Le Deal du moment : -14%
Apple MacBook Air (2020) 13,3″ Puce Apple M1 ...
Voir le deal
799 €

Olga Tokarczuk

+5
Liseron
eXPie
Aeriale
Chrisdusud
Arabella
9 participants

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Liseron Mer 19 Déc - 16:36

Aeriale a écrit:
(J'ai vu qu'il faisait plus de 1000 pages!)
Oui, je l'avais vu à Nice, je l'ai revu en librairie mais cela me fait un peu peur...Lequel me conseillerais-tu @arabella, pour découvrir cette auteure ?

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4122
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Arabella Jeu 20 Déc - 10:18

Les Pérégrins, cela me sembla pas mal pour commencer.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par kenavo Dim 23 Juin - 4:11

Olga Tokarczuk  - Page 2 Joanna10

quand Joanna Concejo prépare la couverture, le prochain livre, version polonaise, ne devrait pas tarder Wink

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 30960
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par kenavo Jeu 10 Oct - 14:18

Félicitations pour le Prix Nobel de littérature de 2018 Olga Tokarczuk  - Page 2 1112397720

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 30960
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par eXPie Jeu 10 Oct - 20:10

Sur les sites de vente de livres en ligne, ils sont super rapides :
Olga Tokarczuk  - Page 2 Nobel10

Je commencerai donc par celui-ci... (j'ai vu Pokot, Agnieszka Holland et Kasia Adamik, sans enthousiasme, mais j'imagine que le livre est bien meilleur).

Les Nobels de cette année suscitent plus d'enthousiasme que certains précédents !
eXPie
eXPie

Messages : 776
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Arabella Jeu 10 Oct - 20:24

Ce n'est pas le livre adapté par Agnieszka Holland (Sur les ossements des morts). Je l'aime beaucoup. Il avait été édité chez Robert Laffont, et sorti en poche quelque temps après le Man Booker Prize.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par eXPie Jeu 10 Oct - 20:31

Ah oui, je m'étais mal exprimé, bien sûr ce n'est pas ce livre qui a été adapté. Je voulais juste dire que pour le moment je n'ai vu que ce film, mais pas encore lu de livres, et que Dieu, le Temps... sera mon premier.
eXPie
eXPie

Messages : 776
Date d'inscription : 04/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Arabella Jeu 10 Oct - 20:47

Très bon choix.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Queenie Sam 30 Nov - 10:32

Je tiens à faire passer un message !

@Arabella, hier, s'est moquée de moi (oui oui, les gens osent n'importe quoi) parce qu'elle se souvenait que j'avais lu un livre d'Olga Tokarczuk et pas moi.
Qu'on a retrouvé mon commentaire de l'époque, et qu'en le lisant, je m'apercevais que j'avais adoré le bouquin, mais que mon commentaire ne m'aidait absolument pas à m'en souvenir.
@Arabella riait aux éclats, disant que c'était ça d'écrire des avis sans résumer le livre... piteuse, je me réconfortais dans mon plat de poulet biryani.

Ce matin, je retourne lire les avis, et là ! Non mais là !
@Arabella ! Tu as dis ça :
Arabella a écrit:Il est impossible de résumer ce livre, qui malgré son titre de roman ne contient pas de récit structuré, il s'agit de fragments, de morceaux, d'histoires de personnes ou de lieux, mélangés à une sorte de journal de la narratrice, narratrice dont ne nous savons presque rien, et qui paraît pourtant ressembler à l'auteur elle-même.

Non mais HAN !



_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7000
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Queenie Sam 30 Nov - 10:44

Et voilà mon avis sur, qui date de 2012 (que j'aurais bien aimé feuilleté pour m'en rappeler, parce que ça a l'air vraiment bien... mais je ne l'ai plus chez moi)


Maison de jour, maison de nuit


C'est fabuleux ! Je suis bien contente d'être aller fouiller du côté des auteurs polonais dont parle Arabella. Jamais de ma vie je n'aurais ouvert ce livre d'Olga Tokarczuk sinon.
Et c'est un livre vraiment incroyable.

De la poésie humaine, avec des points de mysticisme, de croyances, et de questionnements philosophiques. Une écriture vraiment très prenante : parce que d'une apparente simplicité (comme une petite bonne femme vous raconterait les histoires de son village, un soir, au coin d'un feu, avec une boisson chaude) d'où surgit des morceaux d'une poésie métaphorique très forte. Proche de la Nature, des éléments (une rivière qui passe par la cave d'une maison. Un incendie qui tourne sur lui-même et s'éteint. De la terre, de la rhubarbe, des myrtilles. Des chemins), proche des gens, de leurs questionnements, sur le comment être au monde, être dans le monde, l'appartenance à l'univers, à un Grand Tout. Et de tout ça une espèce de douce solitude.

Les textes se croisent, se décroisent, sont parfois très réalistes, parfois très mystiques, à d'autres moments très drôles ou terriblement tragiques. C'est vrai, comme le dit Arabella, que ça manque peut-être d'un vrai corps pour la narratrice. Du coup, ces morceaux peinent à être un tout et à maintenir une cohérence. Mais une fois que ce parti pris est accepté, c'est tout bon.
Je savoure chaque moment, qui sont pourtant tous si différents.

Et comme à l'époque j'étais hyper consciencieuse, je notais des extraits

Beaucoup de discussions philosophico-poétique avec Marta, la vieille voisine.


Marta disait que le cheveu, pendant qu'il pousse, emmagasine les pensées. Il les accumule sous forme de mystérieuses particules. C'est pourquoi, quand on veut oublier, changer quelque chose dans sa vie, repartir de zéro, il faut couper ses cheveux et les enterrer.
"Mais alors, qu'en est-il de ceux qui se mettent sur la tête une perruque faite avec les cheveux d'autrui ? questionnai-je.
- Cela nécessite du courage, répondit Marta. Il faut assumer les pensées de la personne dont proviennent les cheveux. Il faut faire avec, être résistant. Et puis, on ne doit pas porter la perruque tout le temps, il faut se montrer prudent."
[...]
Elle n'appréciait pas, soit dit en passant, les cheveux teints - particulièrement ceux qui avaient été décolorés. Elle prétendait que cela empêche le cheveu d'être un accumulateur de pensées. La teinture les détruit ou les déforme. De tes cheveux deviennent "vides" et artificiels. Mieux vaut les couper et les jeter aussitôt. Ils sont morts, dépourvus de mémoire et de destinée.


"Pour connaître le monde, ce n'est vraiment pas la peine de sortir de chez soi", déclara soudain Marta, alors que nous étions en train d'écosser des petits pois sur les marches devant sa maison.[...] Marta faisait allusion à l'inutilité des voyages.
En voyage, il faut s'occuper de soi, se débrouiller, s'observer, s'adapter au milieu ambiant. On est concentré sur sa propre personne, préoccupé de soi. En voyage, on finit toujours par se retrouver face à soi, comme si l'on était le but du voyage. Alors qu'à la maison, on est tout simplement là, on n'est pas obligé de lutter, de conquérir quoi que ce soit. On n'a pas à se préoccuper des horaires des trains ni de leurs correspondances, on peut se dispenser d'émerveillements et de déceptions. Tel un vêtement, on peut se suspendre à un crochet, et c'est alors qu'on voit le plus de choses.


Et des moments de silence. Le monde autour. L'homme tout petit dedans. La Nature, palpable, vivante.


Chaque conversation s'épuisait d'elle-même, et nous restions assises côte à côte sur les marches qui conduisaient à sa maison ou bien sur les chaises métalliques de ma terrasse qui commençaient à se rouiller après les pluies de l'année précédente. Le silence dont les graines s'étaient répandues entre nous, e silence semé à tout vent, voilà qu'il poussait, envahissait tout, mangeait goulûment notre espace. Plus moyen de respirer. Et plus nous nous taisions, plus il devenait impossible de prononcer quelque parole que ce fût, et chaque minute de silence rendait inconsistants et futiles tous les sujets imaginables. Il arrivait à ce silence d'être velouté, chaud comme du polystyrène, agréable au toucher, sec et soyeux. Mais je craignais parfois que Marta n'éprouve pas la même chose que moi, et ne porte atteinte à notre silence par quelque intempestif "Eh bien, voilà..." ou "C'est comme ça, on n'y peut rien..." ou ne serait-ce que par un innocent soupir. Et cette peur, dès lors, me gâchait tout le plaisir du silence, puisque je devenais, à mon corps défendant, sa gardienne, sa prisonnière, me contractais quelque part à l'intérieur de moi, me recroquevillais dans l'attente inquiète de l'instant où ce silence merveilleux, sans accroc, évident, librement consenti, allait devenir insupportable, finirait par se briser. Et qu'allions-nous nous dire à ce moment-là, Marta ?
Mais Marta se montrait toujours plus sagace que moi. Elle se levait sans bruit, s'éloignait en catimini, rejoignait sa rhubarbe, ses perruques rangées dans des cartons, et la plante élevée par nos soins conjugués, notre silence partagé, lui emboîtait le pas, s'étirait, foisonnait, dix fois plus robuste qu'avant. Et je demeurais plongée dedans toute seule, réduite à deux dimensions, sans propriété aucune, dans une semi-existence qui ne saurait être autre chose qu'une illumination étirée dans le temps.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7000
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Arabella Sam 30 Nov - 12:38

Ah, les souvenirs..... Olga Tokarczuk  - Page 2 2993392232

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Aeriale Sam 28 Déc - 9:33

eXPie a écrit:Ah oui, je m'étais mal exprimé, bien sûr ce n'est pas ce livre qui a été adapté. Je voulais juste dire que pour le moment je n'ai vu que ce film, mais pas encore lu de livres, et que Dieu, le Temps... sera mon premier.

Arabella a écrit:Très bon choix.

Tout comme @eXPie, Dieu, le temps...sera aussi mon premier! Je finis celui en cours (L'imprudence)

Ca va me changer!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11485
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Arabella Sam 28 Déc - 14:21

C'est sûr !

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Aeriale Dim 29 Déc - 10:53

:-D

C’est clair! 

Ceci dit, bien que le sujet de L’imprudence ne m’emporte pas spécialement, je reconnais que l’auteure a une écriture assez fine... c'est juste surprenant parfois!

( Désolée pour le fil, je me croyais sur celui des lectures du mois !)
Aeriale
Aeriale

Messages : 11485
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par domreader Dim 28 Fév - 11:24

Sur Les Ossements des Morts
Olga Tokarczuk
 
Quel titre curieux tiré d’un poème de William Blake, poète engagé mystique et philosophe, d’ailleurs chaque chapitre comporte en exergue une citation de Blake.
 
Janina Doucheyko, l’héroïne du roman est elle-même une admiratrice du poète qu’elle traduit avec un ami à ses heures perdues.
Au début du roman elle découvre un de ses voisins mort mystérieusement étouffé par un os de biche. Ce n’est que le début d’une suite de morts mystérieuses de chasseurs qui auront lieu dans le village de Janina. Ces meurtres ne sont que le fil rouge du roman, mais ce livre est avant tout le portrait de cette femme, qui, sous des dehors bien ordinaires est un personnage hors du commun.
 
De l’extérieur ce n’est qu’une femme vieillissante de santé fragile vivant à l’écart dans un hameau à la frontière tchèque. Mais Janina est tout autre chose, ancienne ingénieure des Ponts et Chaussées, elle s’est retirée à l’écart du monde, en pleine nature. Elle est férue d’astrologie, et prétend que ce sont les calculs nécessaires à l’établissement d’un thème astral qui l’ont attirée vers cette ‘science’ ; d’ailleurs pour elle, tout évènement est prévisible, calculable et relié aux planètes. C’est une femme indépendante, amoureuse de la nature et des animaux. Elle est végétarienne, cultive son jardin et abhorre les viandars de chasseurs alcoolisés qui viennent jusque dans les jardins poursuivre leurs proies et tuer les chiens qui les gêneraient. D’ailleurs elle a une théorie sur les morts mystérieuses qui frappent le coin, elle est persuadée que c’est la nature qui prend sa revanche. Elle passe, bien sûr, pour une vieille illuminée et les nombreuses plaintes qu’elle a adressées à la police sont restées sans suite.
 
J’ai beaucoup aimé ce personnage de femme révoltée, cet esprit libre qui lutte comme elle le peut contre la crasse ambiante, contre l’inéluctable marche du monde. Ce portrait est fait de petits récits, d’anecdotes élégamment entremêlées qui finissent par former un roman. J’ai aussi aimé l’esprit intelligent et bienveillant du livre, les personnages principaux, qui sont solitaires et originaux, parfois récurrents, ou seulement de passage. C’est finalement une forme de fable actuelle très attachante qui prend le contrepied d’une époque qui a perdu du sens, le sens. Vraiment un très bon moment de lecture.


Dernière édition par domreader le Jeu 21 Avr - 10:49, édité 3 fois

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3446
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Olga Tokarczuk  - Page 2 Empty Re: Olga Tokarczuk

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum