A l'affiche

+14
Pia
eXPie
domreader
Nightingale
Mordicus
kenavo
MezzaVoce
Aeriale
Ovalire
darkanny
silou
Liseron
Merlette
Moune
18 participants

Page 51 sur 57 Précédent  1 ... 27 ... 50, 51, 52 ... 57  Suivant

Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Sam 29 Juil - 10:35

-Barbie -


A l'affiche - Page 51 Oif_1211


Ma petite nièce voulant voir ce fameux film, j'ai tenté l'expérience, me disant qu'il réserverait peut-être une belle satire sous le côté outrageusement kitsch. L'ouverture, la parodie grandiose de 2001 l'Odyssée de l'espace, promettait quelque chose d'audacieux et les premières scènes de Barbieland colorées jusqu'à l'overdose sont bluffantes. On se dit que c'est bien fichu, dans le genre. Une Barbie parfaite dans son monde merveilleux qui soudain se découvre les pieds plats, de la cellulite, des idées noires et doit quitter son univers enchanté pour affronter la vraie vie avait de quoi intriguer...

Et puis très vite ca s'enlise. Passés les premiers gags avec ce Ken à la ramasse (Ryan Gosling a dû bien s'éclater dans ce rôle) la confrontation vie réelle -virtuelle tombe rapidement dans du n'importe quoi, avec un énième discours sur le rapport hommes/ femmes et leur revanche dans une illustration plutôt lourdingue qui traine terriblement en longueur.

J'ai regardé souvent ma montre dans la deuxième partie mais ma petite nièce était aux anges. Je ne sais pas trop ce qu'elle en a retiré mais je crois que le mix ado/ adulte ne pouvait donner que du tiède. Enfin, un moment partagé à la gloire des Barbies (surtout de Matell ) ça se prend quand même sans rechigner, surtout quand la nostalgie pointe. 

Je ne sais pas à combien s'élève leur budget mais ici tout est question de marketing, on en est bien conscient ;-) 

A l'affiche - Page 51 Oif_1312
(Girly à fond!!)
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Mar 1 Aoû - 9:29

J'ai Beaucoup Aimé !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7010
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Mer 2 Aoû - 10:39

Les ombres persanes


A l'affiche - Page 51 Oip_3410


A Téhéran, une jeune femme Farzaneh, coincée dans les embouteillages, croit apercevoir son mari Jalal en ville alors qu'il est censé travailler à l'extérieur. Le filant, elle le voit entrer dans un appartement où une femme l'attend. Lorsqu'elle confronte Jalal à cette annonce, il affirme s'être absenté et lui prouve son innocence. Menant son enquête à son tour il découvre alors que sa femme et lui même ont un parfait sosie..

Le début est prenant, on se dit que l'intrigue va porter sur quelque chose de fort. Mais dès que le sosie de  Farzaneh apparait, le doute est bien là. Ca fait beaucoup de sosies et un peu trop d'invraisemblances, d'autant qu'aucune explication n'est exploitée et que les supposées hallucinations de Farzaneh, dûes à son traitement stoppé, tombent à l'eau. 

Passé ce premier trouble, l'histoire patine un moment (d'autant que pour nous spectateur, il faut sans cesse resituer les personnages à leur place) puis prend davantage de consistance dans la seconde partie, les deux sosies (Bita et Mohsen) se révélant chacun mieux assortis à l'autre. Un jeu de double s'installe alors et la fin, dans un suspense assez malin, nous prend à rebours pour terminer sur un véritable film noir. 

Au final, ça se laisse bien voir, même s'il n'est pas aussi "vertigineux" que l'affiche le décrit ;-) 

A l'affiche - Page 51 Oip_3510
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Jeu 3 Aoû - 8:34

-Yannick-


A l'affiche - Page 51 51804810


Au cours d'une pièce de boulevard quelconque, les acteurs sont brusquement interrompus par un des spectateurs trouvant que le résultat est nul et qui se met en tête de reprendre le contrôle...

Un film dans la pièce, qui part dans une sorte de délire absurde, joue sur l'imprévisibilité du personnage pour nous tenir en haleine entre deux éclats de rire, et termine en beauté sur le caractère mi dingue, mi tragiquement humain de ce grand gosse en fort besoin de reconnaissance. C'est drôle, efficace et même très touchant sur la fin. Une heure et un peu plus de réel plaisir, Allez y! 

A l'affiche - Page 51 Oif_1610
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Mer 30 Aoû - 21:15

-Anatomie d'une chute-


A l'affiche - Page 51 Th_1011


J'hésitais à y aller. En général les films- procès me semblent toujours pesants, attendus, plombants en résumé.

Ici Justine Triet aborde le thème de ce couple déchiré et du drame qui en découle en alternant les scènes vécues, l'enquête en elle même et le proçès, de façon originale. On est au coeur de l'intrigue, pris à témoin, autant par la façon de filmer (Parfois de gros plans qui ne nous lâchent pas, parfois une image floutée, aux contours indécis comme si on était gêné réellement par quelqu'un devant nous) que celle de nous immiscer dès le début dans le drame qui s'est joué dans ce coin perdu.

A l'affiche - Page 51 Th_1110

Cette femme un peu mystérieuse que tout accuse, son mari écrivain en mal de reconnaissance...On ne sait plus qui des deux manipule l'autre, ni où se situe la vérité. Et on cherche à comprendre pourquoi ils en sont arrivés là. Tout est analysé, disséqué sous nos yeux, et tout reste à interpréter de notre part, suivant les éléments et les témoignages qui se succèdent au point que le doute ne nous lâche pas et que jusqu'à la fin rien ne nous parait évident. 

Vraiment un très bon film, dense, intelligent, qui nous interroge et ne nous laisse pas de répit. Les acteurs, Swann Arlaud, Sandra Hüller et le petit garçon, bouleversant, sont tous excellents. Les dialogues tout autant, bref, une réussite. Je n'ai pas vu les deux heures et demi passer. Une Palme d'Or méritée selon moi, Allez y! 

A l'affiche - Page 51 Th_1210
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par domreader Jeu 31 Aoû - 8:17

Même ressenti que toi @Aeriale. Intéressant aussi le côté justice où l'on dissèque la vie privée d'un couple faute de preuves. Un procès mené à charge. J ai aussi aimé cette fin où chacun ne peut manquer de se faire sa propre opinion, ou de rester dans le doute...

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3469
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Jeu 31 Aoû - 8:30

Bien tentant

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7010
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Dim 10 Sep - 18:20

-Le ciel rouge-


A l'affiche - Page 51 5zed610


Deux amis partent au bord de la Baltique dans la maison de famille de l'un d'eux pour bosser. Léon sur un roman qu'il peine à finir, Félix sur un projet photos. Sur place ils découvrent la présence inattendue de Nadja, jeune femme libre et indépendante qui entretient une vague relation avec le maître nageur. 

Petite comédie de moeurs sur les jeux de séduction qui restent étouffés ou s'enflamment alors qu'on ne s 'y attend pas. En fond, l'urgence du feu et les dangers tapis dans l'ombre.

A l'affiche - Page 51 30498612

Je ne savais pas trop ce que j'allais voir ni que ce film était du même réalisateur que Barbara et Phoenix (que j'avais beaucoup aimés) Celui ci sur un thème assez banal est aussi à part. En partie pour le jeu très intériorisé de l'acteur principal, écrivain un peu cynique tellement à la recherche de reconnaissance qu'il ne voit pas la valeur des autres. La fin est relativement inattendue et apporte un petit plus à l'ensemble. Un bon moment au charme particulier, je ne regrette pas!
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Arabella Dim 10 Sep - 20:00

Merci pour ton commentaire, j'hésitais un peu, là je pense y aller.
J'ai vu L'anatomie d'une chute, rien à ajouter à ton commentaire, vraiment un très bon film.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Lun 11 Sep - 8:21

J'ai aussi adoré Anatomie d'une chute !

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 7010
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : Stable.

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Lun 11 Sep - 9:56

Arabella a écrit:J'ai vu L'anatomie d'une chute, rien à ajouter à ton commentaire, vraiment un très bon film.

Queenie a écrit:J'ai aussi adoré Anatomie d'une chute !

Oui, vraiment le meilleur de ces derniers mois  cheers

Sinon j'ai vu Fermer les yeux


A l'affiche - Page 51 Oip_4310


Lors d'un tournage à Madrid, un acteur célèbre disparait subitement sans laisser de traces. L'affaire est enterrée et on conclut à un accident. Vingt deux ans plus tard, le meilleur ami du disparu, qui était aussi le réalisateur, est invité sur une chaine télé en tant que témoin pour une émission relatant les affaires classées sans suite. Dès lors il va replonger dans son passé et tenter de comprendre.

Le début m'a accrochée, le thème du film dans le film, le retour sur le passé, pourquoi pas...J'étais dans de bonnes dispositions et l'acteur principal est attachant. Mais dans quoi s'est embourbé le cinéaste? C'est long, très long, empli de silences pas toujours indispensables, de pistes qui n'en sont pas et le final quand il survient (enfin) n'apporte rien. Zéro émotion en plus. A mon sens, le film aurait mérité d'être amputé de trois bons quarts d'heure. Dommage  Sleep

A l'affiche - Page 51 26505410
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Arabella Mer 13 Sep - 12:08

Vous avez peu de chance de le voir, mais j'ai beaucoup aimé :






A l'affiche - Page 51 Vera_w10



Tizza Covi et Rainer Frimmel ont une manière très particulière de faire du cinéma. Ils partent de personnages réels, qu'ils cernent au plus près, mais ils mêlent une fiction à l'histoire, coécrite avec leurs acteurs, pour un maximum de naturel. La Vera du film est la fille d'un acteur célèbre il y a quelque décennies dans le film italien, et qui elle même évolue dans le milieu du cinéma. Nous verrons d'ailleurs à un moment une fille de plus célèbre, Asia Argento, dans son propre rôle, où les deux femmes dévissent sur la difficulté de porter le poids de la célébrité du père. Vera Gemma, dans son propre rôle va à des fêtes, fait des castings, mène une existence un peu creuse et factice, avec un physique 100% artificiel. Mais une trame fictionnelle s'invite dans le récit, avec un accident qui fait pénétrer Vera dans une famille pauvre, très loin de son univers un peu creux de paillettes. 
C'est très touchant, un peu triste, jamais idéalisé. Il est très difficile de faire la part entre la fiction et la réalité, cela pose d'ailleurs la question du cinéma d'une manière très intéressante. Mais il y a surtout un personnage magnifique, plein d'humanité, auquel on s'attache, alors qu'au départ ce n'était pas gagné.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Arabella Sam 16 Sep - 21:27

Aeriale a écrit:-Le ciel rouge-


A l'affiche - Page 51 5zed610


Deux amis partent au bord de la Baltique dans la maison de famille de l'un d'eux pour bosser. Léon sur un roman qu'il peine à finir, Félix sur un projet photos. Sur place ils découvrent la présence inattendue de Nadja, jeune femme libre et indépendante qui entretient une vague relation avec le maître nageur. 

Petite comédie de moeurs sur les jeux de séduction qui restent étouffés ou s'enflamment alors qu'on ne s 'y attend pas. En fond, l'urgence du feu et les dangers tapis dans l'ombre.

A l'affiche - Page 51 30498612

Je ne savais pas trop ce que j'allais voir ni que ce film était du même réalisateur que Barbara et Phoenix (que j'avais beaucoup aimés) Celui ci sur un thème assez banal est aussi à part. En partie pour le jeu très intériorisé de l'acteur principal, écrivain un peu cynique tellement à la recherche de reconnaissance qu'il ne voit pas la valeur des autres. La fin est relativement inattendue et apporte un petit plus à l'ensemble. Un bon moment au charme particulier, je ne regrette pas!


C'est plaisant, le personnage principal, Léon, je le vois plus comme quelqu'un qui manque de confiance en lui et qui joue le cynique pour tenter de masquer ses doutes, toujours à contre temps par rapport aux autres, incapable de se laisser aller à tout simplement ressentir les choses. On se demande à la limite pourquoi les autres s'intéressent lui, tant on voudrait lui mettre des claques des fois. 
En fait, c'est toujours la même chose avec ce metteur en scène, sur le coup, je prends vraiment du plaisir à voir ses films, mais il ne faut surtout pas trop analyser, parce qu'il y a quelques facilités et invraisemblances.

_________________
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique ; on se laisse tellement influencer. (Oscar Wilde)
Arabella
Arabella

Messages : 4791
Date d'inscription : 29/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Dim 17 Sep - 11:39

'C est plaisant, le personnage principal, Léon, je le vois plus comme quelqu'un qui manque de confiance en lui et qui joue le cynique pour tenter de masquer ses doutes, toujours à contre temps par rapport aux autres, incapable de se laisser aller à tout simplement ressentir les choses. On se demande à la limite pourquoi les autres s'intéressent lui, tant on voudrait lui mettre des claques des fois. 

Oui, on est bien d'accord. Il manque totalement de confiance en lui, du coup constamment à la recherche de reconnaissance mais il ne sait pas s'y prendre. Il en devient maladroit, rustre parfois! Son égocentricité l'empêche de percevoir les préoccupations des autres, ce qui le rend à la fois distant voire antipathique et forcément frustré. Mais le cynisme est bien, pour moi en tout cas, une forme de mal-être,  un rempart je dirais. 

En fait, c'est toujours la même chose avec ce metteur en scène, sur le coup, je prends vraiment du plaisir à voir ses films, mais il ne faut surtout pas trop analyser, parce qu'il y a quelques facilités et invraisemblances

C'est vrai. Il est loin d'être parfait ce film, mais je ne sais pas pourquoi, il me capte quand même. Il y a souvent chez lui une forme de mystère, un côté sombre, pas vraiment explicité, mais qui laisse plus de latitude au spectateur. C'est peut être ce qui me plait chez lui.
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Mar 19 Sep - 8:14

-Le livre des solutions-


A l'affiche - Page 51 Oif_1710



J'y suis allée un peu par hasard, vaguement incitée par les critiques enthousiastes (autant du public que des professionnels) mais je me demande bien ce qui a motivé leur engouement. On passe 1 heure 40 à suivre les caprices et divagations du metteur en scène censé être Gondry lui même (il doit être insupportable dans la vraie vie) en proie aux affres insondables de la création. Ok, mais si au moins c'était vraiment drôle. Personne ne riait dans la salle et j'ai dû moi même sourire deux fois. 

Un film qui tourne en rond, sans queue ni tête, aux gags souvent poussifs et qui finit un peu n'importe comment. Pierre Niney s'en sort plutôt bien, mais j'ai trouvé le jeu de Blanche Gandin toujours très linéaire. Elle ne sort pas des clous. La seule qui m'as un peu touchée est le personnage de Delphine, la tante du cinéaste. Pour le reste, quel ennui... j'étais contente de sortir :p   Neutral  

A l'affiche - Page 51 Th_1410
Aeriale
Aeriale

Messages : 11554
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 51 Empty Re: A l'affiche

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 51 sur 57 Précédent  1 ... 27 ... 50, 51, 52 ... 57  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum