Gabriel Tallent

+3
Epi
Aeriale
Queenie
7 participants

Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Gabriel Tallent

Message par Aeriale Dim 22 Avr - 22:27

Gabriel Tallent Tallen10

Gabriel Tallent est né en 1987 au Nouveau-Mexique et a grandi en Californie. Il a mis huit ans à rédiger My Absolute Darling, son premier roman qui a aussitôt été encensé par la critique et fait partie des meilleures ventes aux États-Unis. Il vit aujourd’hui avec sa femme à Salt Lake City.

-My absolute darling-


Gabriel Tallent Cvt_my11


Julia, 14ans, surnommée Turtle par son père Martin, vit seule avec lui suite à la mort (restée floue) de sa mère lorsqu'elle était bébé. Dans ce bout perdu du Nord de la Californie, au milieu des bois et des varechs qui grignotent chaque jour un peu plus les plages, une relation exclusive, destructrice et avant tout incestueuse, s'est installée entre eux, cachés qu'ils sont dans leur vieille bicoque au haut de la falaise.

Persuadé que la planète court à sa perte, Martin, obsédé par les armes à feux dont il a appris le maniement à sa fille, lui a inculqué l'idée de survivance. Savoir tirer en toutes circonstances, être la plus rapide, la plus forte et ne jamais céder à la souffrance quelle qu'elle soit, ne pas renoncer, surtout. Tous deux vivent en reclus et l'univers de la jeune fille se borne à cette sphère. N'ayant d'autres contacts que ceux du lycée, fermée à ses camarades ou ses professeurs, elle n'imagine pas d'alternative à la soumission et l'amour absolu envers son tyran de père, jusqu'au jour où elle rencontre Jacob et Brett, deux jeunes garçons perdus dans la forêt. A partir de là, sa vision des choses va commencer à changer.

Un roman terriblement dérangeant qui ne laisse pas de répit. D'entrée Gabriel Tallent nous plong dans le mental de son héroïne et ne nous épargne rien. Le climat de violence s'insinue peu à peu et ne nous lâche plus. Aidé par la topographie des lieux et le caractère sauvage, souvent rude, de cette nature avec laquelle ils font corps, on se retrouve pris au piège de ce rapport malsain, tremblant dès que les deux personnages sont face à face.

C'est réellement oppressant, et j'ai eu à plusieurs reprises besoin de souffler tant l'atmosphère était lourde, poisseuse. Mais  heureusement l'auteur nous évite le trop glauque (dans les scènes de sexe, notamment) Tout se tient sur un fil, on est à deux doigts de l'indigestion, Tallent jouant parfaitement sur la montée en puissance de cet inconfort, flirtant sans cesse avec l'imprévisible.

J'ai beaucoup souffert, j'avoue, il m'était même impossible d'y revenir pour en parler durant les jours suivants. Mais avec le recul, et passé l'horreur du sujet, il faut reconnaître à ce jeune auteur un talent indéniable. Impressionnée, je suis, par sa façon de nous présenter ces mécanismes de domination, la manipulation et la perversité qui sous-tendent le tout. Une telle efficacité que l'on en sort ébranlé sur le coup. Reste à voir si vous aurez le courage de vous lancer, mais pour les éventuels candidats, il va falloir s'accrocher, vous l'aurez compris ;-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par kenavo Lun 23 Avr - 5:56

c'est certain que je n'ai pas le courage de me lancer dans ce livre... mais j'admire le tiens et bravo pour ton commentaire

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par Aeriale Lun 23 Avr - 9:19

Merci @Kenavo ;-)

Je ne pense pas non plus qu'il est pour toi, ni pour certains autres ici. Je me suis demandée parfois si j'arriverais à le finir. Mais il ne franchit pas la ligne jaune...

Par contre, si on passe le cap, c'est un roman percutant, je comprends son succès finalement. Hâte de lire le commentaire de @Queenie qui est conquise.
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty my absolute darling

Message par Queenie Lun 23 Avr - 12:36

Gabriel Tallent Cvt_my11
Traduit merveilleusement par Laura Derajinski

Emballée, ça oui !
Pas évident à lire, nul doute.
Qui laisse des marques et pèse sur l'humeur, fort probable.

@Aeriale ne me contredira sur rien. Et au fond si elle semble avoir été dérangée par ce livre, c'est plutôt plus que positif ! Car, oui, Tallent a choisi de bousculer son lecteur. Ou plutôt de lui enfoncer la tête, tout doucement, dans le varech poisseux et froid, jusqu'à toucher le fond pervers et étouffant de son histoire. Mais jamais jusqu'à la noyade ou l'etouffement. Tallent sait faire remonter le lecteur à la surface, lui donner quelques souffles d'air plus ou moins frais, salvateurs en tout cas.
Et cette pression constante, cette sensation d'être toujours à chercher une prise pour survivre, c'est le quotidien de Turtle. Le lecteur, très vite, est embourbé dans la vie terrifiante, violente, sauvage, et dure de cette jeune adolescente de 14 ans.

Tout est vu par ses yeux. Une ado élevée par son père, dans un rapport de forces intenses. Où à chaque ligne, on a peur de ce qui va se passer à la suivante. Un père horrible, un pervers narcissique dans toute sa splendeur. Jamais je n'avais lu de personnage dérangé et dérangeant aussi bien retranscrit. On le voit, on le sent, on le sait. On sent son aura, son influence terrible sur sa fille, sa force, la peur qu'il distille en permanence. Sa folie.
Et Turtle, fille si dure, qui ne connaît que la violence, les armes à feu comme doudous de réconfort et de soutien, qui s'accroche hargneusement à sa vie, qui la protège comme une ourse ses petits, même si elle sait le Mal. Parce qu'elle n'a rien d'autre. Parce qu'elle se méfie de tous. Tout le temps. Parce qu'elle est détraquée, ne connaît pas l'amour, la confiance, la douceur.

L'incroyable style de Tallent, difficilement descriptible. Des phrases hachées, un rythme saccadé, comme un souffle rapide, nerveux, répétitif. La façon aussi de ne rien dire d'un coup, de donner de petites tapes, de tous les côtés, des pointes, des indices, des mots, derrière lesquels la vérité se dissimule, mais pas vraiment. Et lorsqu'enfin elle éclate, nette, claire, c'est l'uppercut, et le lecteur savait, les demi-mots étaient de petits cailloux coupants qu'il suivait les pieds en sang jusqu'au Pire. Qu'il Savait.


Tallent par le portrait de Turtle, de son père, et des autres personnages, parle, Dénonce la violence intime, cachée, celle que les autres voient et laissent faire, celle qui mène à la gangrène de tout un pays.

Alors oui. C'est vrai. Ce n'est pas un livre facile à lire. J'en ai mal dormi parfois. Mais il est époustouflant. Tellement travaillé, tellement bien mené, avec cette atmosphère incroyablement palpable.
Finalement, on en sort peut-être mal, dérangé, sonné, un peu nauséeux, de ce livre, et en même temps ce n'est pas une histoire désespérée. Il y a des portes qui s'ouvrent, des possibilités de sauvetage.
Et Tallent laisse son lecteur avec beaucoup de tendresse et d'espoir en l'humanité.

Un très grand livre.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7010
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par Aeriale Lun 23 Avr - 18:52

Hé bien sacré commentaire, tu t'es surpassée @Queenie!!! J'espère que tu donneras envie de le lire, en tout cas il est extra!

Queenie a écrit:Finalement, on en sort peut-être mal, dérangé, sonné, un peu nauséeux, de ce livre, et en même temps ce n'est pas une histoire désespérée. Il y a des portes qui s'ouvrent, des possibilités de sauvetage.
Et Tallent laisse son lecteur avec beaucoup de tendresse et d'espoir en l'humanité.
C'est vrai! La fin est un peu en suspens, et évite le truc orchestré, tout en laissant la porte ouverte à l'espoir, cette petite lueur qui n'a jamais quitté Turtle, même dans les pires moments.

Il y a même une jolie image sur la reconstruction, avec les moyens du bord, comme avec ce potager sur lequel s'échine tant bien que mal notre héroïne :-)
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par Epi Lun 23 Avr - 21:58

C'est sûr que c'est tentant à lire vos commentaires. Je me suis retenue jusqu'à présent mais je vais peut-être céder à la tentation finalement Very Happy

_________________
Let It Be
Epi
Epi

Messages : 1943
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par kenavo Mar 24 Avr - 6:22

ah oui, quel commentaire, ton emballement est visible Very Happy

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 31178
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par Liseron Lun 25 Jan - 17:57

Gabriel Tallent D7882710
My absolute darling

Attention ! Avis divergent !
Trop c’est trop ! Trop de haine ! Trop de violence ! Trop de sadisme ! Trop de vulgarité ! 
Une lecture éprouvante qui ne m’a inspiré, la plupart du temps, que de la colère, de l’ennui ou un profond malaise devant toutes ces scènes difficilement soutenables. Trop de sordide tue l’émotion et l’empathie, pour moi en tout cas ! 
Un style ordurier, qui m’a dérangée dès le début, des descriptions en permanence et longuettes sur le maniement des armes ou les plantes du coin (pensez à avoir sous la main votre manuel de botanique) m’ont aussi empêchée de rentrer dans l’histoire. C’est dommage parce que Turtle est un personnage bouleversant dans ses ambiguïtés et ses émotions contradictoires, dans ses relations aussi avec ceux qui veulent l’aider mais la façon dont l’auteur raconte son récit a provoqué trop de distance entre elle et moi.
Une rencontre ratée !

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4147
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par Nightingale Mar 26 Jan - 18:45

My absolute darling


Gabriel Tallent Tallen10

Queenie a écrit:...Tallent a choisi de bousculer son lecteur. Ou plutôt de lui enfoncer la tête, tout doucement, dans le varech poisseux et froid, jusqu'à toucher le fond pervers et étouffant de son histoire. Mais jamais jusqu'à la noyade ou l'etouffement. Tallent sait faire remonter le lecteur à la surface, lui donner quelques souffles d'air plus ou moins frais, salvateurs en tout cas...
Queenie a écrit:Tout est vu par ses yeux. Une ado élevée par son père, dans un rapport de forces intenses. Où à chaque ligne, on a peur de ce qui va se passer à la suivante. Un père horrible, un pervers narcissique dans toute sa splendeur. Jamais je n'avais lu de personnage dérangé et dérangeant aussi bien retranscrit. On le voit, on le sent, on le sait. On sent son aura, son influence terrible sur sa fille, sa force, la peur qu'il distille en permanence. Sa folie.

Je te rejoins tout à fait sur ces ressentis.
L'ambiance est terrible, et on est dans le bain dès les premières pages, ça ne traine pas. 
Mais effectivement l'auteur a su ponctuer l'histoire de ces moments presque doux, tellement touchants. Dès la rencontre avec les deux ados, on sent dans notre chair ce qui est touché chez Turtle, et à partir de là ce qui va commencer à bouger doucement.
Car oui, le récit à la première personne prend tellement le temps de disséquer ce que ressent Turtle, qu'on en est imprégné littéralement. A aucune moment je n'ai eu un doute, à aucun moment je n'ai trouvé cela surfait ou caricatural. C'est tout simplement vrai, on est dans sa tête, dans son cœur. On aime sa façon tellement maladroite de découvrir ce que peut être une vraie et saine relation à l'autre.
Je trouve aussi très juste la façon dont est montré le phénomène d'emprise.
Pour moi, un grand moment de lecture, pas facile certes, mais un coup de coeur. clap



Liseron a écrit:Trop c’est trop ! Trop de haine ! Trop de violence ! Trop de sadisme ! Trop de vulgarité !
Je peux comprendre ça. J'avais eu le même ressenti à la lecture de Le diable tout le temps de Donald Ray Pollock (qui n'est pas à proprement parler un rigolo).
Ou pire encore Un jardin de sable d'Earl Thompson (là c'est carrément l'enfer, et My absolute darling passerait presque pour un conte de fées). Shocked

Liseron a écrit:Un style ordurier...
Là, j'imagine que tu n'as peut-être pas choisi le bon qualificatif. Certes c'est très glauque. Mais je ne pense pas qu'on puisse qualifier le style d'ordurier. Wink

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2720
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par Liseron Mar 26 Jan - 19:25

Nightingale a écrit:My absolute darling

Liseron a écrit:Un style ordurier...
Là, j'imagine que tu n'as peut-être pas choisi le bon qualificatif. Certes c'est très glauque. Mais je ne pense pas qu'on puisse qualifier le style d'ordurier. Wink
Un peu quand même...avec tous ces gros mots et ce langage très familier voire même parfois vulgaire. Même si ça fait partie du personnage de Martin, ça m’a gênée à la longue et lassée  unknow

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4147
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par domreader Ven 29 Jan - 17:37

Je lis vos commentaires depuis l'ouverture du fil, et je crois bien  que ce n'est pas un livre pour moi. Le commentaire de @Liseron me conforte dans cette idée.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3469
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par Nightingale Ven 29 Jan - 17:42

Liseron a écrit:
Nightingale a écrit:My absolute darling

Liseron a écrit:Un style ordurier...
Là, j'imagine que tu n'as peut-être pas choisi le bon qualificatif. Certes c'est très glauque. Mais je ne pense pas qu'on puisse qualifier le style d'ordurier. Wink
Un peu quand même...avec tous ces gros mots et ce langage très familier voire même parfois vulgaire. Même si ça fait partie du personnage de Martin, ça m’a gênée à la longue et lassée  unknow
Je pense qu'on ne parle pas tout à fait de la même chose. On est bien d'accord que les propos du père sont très durs, très crus, sans parler de ses actes. Mais ce n'est pas le style d'écriture du roman qui est ainsi. Le style lui, me semble assez "classique", littéraire, ce n'est pas un style parlé par exemple. Wink

_________________
Lire nuit gravement à la bêtise !
🇺🇦
Nightingale
Nightingale

Messages : 2720
Date d'inscription : 09/12/2017
Age : 55
Localisation : Sur le bord de la marge

Revenir en haut Aller en bas

Gabriel Tallent Empty Re: Gabriel Tallent

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum