-11%
Le deal à ne pas rater :
SAMSUNG 55Q70C – TV QLED 55″ (138 cm) 4K UHD 100Hz
549.99 € 619.99 €
Voir le deal

A l'affiche

+14
Pia
eXPie
domreader
Nightingale
Mordicus
kenavo
MezzaVoce
Aeriale
Ovalire
darkanny
silou
Liseron
Merlette
Moune
18 participants

Page 56 sur 57 Précédent  1 ... 29 ... 55, 56, 57  Suivant

Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Mer 1 Mai - 15:23

- Le mal n'existe pas-


A l'affiche - Page 56 Oip_8610

Dans un petit village pas loin de Tokyo, une maison proprette au milieu de la forêt, une clairière devant où Takumi coupe du bois puis va chercher de l'eau à la rivière, remplit des jerrycans qu'il livre ensuite à son ami restaurateur. La caméra prend le temps de filmer, accompagne longuement son rituel, s'attarde sur ses gestes, leur précision. 

A l'affiche - Page 56 Le-mal10

D'entrée, Hamaguchi nous ensorcèle dans une immersion totale avec le mental des personnages, il nous étourdit dès les premières images avec cette balade d'Hana les yeux tournés vers la cime des arbres. Puis l'atmosphère douce et sereine est rompue, on se retrouve au coeur d'un débat, dans une salle close, sur le nouveau projet d'un camping de luxe. On alterne les arguments. Pas de cris mais la violence est sous jacente. 

J'ai aimé cette rupture de ton, le cinéaste a l'art de capter l'attention, de surprendre. On se retrouve à suivre les représentants du glamping, leurs doutes, le revirement d'un des deux qui se prend d'amour pour la nature. On se demande quand même où le film nous mène, ça devient plus aléatoire. Et la suite nous laisse bredouille, un peu frustré, interloqué surtout. Il faut juste admettre qu'elle reste ouverte, à l'interprétation de chacun, et c'est ce que j'ai aimé au final. Malin Hamaguchi, il joue sur plusieurs tableaux, rêve, manifeste écolo, thriller, pour nous laisser en suspens avec des questions. Une façon de revoir son film mentalement et de chercher... Ca peut agacer, moi ça me va plutôt bien  I love you

A l'affiche - Page 56 Le-mal11
Aeriale
Aeriale

Messages : 11563
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Jeu 2 Mai - 9:51

J'ai bien aimé également.
Mais je n'en sors pas particulièrement touchée.
Je pense que la façon qu'a de traiter les sujets ce réalisateur, me laisse toujours un peu à distance.

Et la fin...
je n'ai pas compris ce changement soudain de registre, et ce que ça signifiait ce final...

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Jeu 2 Mai - 10:15

A l'affiche - Page 56 Le_man10
Le mangeur d'âmes

Je trouve qu'on s'en sort souvent pas mal en polar/thriller dans notre cinéma français. Et ça se confirme.

Ambiance de huis-clos dans ce petit bled au cœur des montages. Des gens isolés, qui se démènent comme ils peuvent. Et quand les gens s'entretuent, se suicident de façon ultra violente, c'est la légende du Mangeur d'âmes qui est dans les esprits.

Un film en lenteur, qui se concentre beaucoup sur ses personnages principaux, qui ont des casseroles qui tintinnabulent derrière eux, qui sont un peu borderlines (franchement, c'est quand même récurrent ces flics mal en point...). Une enquête qui avance en tâtonnements assez réaliste.
Il n'y a pas de temps mort, mais pas non plus de surenchère dans les évènements.

C'est un chouia oppressant, un chouia glauque, un chouia étrange.
C'est un très bon thriller.

(Adapté d'un roman que je ne connaissais pas)

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Ven 3 Mai - 8:11

Queenie a écrit:J'ai bien aimé également.
Mais je n'en sors pas particulièrement touchée.
Je pense que la façon qu'a de traiter les sujets ce réalisateur, me laisse toujours un peu à distance.

Et la fin...
je n'ai pas compris ce changement soudain de registre, et ce que ça signifiait ce final...

Je comprends la distance. C'est valable pour pas mal de films japonais quand même. Ceux de Hamaguchi,  Senses par exemple, font penser à ceux de Rohmer. On analyse différents point de vue, c'est plus analytique qu'émotionnel, c'est sûr. 

Quant à la fin, c'est unanime, personne ne comprend bien. Clairement il veut nous perdre, nous surprendre. On peut en discuter des heures, personne n'a la réponse, chacun son interprétation. Mais ça fait parler, au moins  A l'affiche - Page 56 177985974
Aeriale
Aeriale

Messages : 11563
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Sam 4 Mai - 8:09

S'il voulait nous perdre, c'est réussi, c'est sur !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Mar 7 Mai - 12:29

A l'affiche - Page 56 Notre_10
Notre monde, Lunana Bajrami

Après La colline où rugissent les lionnes, Bajrami revient avec un second film s'intéressant une nouvelle fois à la jeunesse kosovare.
Ça pourrait presque être le même rapide résumé : une jeunesse désœuvrée, coincée dans un village où il ne se passe. Des jeunes filles rêvent plus grand. Mais le ciel, au Kosovo, est bien bas, et les murs infranchissables.

Bajrami filme au plus près ces jeunes, des gros plans qui laissent peu de respiration, tout en véhiculant avec force l'intensité de ces jeunes. Comme s'il n'y avait vraiment aucun espace où ils pouvaient s'épanouir.

Dans Notre monde, deux cousines très très proches, décident de fuir le village, où la seule perspective qui semble les attendre est de se marier le plus vite possible, pour ne plus être un poids inutile à la famille.

Elles fuient pour la ville, elles parviennent à s'inscrire à la fac, à obtenir la chambre en cité u, on pourrait penser qu'elles mettent un pieds vers un avenir meilleur...
Sauf que les professeurs sont sans cesses absents, un cours sur 4 est assuré, et encore.

Comme il est dit à un moment : ce n'est plus une génération sacrifiée, c'est une génération oubliée.

Un beau film, moins percutant, moins coup de poing que le premier, ici, il y a plus de douceur, et beaucoup plus de lassitude aussi.
La colère est étouffée, les rêves piétinés.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Jeu 9 Mai - 8:50

A l'affiche - Page 56 L_ombr10
L'ombre du feu, Shinya Tsukamoto

Une jeune femme, prostituée, vit dans une maison à moitié détruite par les flammes. Sa maison, du peu que l'on voit, semble être une des rares encore debout au milieu des décombres.
Un petit gamin vient de temps en temps se réfugier chez elle parce qu'il vole la nourriture sur les marchés.
Un jour, un soldat débarque, veut les faveurs de la femme, mais termine saoul et endormi sur le futon.
Ces trois-là vont tisser un lien de survie, quelques temps.
Mais le film va aussi s'ouvrir sur d'autres personnages, tous en lien avec le gamin (qui joue incroyablement bien, qui a une bouille magnifique)

Un film magnifique, très fort, sur les traumas de la guerre.
Une première partie franchement pesante, où les êtres échangent et évoluent dans un espace exigu, délabré, avec une méfiance continue, une colère contenue, et une douleur à fleur de peau.
Le film arrive très bien à semer le trouble sur ce que sont ces gens, tant la mort et les horreurs de la guerre a gangrené leur âme et leur cœur.




_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Ven 10 Mai - 10:05

Mais où vois tu tous ces films @Queenie?

Je ne les vois pas programmés par ici?
Aeriale
Aeriale

Messages : 11563
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Sam 11 Mai - 8:02

Les petites salles indé de Paris.
Là, c'était au Reflets Médicis

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Sam 11 Mai - 9:19

Ah d'accord! 

J'aimerais bien une fois essayer une séance au Grand Rex..
Aeriale
Aeriale

Messages : 11563
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Dim 12 Mai - 9:22

Oui, c'est une belle salle
Et je te conseille d'essayer le Max Linder un jour : fantastique

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Dim 12 Mai - 10:21

Ah oui? Jamais vu... Je vois qu'il y passe Civil War je vais essayer d'y aller, merci!

Sinon oublié de vous parler de ce film, très bon: Border line en France

A l'affiche - Page 56 Oip_8710

Un couple quitte Barcelone pour tenter sa chance aux USA. Mais à leur arrivée à Newark, la police des frontières les convoque pour un interrogatoire, d' abord ensemble puis séparement...et de plus en plus poussé. 
 
Terrible! On se met de suite à leur place, au début sans connaître les raisons de cette interpellation. L'homme, Diego, un vénézuélien cherchant du travail, parait nerveux, transpire, a des tics dus au stress. Elena, sa compagne espagnole, s'insurge au contraire, ne comprend pas...

A l'affiche - Page 56 Upon_e10


On en vient à se demander s'il est bien clair et si les infos que détiennent les inspecteurs ne corroboreraient pas le soupçon qui commencent à poindre en nous. Au fur et à mesure les questions sont de plus en plus intimes, déplacées, de plus en plus angoissantes. Le couple en vient à se fissurer, Elena doute... 

Un thriller hyper bien mené, se passant en vase clos, dans des bureaux sinistres, étouffants, mal éclairés, et campés par des policiers plus vrais que nature. On sent bien le règlement de compte de non ressortissants ayant dû passer par là, ces mêmes réalisateurs qui signent ici un scénario malin et surprenant
Spoiler:

A voir. Concis (1h 17 ) et très prenant!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11563
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty comme un lundi

Message par Queenie Mar 21 Mai - 10:37

A l'affiche - Page 56 Comme_10
Comme un lundi

Des employé·e·s d'un bureau de marketing designer, se rendent compte que leur semaine se répète. Persuadé·e·s que tout arrive à cause d'un bracelet de perles que porte leur patron, ils doivent trouver le moyen de lui faire accepter ce qui se passe et qu'il brise le charme lui-même.
Mais, pour qu'il entende raison, il faudra que ce soit son assistant  direct qui lui expose le problème. Il va falloir remonter les échelons, petit à petit, et user pour chacun de méthodes différentes. Pour ça, il va falloir cesser de travailler, de vouloir absolument respecter les délais de la grosse mission en cours, et s'intéresser à ses collègues.

Un film vraiment très bien foutu et très divertissant, qui fait un beau pied de nez au monde libéral.
La morale de l'histoire pourrait sembler un peu naïve, et pourtant... ces valeurs simples sont parfois bien vite oubliées.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty le tableau volé

Message par Queenie Mer 22 Mai - 8:18

A l'affiche - Page 56 Le_tab10
Le tableau volé


Dans une famille ouvrière de Mulhouse (ou proche), est découvert que le tableau suspendu dans le salon est véritable Egon Schiele, "perdu" pendant la seconde guerre.
On suit en parallèle l'équipe de commissaires priseurs et la famille.

Sur la papier, je n'irais pas forcément voir ce genre de film, un pote m'a dit que c'était une bonne surprise, et en effet.
Ça fonctionne super bien, les acteurs et actrices sont très justes. Il n'y aucune recherche de surenchère du côté de monde du marché de l'art (naturellement à vomir) ou du côté des gens "plus simples". Tout est juste.
Les personnages dévoilent une certaine épaisseur qui les sort du cliché attendu.

Très bon moment

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7013
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Mer 22 Mai - 9:25

Je me demandais justement.. En général les films avec Alex Lutz sont souvent pas mal! 

Sinon j'ai vu L'homme aux mille visages


A l'affiche - Page 56 Oip_9010


Un film documentaire original autour d'un fait divers: Celui d'un homme suivi sous le nom de Ricardo, qui, s'inventant différents profils professionnels et familiaux, différentes nationalités, séduit plusieurs femmes et mène avec chacune d'elle un semblant de vie conjugale au cours desquelles il s'octroie quelques déplacements dus à ses fonctions (tour à tour chirurgien, médecin militaire ou ingénieur)
 
La réalisatrice, Sonia Kronlund, productrice chez France Culture, qui a elle aussi connu des affabulateurs, s'interroge sur ce phénomène et rassemble les témoignages de ces femmes victimes de leur naïveté face à ce grand mytho devant lequel on reste ébahi! Il faut quand même une sacrée dose de culot (et une belle de maitrise de soi) pour faire tenir le tout un certain temps. Bien sûr, on pense à Jean Claude Romand, au drame auquel cela peut aboutir...

Les témoignages recueillis devant la caméra donnent un aperçu complet de leur expérience, le montage est bien fait, on est vraiment dans le film. Au point que lorsque l'homme est découvert (et piégé de façon géniale) on se demande si tout cela est bien réel, et quelles sont les véritables victimes (certaines étant interprétées) le doute est un peu là. 

J'ai passé un bon moment, et ça questionne sur pas mal de choses: La manipulation, le manque de lucidité dans l’état amoureux, le rapport entre les deux, et le droit à l'image, entre autre! A voir  Very Happy

A l'affiche - Page 56 32725610
Aeriale
Aeriale

Messages : 11563
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 56 Empty Re: A l'affiche

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 56 sur 57 Précédent  1 ... 29 ... 55, 56, 57  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum