-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

Sarah Jollien-Fardel

4 participants

Aller en bas

Sarah Jollien-Fardel Empty Sarah Jollien-Fardel

Message par Queenie Lun 8 Aoû - 9:36

Sarah Jollien-Fardel
Sarah Jollien-Fardel Sarahj10

Née en 1971, SARAH JOLLIEN-FARDEL a grandi dans un village du district d’Hérens, en Valais. Elle a vécu plusieurs années à Lausanne, avant de se réinstaller dans son canton d’origine avec son mari et ses deux fils. Devenue journaliste à plus de trente ans, elle a écrit pour bon nombre de titres. Elle est aujourd’hui rédactrice en chef du magazine de libraires Aimer lire. Les lieux qu’elle connaît et chérit sont les points cardinaux de son premier roman : Sa préférée

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Sarah Jollien-Fardel Empty Sa préférée

Message par Queenie Lun 8 Aoû - 10:10

Sarah Jollien-Fardel Przofz10

Sa préférée (Éditions Sabine Wespieser, 25/08/22)

Ô Lecteurs et Lectrices férues de soleil, de bonne humeur, d'amour, de bonnes blagues, passe ton chemin.
Ici, ça va parler pauvreté, violence conjugale, inceste, perverse narcissique, suicide... un petit mélange bien secoué pour un livre sur la construction de soi : On se construit avec ce que l'on peut. Puis vous savez, l'expression du fumier et de la fleur (je vous laisse retrouver l'expression exacte, ça ne me vient pas)

Alors voilà, maintenant vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

Ce roman est superbe !
Très bien écrit, très fort, au plus près des réflexions, sentiments, expériences de la narratrice, Jeanne.
Jeanne vit dans un petit village du Valais (un coin de Suisse où y'a plus de vaches que d'habitants). La vie à la campagne, pas funky du tout : microcosme, tu ne peux rien faire sans que tout le monde le sache, tu t'ennuies, et surtout, si ton père alcoolique frappe ta mère et ta sœur à bâtons rompus, tous les gentils villageois détournent poliment le regard.
Jeanne, elle en peut plus.
Dès qu'elle peut : Ciao les gars, vive Sion.
(Un peu ingrate, elle abandonne sœur et mère, sans se demander plus loin que le bout de son p'tit nez, comment cette dernière est parvenue à lui payer ses études alors qu'elle économise sur les pelures de patates... Mais Jeanne s'en mordra le doigt. En même temps, la Survie, ça fait des dégâts)

Jeanne croit en son intelligence, en une nouvelle vie possible. Genève c'est grand, c'est anonyme. Elle s'intègre plus ou moins, évite toujours de parler d'elle et d'où elle vient. De toutes façons, elle a coupé les ponts. Elle veut être une autre.

Installée à Lausanne, elle découvre la natation. Dans l'eau du lac, elle s'épanouit, trouve l'apaisement, la maîtrise de soi, le seul moment où elle se fait plaiz sans penser au regard de l'autre. C'est son petit rite.
Bon puis Jeanne cumule - ça commençait presque à devenir trop facile faut dire - elle est attirée par les femmes. Heureusement, alors qu'elle se dépatouille mal en relations amicales, son homosexualité risquait de sombrer dans l'abstinence totale si Charlotte ne lui avait volé un baiser.

Vous sentez que ça devient trop la joie facile ?

Charlotte est une personne riche, égoïste, capricieuse, superficielle. Elle ne veut pas finir comme ses parents : père très riche, vieux, mère botoxée et angoissée, mais on sent qu'elle est à "ça" de reproduire le schéma.
Scènes puissantes lorsqu'en jeune et fringant couple de lesbiennes, elles vont en Valais voir la famille de Jeanne. Charlotte qui s'extasie devant tout, parce que c'est trop champêtrement beau et authentique, pendant que Jeanne se fait un ulcère, sans que l'autre ne remarque rien.

Évidemment, ça va un peu être le début de la fin du couple.

...

Et encore tant d'épreuves attendent la Jolie Jeanne.

...

Ce livre est rude, écrit au rythme de petits uppercuts qu'on se prend dans l'œil. On voit la coquille de Jeanne se former, se durcir, puis se fendiller de partout. C'est beau, intense, tragique. Il y a aussi beaucoup de force, que Jeanne puisera en elle, souvent en lutte contre la culpabilité d'abandonner les siennes à ce monstre, à la solitude et aux traumatismes. Un personnage qui va évoluer, avec sa complexité, de celle qui aura tout rejeter mais qui finira par revenir à ses racines, par comprendre qui étaient réellement sa mère et sa sœur, par accepter l'identité enracinée dans la terre du Valais.

C'est un livre de bataille, qui montre les dévastes provoqués par la violence d'un mari et d'un père. Que le prix à payer, l'est par les victimes. Dans la force ou dans la soumission.

...

Je vous laisse savourer la Joie émanant de ces lignes.
(Franchement j'aimerais des livres moins durs, moins horribles, mais quand ils sont écrits avec une si belle plume, je ne peux résister à dire : lisez-le)

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Sarah Jollien-Fardel Empty Re: Sarah Jollien-Fardel

Message par Aeriale Mar 18 Oct - 9:31

-Sa préférée-


Sacré coup de poing que ce premier roman de Sarah Jollien- Farrel, bénévole dans une association en aide aux femmes battues et qui nous livre en quelques pages un récit serré, tendu jusqu’à l’os, qu’elle a retouché et re-retaillé jusqu’à nous en laisser le plus âpre, le plus percutant: L’essentiel en quelques chapitres.

Comme l’a très bien résumé @Queenie, Jeanne vit dans un petit village du Valais avec sa sœur et sa mère, sous le joug d’un père violent, alcoolique et cruel, qui les martyrise continuellement sous le regard complaisant des voisins et même du médecin de famille. Marquée par la honte et la haine, elle réussit néanmoins à s’échapper de cet enfer et tente de se frayer une sortie, élaborant loin des siens un semblant de vie à Lausanne. Mais rattrapée par la culpabilité et les ravages d’une enfance pillée, elle aura bien du mal à s’en extraire complètement. 

L’auteure nous fait vivre son calvaire, elle nous plonge direct dans l’horreur. Par des mots simples, un style souple et dénué d'arrifice, on partage l’atrocité de son quotidien, ses espoirs, ses luttes et ses petites victoires. C’est une véritable claque, un appel désespéré mais lucide qui met en lumière tous ces manques dont nous sommes parfois témoins, une lâcheté tolérée, les non dits qui tissent une toile asphyxiante et dont les victimes ne peuvent se libérer. 

Ça se lit dans un souffle, sans répit, j’ai carrément été happée, bouleversée, sans jamais avoir l’impression d être manipulée. Un récit fort, sans appel, indispensable. Et malgré la noirceur du sujet, il évite royalement le scabreux. A ne pas rater!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11548
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Sarah Jollien-Fardel Empty Re: Sarah Jollien-Fardel

Message par Queenie Mar 18 Oct - 12:31

Waouh, super commentaire !
Ça va peut-être motiver les gens

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7008
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

Sarah Jollien-Fardel Empty Re: Sarah Jollien-Fardel

Message par Liseron Mar 18 Oct - 13:20

Queenie a écrit:Waouh, super commentaire !
Ça va peut-être motiver les gens
Moi c’est fait, je l’ai réservé à la médiathèque  angelnot Je gagne quoi ?

_________________
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux" Jules Renard
Liseron
Liseron

Messages : 4139
Date d'inscription : 02/01/2017
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Sarah Jollien-Fardel Empty Re: Sarah Jollien-Fardel

Message par domreader Mar 18 Oct - 17:02

Liseron a écrit:
Queenie a écrit:Waouh, super commentaire !
Ça va peut-être motiver les gens
Moi c’est fait, je l’ai réservé à la médiathèque  angelnot Je gagne quoi ?

C'est sûrement très beau, très bien écrit, mais j'ai du mal avec le sujet. Je crains bien de ne pas être dans le bon état d'esprit pour le lire en ce moment. Il y a des moments où l'on est plus sensible que d'autres.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3465
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Sarah Jollien-Fardel Empty Re: Sarah Jollien-Fardel

Message par Aeriale Mer 19 Oct - 8:57

domreader a écrit:
Liseron a écrit:
Queenie a écrit:Waouh, super commentaire !
Ça va peut-être motiver les gens
Moi c’est fait, je l’ai réservé à la médiathèque  angelnot Je gagne quoi ?

C'est sûrement très beau, très bien écrit, mais j'ai du mal avec le sujet. Je crains bien de ne pas être dans le bon état d'esprit pour le lire en ce moment. Il y a des moments où l'on est plus sensible que d'autres.

J’espère que ça va le faire oui, @Queenie! C’est le deuxième de la rentrée qui pour moi sort du lot, merci à toi Very Happy

@Liseron, tu devrais aussi accrocher, car bizarrement ça se lit d’une traite, l’auteur n’appuie pas et ne se complaît pas dans le marasme . Ce que craint peut être @Domreader!

Mais je comprends très bien qu’on ait des moments propices ou  non pour ce genre de roman...
Aeriale
Aeriale

Messages : 11548
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Sarah Jollien-Fardel Empty Re: Sarah Jollien-Fardel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum