Dominique Pagnier

Aller en bas

Dominique Pagnier Empty Dominique Pagnier

Message par Arabella Jeu 2 Nov - 8:15

Dominique Pagnier (1951 -   )




Dominique Pagnier Domini10


Source : Wikipéidia

Dominique Pagnier est un poète et écrivain français, né en 1951 à Saint-Julien-les-Villas (Aube).

C'est sous l'impulsion de Jean-Marie Villégier, dont il a suivi l'enseignement à l’université de Nancy, que Dominique Pagnier s’est intéressé aux scénographies des théâtres baroques et romantiques, notamment en Allemagne et en Autriche, pays où il a fait des séjours réguliers et auxquels il doit une part essentielle de son inspiration romanesque2.

Si ses premiers poèmes sont publiés épisodiquement en revue à partir de 1970, ce n’est qu’en 1988 que D. Pagnier commence à collaborer régulièrement à La Nouvelle Revue française alors dirigée par Jacques Réda et pour laquelle il écrit des poèmes, des essais et des récits. En 1990 paraît son premier « vrai » recueil, Faubourg des visionnaires, aux éditions Gallimard. Encouragé par Jean Grosjean avec qui il entretient des relations suivies à partir de 19963, il rédige trois autres ensembles poétiques4. Par la suite, il se consacre davantage à l’écriture de récits et de romans.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4790
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Dominique Pagnier Empty Re: Dominique Pagnier

Message par Arabella Jeu 2 Nov - 8:16

Le Cénotaphe de Newton


Comment résumer un tel livre, un livre monde, qui se déroule sur plusieurs siècles, sur plusieurs continents, avec des dizaines de personnages ? Quel en est le sujet principal ? Les personnages essentiels ? Les thèmes centraux ? Ce serait une gageure que d'arriver à le formuler.

Ce livre est pour moi un voyage magnifique, et dans plusieurs dimensions en quelque sorte. Dans le temps et dans l'histoire : la Révolution française, la première guerre mondiale, la Révolution russe, la Guerre d'Espagne, le 3em Reich, la RDA…..j'en oublie forcément. Dans l'espace aussi, entre la France, l'Autriche, l'Allemagne, la Russie, la mystérieuse Asie...Dans l'art, l'architecture, la peinture, la musique, le théâtre, le cinéma, la photographie…

Mais avant tout un voyage dans les rêves, dans les rêves qui habitent à l'infini les personnages, comme si l'impossible, l'insaisissable, ce qui est plus loin, seulement entrevu était plus vital, plus consistant que le tangible, le présent. le rêve que représente ce Cénotaphe de Newton, imaginé par l'architecte Boullée au XVIIIe siècle, jamais construit, mais qui va continuer à nourrir les rêves, à travers le temps et l'espace. Et tout particulièrement ceux des membres de la famille Arius : Konstantin, Theodor, Nelson, Karl Friedrich et Manfred enfin, le dernier rejeton mâle de la lignée, dont la vie va occuper un nombre très important des pages du roman. Ils imaginent, créent, inventent, des bâtiments, des images, des décors, des ballons….rêvent à réaliser des projets fous comme le Cénotaphe de Newton, ou le palais d'Orianda, quitte à risquer leurs vies.

Manfred va rêver aussi à des femmes, croisées un moment, d'autant plus attirantes qu'impossible à retrouver, comme Jaanika Trotha-Treyden, fille d'un baron balte et d'une princesse oghouz. Mais il va surtout rêver à changer le monde, s'engager dans le communisme, participer à la guerre d'Espagne, à la résistance. Pendant ce temps, des hommes vont organiser des guerres, perpétrer des massacres, des pogroms, créer des camps d'extermination. Embraser l'Europe et le monde, asservir, détruire, tuer, humilier. Manfred, comme ses ancêtres, va croiser leurs routes sanglantes, être plus qu'un spectateur, même s'il est avant tout un rêveur.

Sa vie, comme celle de sa plus jeune fille Jeanette sera finalement consignée, répertoriée, figée, dans les rapports de la Stasi, dans ses moindres détails. Dans un soucis maniaque de ne rien laisser échapper, dans l'illusion de pouvoir saisir l'essence d'un être dans les faits bruts. Mais ses rêves, ce qui ne peut que difficilement s'expliquer ou se mettre en mots, échappent au final à l'enquêteur le plus consciencieux. Ou le rendent fou dans leur impossible poursuite, comme l'est devenu Helmar Götz, l'officier en charge des dossiers Arius, lui aussi parti au final dans un rêve étrange et dangereux.

De nombreux livres ont tenté d'embraser l'histoire du XXe siècle, de la civilisation européenne, de raconter les destins d'une famille dans les vicissitudes liées aux événements historiques. Peu sont arrivés à un résultat aussi passionnant, vertigineux, troublant. On peut tenter d'expliquer les raisons de ce succès par une splendide écriture, l'immense érudition, une maîtrise de la structure romanesque remarquable de Dominique Pagnier. Certes. Mais tout cela n'explique rien au fond. Peut être tout simplement qu'il est aussi un rêveur, et qu'il a le don rare de pouvoir faire partager ses rêves à ses lecteurs.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4790
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Dominique Pagnier Empty Re: Dominique Pagnier

Message par Arabella Jeu 2 Nov - 8:18

Mon album Schubert



Dominique Pagnier évoque dans ce livre Schubert. D'une façon fragmentaire, impressionniste. Quelques épisodes de la vie du musicien, choisis par l'auteur. En fonction de ses ressentis, de son rapport intime et personnel à l'homme et à l'oeuvre.

Si on ne connaît pas du tout Schubert, on risque d'être perdu dans ce livre, très personnel. Il est plus réservé à ceux qui ont déjà pratiqué la musique et le musicien, et qui suivront de cette façon plus aisément les chemins de traverse empruntés par Dominique Pagnier. Pour ceux-là, ce sera comme regarder un tableau connu avec un angle différent, plus original, moins académique, même si l'image reste familière.

Nous avons tous en général un rapport intime et spécial avec un artiste que nous aimons, qui puise dans les biographies et analyses classiques, mais qui les reconstitue, leur donne une tonalité particulière en fonction de notre subjectivité. Dominique Pagnier partage avec nous sa relation personnelle avec Schubert. Dans la magnifique écriture qui le caractérise. Un beau voyage à faire pour ceux qui aiment le musicien.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4790
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Dominique Pagnier Empty Re: Dominique Pagnier

Message par Arabella Mar 20 Déc - 23:13

Le quadrille français


Nous sommes en 1976. Un jeune étudiant français décide de partir à Vienne, pour poursuivre ses études tout en travaillant. Ce voyager va changer sa vie. Il se sent tout d'un coup exister vraiment, avoir trouvé le lieu qui lui correspond, et n'a plus qu'un seul désir : celui de devenir un véritable Viennois, et d'être accepté comme tel par les gens qu'il rencontre.

Les premiers sont la famille Rollett, dont la matriarche, Fanny l'héberge contre une petite rémunération et des cours de français. Armin, l'un de ses fils, diplomate de carrière, qu'il mène en élégant dilettante, devient son premier modèle. Notre jeune héros fait tout ce qu'il faut pour être intégré à la société viennoise, se trouve une fiancée, qu'il courtise avec application, avec laquelle il parcourt toutes les étapes obligées qui mènent au mariage, dans le respect de toutes les traditions. Il ne vit pas ces dernières comme des contraintes, mais comme une sorte de parcours initiatique, qui lui permettra de devenir une personne à part entière. Il découvre et adhère à toutes les pratiques culturelles traditionnelles, avec une sorte de naïf enthousiasme, le couronnement étant une participation à un authentique bal viennois, qu'il ambitionne d'ouvrir, en dansant le quadrille français du titre avec sa fiancée Elisabeth.

Mais parmi les personnes qu'il rencontre figurent Ossian et Esther Stern, et malgré ses fiançailles, il ne peut s'empêcher d'être fasciné, voire amoureux de cette dernière. Qui malgré ses allures de belle dame viennoise a un passé lourd, très loin des mièvres films à l'eau de rose que notre héros suit avec Elisabeth.

Le roman est incontestablement drôle, très drôle même par moments, un comique un peu absurde et décalé, comme celui des Marx Brothers, qu'Esther fait découvrir à notre jeune Français. Et bien moins léger qu'il n'y paraît à première vue. Ce jeune homme inconsistant qui semble vouloir se couler dans la culture autrichienne traditionnelle dans ce qu'elle a de plus éculé est en même temps attiré par Esther, juive déportée, qui agrège en sa personne tous les excès et horreurs auxquels peut mener un suivisme qui ne questionne aucune tradition, n'y voyant que charme et surtout un tuteur qui aide à exister. Notre jeune héros en vient à coller des affiches d'extrême droite, pour rendre service à son maître de ballet, le si sympathique Otto Faraboeuf, sans questionner, dans une forme d'innocence délétère.

Le roman est construit sur une forme de dualité qu'Elisabeth et Esther personnifient. Malgré les conventions de rigueur, la jeune fille a un côté inquiétant, comme l'étrange maison penchée de ses parents ou comme la poupée Olympia des Contes d'Hoffmann, et la famille Stern est une éventualité de fuite, de lucidité (Ossian est psychanalyste, capable de donner des clés de lecture de soi). Cette dualité est présente jusque dans la fin indécise, entre deux possibles, le rêve qui devient réalité ou le cauchemar où tout est gâché à la fin par un mécanisme qui échappe à la volonté du personnage. Mais peut-être que c'est atteindre le rêve qui serait le pire des cauchemars et que l'inconscient permet, par un acte manqué, de le fuir.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4790
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Dominique Pagnier Empty Re: Dominique Pagnier

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum