Le Deal du moment :
Vinland Saga Tome 27 édition Collector : ...
Voir le deal

A l'affiche

+14
Pia
eXPie
domreader
Nightingale
Mordicus
kenavo
MezzaVoce
Aeriale
Ovalire
darkanny
silou
Liseron
Merlette
Moune
18 participants

Page 48 sur 50 Précédent  1 ... 25 ... 47, 48, 49, 50  Suivant

Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Lun 23 Jan - 9:58

-Les Banshees d'Inisherin-


A l'affiche - Page 48 Oip10


Deux amis, autrefois très proches, se retrouvent subitement comme étrangers lorsque l'un d'eux décide sans raison apparente de rompre cette relation. 

C'est magnifiquement filmé, les paysages de cette île irlandaise sont beaux à couper le souffle et j'ai fondu dans l'histoire sans m'embêter une seconde. Tout comme le personnage joué par Colin Farrell, on cherche à comprendre le pourquoi du comment, le cinéaste Martin Mc Donagh  n'hésitant pas à forcer le trait quitte à tomber dans l'absurde. Les dialogues sont parfaitement ciblés et la guerre civile toute proche souligne bien cette idée de cassure inexpliquée.

A l'affiche - Page 48 Les-ba10

Bref, un beau film mais dont j'ai surtout retenu au final la tristesse, le vide d'existences isolées confrontées à la solitude et l'ennui, à ce besoin de chercher un sens sans toujours le trouver. Bien différent de Three bilboards c'est sûr, mais à voir. 

A l'affiche - Page 48 Oip_211
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Lun 23 Jan - 17:44

-Nostalgia -


A l'affiche - Page 48 E14fcd10


Après avoir fait fortune loin de sa ville natale, un homme revient à Naples revoir sa mère et les lieux de son enfance plus de 40 ans après. Issu d’un quartier défavorisé, la Sanità, il redécouvre une violence qu’il avait fuie, amplifiée par une mafia locale semant la terreur dont le chef est bien connu de lui 

A l'affiche - Page 48 F4d9ff10

Un bon film pas forcément joyeux ;-) mais qui retranscrit bien l’ambiance napolitaine, ses ruelles encombrées, ses cris, ses vieux qui observent, mais aussi sa beauté sauvage. De la nostalgie à revendre, c’est sûr, avec cet acharnement du personnage à retrouver son ami coûte que coûte, son frère comme il l’appelle, et recréer un lien illusoire. 

La fin est abrupte même si on la voir venir de loin, et il y a quelques longueurs sans doute. Mais perso je ne l’es ai pas senties. J’étais bien dans cette atmosphère nostalgique! La Bo et la photo sont au poil. Un bon moment! 

A l'affiche - Page 48 Ff9ba310
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Jeu 26 Jan - 19:27

Nos soleils 

A l'affiche - Page 48 44e7f410


En Espagne, dans un petit village de Catalogne, une famille exploite le terrain du grand père sur lequel poussent des pêchers. Un jour ils apprennent que le propriétaire en titre est leur voisin, aucun papier n’ayant été signé à l’époque d’une « donation » à l’ aïeul, et que des panneaux solaires seront installés à la place de leurs cultures. Aussitôt les dissensions apparaissent entre les membres de cette famille pourtant très unie au départ. 

A l'affiche - Page 48 Fa30fd10

J’ai lu que la réalisatrice connaissait bien le sujet, étant issue d’un milieu d’agriculteurs. Le film dénonce donc la production de masse des grands groupes et la difficulté des petits exploitants soumis à la concurrence. Elle filme chaque séquence de ce quotidien, les moments joyeux comme ceux plus rudes et réalistes. 

C’est bien rendu et très authentique, on est réellement plongés dans cette ambiance,  mais j’avoue que j’ai vraiment trouvé le temps long au bout de ces répétitions de gestes et d’habitudes rurales, même si cela a forcément du charme. Dommage, bien mais pourquoi étirer ainsi dans la durée?

A l'affiche - Page 48 4dfc9810
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Sam 11 Fév - 11:11

-La famille Asada-


A l'affiche - Page 48 Oip_1110


Le film est tiré d'une histoire réelle, celle d'un jeune un peu indécis, un peu en marge, qui s'est fait connaître grâce à ses portraits de famille décalés les représentant dans des rôles atypiques, en rapport avec leurs rêves profonds

A l'affiche - Page 48 Oip_810

On suit le parcours du personnage principal dans une première partie assez drôle, on se laisse facilement embarquer car le ton est fantaisiste, résolument léger. Mais la seconde partie casse cette impression, on le retrouve sur les traces du tsunami de 2011, à la recherche de photos perdues dans les décombres et l'ambiance devient soudain plus sombre. Et surtout pesante. Beaucoup de répétitions, de scènes un peu trop placardées, bref à regarder la montre...

A l'affiche - Page 48 412b7810

Heureusement la fin nous prend à rebours et je suis sortie le sourire aux lèvres.  Un joli moment sur l'importance du souvenir, de ce qui reste quand le reste s'effondre. Et sur les liens familiaux bien sûr. Sympathique!
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Dim 12 Fév - 9:56

Ah oui !
Je l'ai adoré !
Hyper touchant, très intéressant le rapport à la photo, ça part d'un truc plutôt funky et attendrissant, à un aspect plus profond, symbolique et indispensable.

Le rapport aux autres, l'écoute, le regard.
La question du deuil est très présente, notamment.

Au contraire d'@Aeriale, je n'ai pas du tout regardé la montre. Je ne sais pas quels étaient les moments répétitifs ? J'étais vraiment très prise dans l'intrigue, l'esthétique du film est aussi très belle (tout en étant très discrète). Parfois j'étais juste plongée dans l'atmosphère.

Et puis, c'est un film qui fait du bien, sincèrement naïf comme les japonais savent si bien le faire

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 6601
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Lun 13 Fév - 8:47

Queenie a écrit: 
hyper touchant, très intéressant le rapport à la photo, ça part d'un truc plutôt funky et attendrissant, à un aspect plus profond, symbolique et indispensable.

Le rapport aux autres, l'écoute, le regard.
La question du deuil est très présente, notamment.

Oui, je suis d'accord, le rapport aux autres, ce côté bienveillant, la photo vue comme mémoire du temps qui n'est plus, tout ça c'est très bien. J'ai été bien embarquée...

Mais il y avait au moins 20 minutes de trop pour moi, lors de la restauration des photos, après le tsunami. C'est souvent le problème dans le cinéma actuel en général...Je ne sais pas pourquoi les cinéastes en rajoutent ainsi.
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Mar 14 Fév - 8:42

J'ai l'explication, pourquoi les films sont tellement plus longs.

Avant, le montage était supervisé par les producteurs. En plus du fait qu'ils avaient un regard extérieur sur l'œuvre, et pouvaient peut-être sentir quand des passages étaient redondants ou inutiles, ils pensaient rentabilité. Et tout simplement, quand un film fait moins de deux heures, sur une journée en salle, il gagne une séance, donc potentiellement des entrées en plus.
Quand un film est plus long, forcément, une séance (ou deux parfois) sautent. Donc moins d'entrées.

Aujourd'hui, les réalisateurs et réalisatrices ont la main sur leur montage. Et cela doit être difficile de couper une scène, on pense forcément qu'elle apporte quelque chose (aussi par la répétition et l'allongement du temps qu'elle peut provoquer), on a plus de mal à se mettre à la place du spectateur.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 6601
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Mar 14 Fév - 15:08

Ah ben voilà une explication, en effet! 

Mais je me demande s'il ne vaut pas mieux parfois se mettre à la place du spectateur. J'imagine que vu les budgets ils rechignent à couper, mais pour moi le vrai talent est de faire concis tout en faisant passer le message. 

Enfin bref. A propos de film lent, j'ai en vu un que j'ai aimé (ça m'arrive!)
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Mar 14 Fév - 15:20

-Le retour des hirondelles-


A l'affiche - Page 48 27809610



Au sein d'une campagne en Chine, deux laissés pour compte se retrouvent mariés à leur insu par leur famille respective pour qui ils représentent un poids. Au fil des jours, ce couple peu assorti et qui ne se connait pas, va s'apprivoiser, se construire un quotidien et à force de volonté et de courage se bâtir une nouvelle vie loin des bouleversements et  des trafics en tout genre.

A l'affiche - Page 48 Oip_1410

Le film est lent, très contemplatif encore, entre rudesse et beauté sauvage. Cette fois bizarrement je n'ai pas trop trouvé le temps long. J'ai plutôt été prise par la sensibilité, la fraîcheur qui se dégagent de ces scènes où on les voit tour à tour trimer, battir, semer et récolter sans rechigner à la tâche, juste entrecoupées de quelques moments de joies simples. L'achat d'un manteau, la cage illuminée pour leurs poussins, leurs petits gestes de compassion pour l'autre.

A l'affiche - Page 48 Le-ret10 

Et surtout ce film nous montre le revers de l'industrialisation de la Chine, le décalage entre modernité et ce monde rural voué à la disparition, toute la spéculation qui l'entoure.


C'est plein de charme, sans fard aucun et sans apitoiement non plus. Et c'est surtout magnifiquement filmé, avec des jeux de lumière à couper le souffle. A voir! 

A l'affiche - Page 48 44688410
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Ven 17 Fév - 14:03

-La femme de Tchaïkovski-

1A l'affiche - Page 48 Oif_610

Le film, inspiré de l'histoire réelle de Tchaïkovski, ou du moins de son mariage arrangé avec une jeune fille de la bonne société, est superbe au niveau de la photographie. Des longs plans d'une folle élégance nous entrainent dans la Russie de l'époque, on suit les personnages, et principalement Antonina, dans cette foule bigarrée, pauvre et bigote, dans les rues boueuses de cette fin de siècle où la misère est partout. 

A l'affiche - Page 48 Th_310

Une ambiance froide, pour raconter l'amour fou, inconditionnel, obstiné mais surtout à sens unique qui vouera à sa perte (et celle de Tchaïkovski aussi, en partie) cette jeune moscovite, élève du compositeur. Peu de scènes au final avec lui où il apparait toujours raide, cynique, piégé dans cet accord où la convenance est pour lui, la base. (Et la dot aussi!) Mais bizarrement son homosexualité n'est que suggérée pendant toute une partie du film, le cinéaste reste dans le flou au début, peut-être pour cadrer avec les interdits de l'époque..

A l'affiche - Page 48 53809210

Dans la dernière partie, trop longue sur la fin j'ai encore trouvé, l'héroïne bafouée navigue entre démence et rêves hallucinatoires, et c'est magnifique visuellement. Par contre, on quitte le classicisme pour un style beaucoup plus onirique, limite déjanté et c'est pas toujours évident de suivre. Ca a le mérite de laisser une empreinte. J'ai aimé dans l'ensemble!
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par domreader Ven 17 Fév - 15:04

Je pense que j'irai le voir celui-là si j'ai le temps avant qu'il ne disparaisse des écrans.

_________________
'La littérature est une maladie textuellement transmissible, que l'on contracte en général pendant l'enfance'. Jane Yolen.
domreader
domreader

Messages : 3086
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Lun 20 Fév - 17:59

-Aftersun-


A l'affiche - Page 48 Oip_1710


Ca débute sur un film au camescope montrant des instantanés de vacances filmés par Sophie, la jeune femme que l'on aperçoit par intermittence adulte, le jour de ses 11 ans. Des vacances en Turquie avec son père qu'on imagine rapidement disparu depuis.

Un père attentionné et très jeune, très complice avec sa fille, et que d'autres prennent pour son frère. Des moments surtout joyeux, insouciants, captés sur l'écran et retraçant ces dernières vacances à deux. Tout cela dans un style vaporeux, volontairement haché ou mal cadré pour en rendre plus authentique l'effet.

A l'affiche - Page 48 Oip_1910

 C'est bien vu, bien filmé, de courtes scènes qui retracent l'essentiel. Mais qu'ils sont longs tous ces plans (et parfois inutiles surtout) L'envie de partir avant la fin m'est souvent venue (ce qui est rare chez moi) et si je suis restée c'est pour essayer de comprendre, attendant une réponse qui ne vient jamais mais qu'on suppose seulement. 

Au final on est un peu comme le personnage de Sophie, on tente de percer le mystère de ce père, reconstruire son parcours et combler les vides. Mais tout de même un film étrange qui, s'il n'est pas désagréable à voir et surtout très bien joué, laisse un peu sur la faim. Je suis étonnée des critiques dithyrambiques qui en sont faites autour. Pour moi pas le chef d'oeuvre incontournable en tout cas! 

A l'affiche - Page 48 35ee4011
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Queenie Mar 21 Fév - 8:58

C'est chiant quoi !

Je suis allée voir ça

A l'affiche - Page 48 23415910
Tàr

Parce que Cate Blanchett
Parce qu'on m'en a dit du bien

Et en fait.
C'est chiant.

Ah c'est bien filmé, l'ambiance froide est bien partout dans les décors, on pourrait en avoir les yeux givrés, le scénario est intéressant, les acteurs et actrices parfaites.
Mais...
C'est long.
La sauce ne prend pas.

J'aurais dû prendre la sauce samouraï.

_________________
Et, du monde indistinct des rêves, là où se terrent les secrets mystiques, une réponse surgit.
Queenie
Queenie

Messages : 6601
Date d'inscription : 29/11/2016
Localisation : *CabanCouette*

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Aeriale Mer 22 Fév - 8:22

Queenie a écrit:C'est chiant quoi !

Je suis allée voir ça

[...]

C'est long.
La sauce ne prend pas.
A l'affiche - Page 48 177985974

Ben voilà, encore un que je vais éviter. Cate Blanchett m'a l'air bien hystérique dans les extraits vus. Et ça ne me dit rien du tout. 

J'attend plutôt The son d'après Florian Zeller, vu au théâtre et que j'avais beaucoup aimé (Si c'est aussi bon que The father, c'est à voir)

A l'affiche - Page 48 49930410
Aeriale
Aeriale

Messages : 10415
Date d'inscription : 30/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par kenavo Jeu 23 Fév - 6:13

Aeriale a écrit:J'attend plutôt The son d'après Florian Zeller, vu au théâtre et que j'avais beaucoup aimé (Si c'est aussi bon que The father, c'est à voir)
ah oui, celui-là me tente aussi...

_________________
Life is a lot like Jazz
Best when you improvise

George Gershwin
kenavo
kenavo

Messages : 28014
Date d'inscription : 29/11/2016

http://breizh-kenavo.blogspot.lu/

Revenir en haut Aller en bas

A l'affiche - Page 48 Empty Re: A l'affiche

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 48 sur 50 Précédent  1 ... 25 ... 47, 48, 49, 50  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum