Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon dresseur d’élite ETB EV03 Flammes Obsidiennes : ...
56.90 €
Voir le deal

Pierre Mac Orlan

Aller en bas

Pierre Mac Orlan Empty Pierre Mac Orlan

Message par Arabella Sam 12 Mai - 20:10

Pierre Mac Orlan (1882-1970)


Pierre Mac Orlan Crbst_10


Pierre Dumarchey, dit Pierre Mac Orlan, est un écrivain français, né le 26 février 1882 à Péronne et mort le 27 juin 1970 à Saint-Cyr-sur-Morin. Auteur d'une œuvre abondante et variée, il débuta par l'écriture de contes humoristiques, après avoir en vain tenté une carrière dans la peinture. Après la Première Guerre mondiale, son inspiration se tourna vers le registre fantastique et le roman d'aventures. La dernière partie de sa carrière littéraire fut consacrée à l'écriture de chansons, d'essais et de mémoires.

Au cours de sa jeunesse dans les premières années du XXe siècle, Mac Orlan vécut à Montmartre, où il se lia d'amitié avec Guillaume Apollinaire, Francis Carco ou encore Roland Dorgelès. À la même époque, il séjourna également à Rouen, Londres, Palerme, Bruges, etc. Les souvenirs qu'il conserva de cette période, où ses moyens d'existence furent souvent précaires, lui servirent de matériau pour élaborer une œuvre à forte connotation autobiographique, qui influença entre autres André Malraux, Boris Vian et Raymond Queneau.

Témoin attentif de son temps, fasciné par les techniques modernes et les nouveaux moyens de communication, mais se tenant autant que faire se pouvait à distance des vicissitudes de l'histoire, il forgea la notion de « fantastique social » pour définir ce qui lui apparaissait comme étant l'envers trouble et mystérieux de son époque.


Source : Wikipédia

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4644
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Mac Orlan Empty Re: Pierre Mac Orlan

Message par Arabella Sam 12 Mai - 20:12

Le chant de l'équipage



Krühl, un très riche Hollandais, se trouve en Bretagne pendant la première guerre mondiale. Il se passionne pour les histoires de pirates, ce qui donne à Samuel Eliasar, un escroc qui vient dans le même petit hôtel, l'idée d'une supercherie, qui lui permettrait de dépouiller le riche et crédule Krühl de ses biens. Cela suppose un voyage dans les Antilles, pour lequel Eliasar fait appel à une de ses connaissances, le capitaine Heresa, qui constitue un équipage hétéroclite pour manoeuvrer le bateau acquis par le Hollandais qui rêve de trésors.

Un roman assez simple et linéaire dans son intrigue, avec des personnages de toute une pièce. C'est pittoresque et très vivant, un peu attendu quand même. Mac Orlan reconstitue des ambiances, des climats, d'une façon assez efficace et prenante, les personnages relèvent quand même un peu de stéréotypes. C'est plaisant et distrayant comme lecture, je ne suis pas sûre que cela me marquera énormément.

Des livres de Mac Orlan ont été adaptés au cinéma, dont le fameux Quai de brumes ; en lisant le chant de l'équipage j'entrevoyais en permanence des images de films : le livre semble les appeler et ferait sans doute un excellent scénario.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4644
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Mac Orlan Empty Re: Pierre Mac Orlan

Message par Arabella Sam 2 Nov - 12:25

Sous la lumière froide


Nous ne sommes pas vraiment dans un roman, mais dans un ensemble de textes qui entretiennent des relations lâches les uns avec les autres. A chaque fois, un narrateur, qui se ressemble beaucoup d'un texte à l'autre, une sorte d'observateur, qui se dirige progressivement vers une activité artistique (musique, dessin, l'écriture, ou les deux) nous raconte le monde dans lequel il évolue. Il s'agit à chaque fois de villes portuaires, dans lesquelles, entre les docks, les bars à matelots, les navires, se meuvent des personnages qui se ressemblent, même s'ils ne parlent pas la même langue et ne sont pas nés sous les mêmes cieux. Mais leurs étoiles semblent toujours un peu les mêmes, celles de pauvres gens, placés à un endroit de l'échelle sociale dont ils auraient bien peine à sortir. Alors les marins, les prostituées, les tenancières d'hôtels garnis, les voyous, et tout le petit monde qui gravite autour, jouent leur petit bout de partition dans la vaste symphonie du monde de la peine et de labeur, comme le ferait un piano mécanique. Prévisibles, tout en pouvant être attachants, nimbés d'une sorte de poésie du pauvre, se mouvant dans un décor qu'on dirait de cinéma.

Le charme du livre tient plus à son ambiance qu'aux récits, que je qualifierais d'un peu paresseux : une fois le décor planté et l'atmosphère installée, il ne sa passe plus grand-chose jusqu'au final, qui en est en général à peine un. A mon sens, ce n'est pas le genre de livres dont il faille abuser : la lassitude risque d'arriver. Mais à petites doses, l'univers de l'auteur du Quai des Brumes dégage un charme fragile mais réel.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4644
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Pierre Mac Orlan Empty Re: Pierre Mac Orlan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum