une personnalité, des opinions, des valeurs, qui ne sont pas que ceux communément partagés. Enfin son talent, son écriture, transforment tout cela en quelque chose d'unique, qui n'appartient qu'à elle.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Aeriale Dim 15 Jan - 10:58

Un beau commentaire, @Arabella, tu en as bien perçu l 'essence que tu retranscris parfaitement.

Une lecture riche et sensible, malgré l'approche. Savoir doser la distance de l'analyse et la proximité des sensations, éprouvées par toute une génération qui plus est, c'est assez fort, il faut bien reconnaître.
Aeriale
Aeriale

Messages : 11560
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Arabella Dim 15 Jan - 12:14

Merci @Aeriale, je la connaissais très mal, et là j'ai été convaincue. Je ne sais pas si ses autres livres sont de cette trempe, il me semble que non, mais je vais sans doute continuer à explorer un peu.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Nightingale Dim 15 Jan - 14:38

Oui, merci pour ce commentaire. J'ai un ami qui m'a aussi dit le plus grand bien de celui-ci.

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2721
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Aeriale Lun 16 Jan - 12:38

Je verrai selon tes impressions, @Arabella, si tu te lances sur autre chose  ..

A priori ce n’est pas le genre d’écriture qui me parle mais difficile de se faire une idée sur un seul livre!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11560
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Arabella Dim 21 Mai - 16:44

Mémoire de fille

Annie Ernaux décrit dans ce livre la période de vie qui va de l'été 1958 à l'été 1962. Quatre année capitales de sa vie. Elle a dix-huit ans au début du livre, pas encore la majorité à l'époque. Mais elle peut s'échapper, quitter le cocon familial, le temps d'un été d'abord, pour être monitrice dans une colonie. Elle va y vivre une histoire avec le moniteur-chef, une histoire qu'elle investit, mais qui ne constitue qu'un vague épisode peu intéressant pour son partenaire. Elle sera mise au ban du groupe, moquée, humiliée, et très vite abandonnée. Elle va pourtant vouloir revenir l'été suivant, mais sera refusée, jugée non conforme. Au retour de la colonie, elle quittera encore une fois le cadre familiale pour partir en internat, dans un lycée prestigieux, et va là aussi connaître des déconvenues. de la meilleure élève, elle passera à juste une bonne élève, parmi d'autres, et surtout sera confrontée à des filles issues de milieux bien plus favorisés que le sien. Cela la mènera à revoir à la baisse ses projets, et intégrer l'école normale pour devenir institutrice. Mais ce sera l'échec : elle se découvrira peu apte à enseigner aux enfants. le livre va se clore sur une note plus positive : la narratrice va s'autoriser à suivre son envie, et d'aller faire des études de lettres à l'université.

C'est une sorte de récit initiatique, la narratrice qui tente de s'émanciper de son milieu familiale, est confrontée au monde. Elle se découvre à la fois fille et de milieu populaire, les deux engendrant la dévalorisation et la honte. Annie Ernaux décrit sans rien édulcorer une initiation sexuelle que l'on qualifierait aujourd'hui tout au moins d'abus sexuel. Mais elle décrit aussi l'acceptation qui lui paraît toute naturelle de sa part de ce qui lui arrive. L'absence de questionnement de la violence qui lui est faite, et qui semble légitime à son partenaire, mais aussi à la société dans son ensemble, et qui par conséquent lui semble aussi légitime. de même que lui paraît dans l'ordre des choses son positionnement sur l'échelle social, et le champ des possibles réduit que ce positionnement implique. Tout est intériorisé, rien ne peut être questionné.

Le livre tente, de manière factuelle, à partir de photos, lettres etc de reconstruire, de retrouver, de la manière la plus précise les événements, sensations, le vécu. Sans juger en apparence, en fournissant au lecteur une sorte de matière brute. Et surtout sans pathos et victimisation : c'est au lecteur de juger. Comme toujours avec Annie Ernaux, sa démarche est aussi sociologique : ses souvenirs sont ceux d'une génération, son expérience singulière s'inscrit dans un contexte historique et sociologique. D'autres filles de sa génération ont peut-être été confronté à des événements proches, elles ont en tous les cas été immergées dans un environnement similaire, qui a forcément provoqué le même type de réactions, de ressentis, de souffrances. La jeune Annie Ernaux a été anorexique, le corps traduisait le traumatisme jamais exprimé, et il ne pouvait l'être que sous une forme culpabilisante dans le contexte dans lequel elle vivait. En tant que fille, elle était forcément coupable de ce qui lui arrivait, comme en tant que transfuge de classe. C'est le monde dans lequel ce genre de jugements étaient des vérités incontestables qu'elle met à nu. Son analyse est d'autant plus forte et incontestable qu'elle reste objective, factuelle, sans affect, sans auto-apitoiement. Cette approche lui permet de transcender des souvenirs personnels, d'en faire des généralités, de prendre parole non pas pour elle, mais pour toute une génération. Ne pas ressasser des souvenirs anecdotiques mais d'arriver à l'essence des choses.

Magistral.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Aeriale Lun 22 Mai - 8:34

Tentant! Je la relirais bien mais c’est ce côté factuel, dénué de sentiment, qui en fait sa marque et sa force certainement, avec lequel je ne suis pas sure d’accrocher de nouveau.

Merci de ton commentaire @Arabella. Je verrai si je le trouve à la bibliothèque
Aeriale
Aeriale

Messages : 11560
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Annie Ernaux - Page 2 Empty Re: Annie Ernaux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum